logo du site Un site de la communauté Canard PC
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
fermer
logo du site
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Yakuzas’ MahJong

La voie de la tuile

Genre :

Dernière MaJ : 28/05/2021

Par Emma Deadly, Secretshift et CdV

Cette histoire débute un après-midi de novembre de l’an de grâce 2020. Le ciel gris et bas annonçant l’hiver nous foutait le bourdon, tout autant que ce virus paralysant nos vies et nos sorties. Notre seul espoir : le chocolat aux noisettes et les let’s play de canard PC (bien au chaud sous notre plaid avec nos chats) ! Le scandale survint alors sur Twitch, noir destrier chevauché par le sieur Malware tentant de jouer au Richii Mahjong tel un Yakuza version zéro… (sans katana, cela va de soi). Il nous fallait vite réagir pour tenter de remettre ce triste sire sur le bon chemin…celui de la gagne ! Armés de nos saintes tuiles, il était de notre devoir d’aider nos pairs dans leur pèlerinage vers les plus hautes tables du Mahjong de leurs rpg japonais préférés.

Un peu d’histoire

Pour vous lancer dans cette aventure, jeunes canawans, il vous faut en connaître un brin d’histoire.

Le Mahjong apparaît sous la forme la plus proche du jeu actuel vers le XIXe siècle, lorsqu’un gamer chinois de l’époque (enfin disons un riche fonctionnaire passionné) décide de remanier la belote du coin en quelque chose d’un peu plus fun, transformant les cartes en sortes de gros dominos : les tuiles.

Il existe de nombreuses variantes à travers le monde, mais les plus connues et pratiquées (de manière amateure ou compétitive) sont le MCR (Mahjong chinois) et le RCR (le Riichi, Mahjong japonais moderne qui va nous intéresser ici).

Pour vous Mahjong rime peut-être avec ce jeu en solitaire sur Windows 3.11, dont le but était d’assembler des paires de même symbole, mais que nenni ! Celui dont nous parlons ici est un jeu différent, beaucoup plus riche et complexe, de plus il se joue à 4 joueuses., si possible dans un tripot enfumé en compagnie de yakuzas à la gâchette sensible, le tout arrosé de saké frelaté, mais on fait comme on peut.

Invitation à jouer au mahjong dans Yakuza
Oui vous aussi au début vous ne vaudrez pas mieux que ce casual (le gars à lunettes, hein) mais vous deviendrez bientôt un véritable pro-gamer du Mahjong.

Ce jeu d’origine populaire peut volontiers faire penser au rami (un jeu qui pourrait nous venir de la Chine du XIIe siècle -tiens tiens- dans lequel nous devons aussi faire des combinaisons avec les cartes), mais c’est peut-être avec le poker que les points communs sont les plus nombreux, pas tant au niveau des règles que des dynamiques ludiques et sociales: stratégie et décisions à prendre dans un univers où manquent les informations, dimension psychologique évidente, chance toujours parfois injustement du côté de l’adversaire… On retrouve ainsi dans les licences occidentales des mini-jeux de poker tandis que le Mahjong apparaît plutôt dans les jeux japonais. Leurs similitudes, leur pouvoir émotionnel et leur popularité expliquent sans doute leur présence dans les jeux vidéos.

Tout cela est bien beau, mais comment qu’on joue?

Canardes, Canards, curieux, curieuses, voici la présentation du jeu.

Les tuiles sont divisées en 3 familles distinctes, allant de 1 à 9. Les 1 et les 9 sont appelés tuiles terminales.

Le un de bambou est généralement décoré avec un oiseau, le dessin de celui-ci varie souvent d’un jeu de mah-jong à l’autre.

A ces trois familles s’ajoutent 7 différentes tuiles d’honneurs , les vents et les dragons.

Les tuiles du jeu du Mahjong dans Yakuza
Les différentes tuiles du jeu

La représentation du dragon blanc varie d’un jeu à l’autre, généralement il s’agit soit d’une tuile vierge soit il est représenté par une bordure bleue.

Chaque tuile du jeu existant en 4 exemplaires, nous arrivons à un total de 136 tuiles (et cela s’arrête là pour le riichi)

Préparation de la partie

Un tripot de Mahjong dans Yakuza
Rendez-vous dans le tripot de Mahjong de votre jeu favori et payer pour vous asseoir à l’une des tables.

Ce qui est pratique c’est que le mur de tuiles se fait automatiquement, car IRL il vous faudra construire votre muraille de 2×17 tuiles avec vos petites mimines – sauf si vous avez les moyens de vous acheter une table automatique ( le rêve de toutes joueuses) – et croyez-moi, ça n’est pas évident au début !

Les places des joueuses autour de la table sont définies aléatoirement, une tuile de chaque vent est placée face cachée sur le centre de la table et chacun piochera la tuile qui définira quel vent il représentera. Mais là encore, la gentille IA de votre jeu fera tout le boulot pour vous, bande de petits veinards !

Il est tout de même important de repérer quel vent vous êtes car cette indication est précieuse; si vous avez tiré le vent d’est c’est vous qui allez commencer la partie en tant que vent EST.

13 tuiles seront ensuite distribuées à chaque joueuse, en rognant petit à petit la muraille. Après distribution, il restera des tuiles sur le plateau (non représenté à l’écran) qui constitueront la pioche, et un petit bout du mur dont une tuile est retournée: Celui-ci s’appelle le Mur mort (wanpai) ou Mont Intouchable, et il est…INTOUCHABLE, c’est clair?…enfin sauf quand vous piocherez EXCEPTIONNELLEMENT dedans. Quant à la tuile retournée il s’agit d’un indicateur de Dora, tuile spécifique qui pourra multiplier la valeur de votre main,mais nous verrons ça plus tard quand vous aurez acquis un peu de level!

A noter: les joueuses piochent à tour de rôle dans le sens inverse des aiguilles d’une horloge, selon cet ordre : Est – Sud – Ouest – Nord. (sur la photo ci-dessous on voit les tuiles représentant les “rôles” des 4 joueuses)

Tuiles de mahjong
Wall of pain

Déroulement du jeu

Votre objectif est de réussir à former une main complète pour accomplir votre objectif ultime accumuler le plus de points grâce à vos mains gagnantes. Mais qu’est ce qu’une main gagnante ? et surtout, comment écraser vos adversaires en riant grassement ? Vous avez votre main de départ composée de 13 tuiles, et pour remporter la partie il vous faudra la compléter avec une 14ème tuile, en remplissant certaines conditions

Breaking the Wall

A votre tour, vous piochez une tuile dans la muraille, puis vérifiez si vous avez terminé votre main. Si ce n’est pas le cas, vous vous défaussez d’une de vos tuiles, c’est alors à votre voisine de jouer et ainsi de suite.

La partie continue jusqu’à ce qu’une personne ayant terminé sa main la révèle en hurlant, la bave aux lèvres, sa face congestionnée affichant un rictus victorieux, et réclame impérieusement à ses adversaires consternés le paiement de son dû. (enfin sinon elle prononce simplement “ron” ou “tsumo” -cf. plus bas- et tout le monde pourra rentrer chez soi dans le calme). Et puis, on redistribue des tuiles et c’est reparti pour un tour. Ou deux. Ou toute la nuit quand vous serez accro.

IRL nous utilisons des bâtonnets pour fluidifier les échanges de points,dans votre partie in game ce sera L’IA qui gérera vos points. (votre “stack” comme au poker)

Comment réussir une main valide potentiellement gagnante

Il va falloir faire des combinaisons avec vos tuiles.

En club il est d’usage d’utiliser les termes Chi, Pung ou Pon, et Kan pour désigner ces combinaisons; dans Yakuza ce sont les termes japonais qui sont utilisés pour appeler les tuiles (c’est-à-dire les voler hein) comme nous le verrons un peu plus bas. Ici nous vous présentons le nom des combinaisons avec leur nom japonais puis le nom d’usage en France. Ce sont ces dernier termes que nous utiliserons dans les diverses explications.

Les combinaisons au Mahjong
Liste des combinaisons à connaitre

Un Mahjong est une combinaison valide de 14 tuiles, groupées 3 par 3 plus une paire.

Vous ne pouvez donc pas avoir deux paires, tout comme vous ne pouvez pas avoir une suite de 4 tuiles. Vous aurez le plus souvent cette forme (3-3-3-3-2) mais il existe bien évidemment des exceptions ne vous inquiétez pas!

Règle des combinaisons au Mahjong
C’est 14 puisqu’on vous le dit!

Le point Kahn Kan

Certes, un Mahjong c’est 3-3-3-3-2 mais voilà la petite exception à la règle. Le kan vous permet en effet de déclarer une combinaison de 4 tuiles identiques. Mais alors comment fait-on ?

Kan ouvert : Je réclame la tuile manquante à mon adversaire en lançant joyeusement “Kan”. Je pose les quatre tuiles visibles à ma droite.

Kan fermé : Après avoir pioché la 4ème tuile identique je pose mes 4 tuiles alignées à ma droite, les deux du milieu face cachée

Puis dans les deux cas, vous piocherez une tuile à l’extrémité gauche du mont intouchable!!! (tuile remplacée par la dernière tuile de la pioche)

Une nouvelle Dora est alors révélée. (explication plus bas)

Les Yakus…yapuka !

Cependant, pour remporter une partie il faut également que cette main soit valide, c’est à dire qu’elle respecte des figures imposées par le jeu, appelées “Yakus”. Ils permettent de déterminer la valeur de votre main, ainsi chaque Yaku a une valeur (les Hans). Vous comprendrez donc que plus une main est difficile à réaliser, plus elle a une forte valeur.

Généralement lorsque l’on débute on se contente de faire des mains à 1 voir 2 hans, (même si les grosses mains nous font de l’œil (greed quand tu nous tiens)). Les yakus vont de 1 à 6 hans pour les mains classiques et peuvent se combiner entre elles, vous donnant plus de hans et donc plus de points.

Les Yakumans sont ces fameuses mains qui nous font rêver, le graal de la joueuse de riichi, qui valent à elles seules 13 hans!

Ouvrir ou ne pas ouvrir, telle est la question ?

Durant la partie, vous aurez la possibilité de réclamer une tuile lorsqu’un adversaire la défausse. A ce moment, vous devrez “ouvrir” votre jeu, c’est-à-dire révéler la figure que vous réalisez avec cette tuile “volée”.

Comment réclamer, et à qui ?

Pour un Chi: à ma voisine de gauche, autrement dit la joueuse qui joue normalement avant moi.Je dis (ou je clique sur) “Chi” et saisis la tuile en m’excusant.

Image d'une partie de Mahjong dans Yakuza
Ici, “Ippatsu Jiro” défaussant un 4 de bambou. Le misérable ignore que j’en possède déjà un, donc pas question d’ouvrir ma main

Pour un PON : à n’importe qui sur la table. Je crie (ou je clique sur) “Pon” et m’empare avidement de la tuile

Image d'une partie de Mahjong dans Yakuza
Là,c’est “Masahiko” qui défausse, et la question se pose car les dragons c’est cool!

Pour un KAN : comme PON mais en disant “Kan” (et pas Kahn, il n’a rien à voir là-dedans et il a bien trop de travail en ce moment et n’a pas vraiment la… fibre du Mahjong)

Alors, en gros:

Jouer ouvert

vous permet d’être rapide et de finir plus facilement vos mains car vous bénéficiez des défausses adverses en plus de vos pioches, la contrepartie c’est que vos ennemis camarades vont avoir une plus grande lisibilité de votre jeu et deviner vos attentes.

Pour débuter on conseille généralement aux joueuses d’ouvrir leur main si elles ont en leur possession des tuiles de leur vent ou du vent dominant, ou encore des dragons. En effet ces honneurs permettent de valider votre main.

Jouer fermé

C’ est plus difficile car vous dépendez uniquement de votre pioche et donc de la chance de piocher les tuiles attendues. Cela demande une bonne connaissance des différents Yakus (les formes) pour pouvoir adapter sa main en fonction de la pioche.

En fonction des tuiles piochées, on adoptera une position défensive ou agressive

(ne pas défausser une tuile dangereuse, ”casser” sa main,ou faire une main pourrie rapidement pour ne pas laisser le temps à une joueuse de terminer son ambitieuse main à 12000 points)

Exemples de mains pour bien débuter

En retenant bien la structure 3-3-3-3-2!

(Nous partons du principe que Yakuza et FF14 intègrent les règles de base du Riichi et donc intègre les mains dont nous allons parler ci dessous)

Mains ouvertes

Mains à 1 han :

Pong Vent de la manche, Pong de Vent de la joueuse (selon sa position à la table) Yakuhai
Pong de Dragons Yakuhai aussi. Étonnant, non?

Dans les trois cas, ouvrir en 1er avec son pong permet d’éviter que vos adversaires ne retiennent cette tuile et vous empêchent ainsi de finir votre main. Après il n’ y a plus qu’à finir sa main avec des chis ou des pons. Bien sûr, si vous ne faites que ça, vos adversaires risquent de lâcher un commentaire dédaigneux, mais bon on vous aura prévenu.

Grande suite pure ittsū
Suites 123 456 789 dans la même famille

Tout pong (Brelan) toitoihō
Une combinaison de 4 brelans et d’une paire. Cela permet de facilement piquer les tuiles des autres, et d’avancer rapidement, pour cela il vous faut quelques paires dans votre main de départ et/ou piocher des tuiles similaires dès les 1ers tours.

Semi-pure hon’its
Une jolie main, qui devra ne comprendre que des tuiles de la même famille plus des tuiles d’honneurs. Vous pouvez tenter celle-ci lorsque vous avez beaucoup de tuiles d’une même famille en début de partie. Elle peut aussi se transformer en main “pure” si elle ne comporte que des tuiles de la même famille, sans honneurs, et prend donc de la valeur (5 voire 6 hans quand même!)

Tout ordinaire tan’ya
Une main composée uniquement de tuiles entre 2 et 8 (donc pas de 1 ni 9, pfff faut tout vous expliquer) et sans honneurs. Ordinaire, quoi.

Mains à 2 han :

Bien sûr ces mains peuvent aussi être réalisées fermées, mais permettent d’adapter sa stratégie en fonction de vos pioches!

Main fermée

Mains à 1 han

Riichi
On déclare aux autres joueuses que nous sommes en attente d’une ou plusieurs tuiles pour terminer notre main, en posant un bâtonnet d’une valeur de 1000 points sur le tapis (ou en cliquant sur Riichi).

Cela permet de valider une main qui n’est pas dans la liste et donc d’être très rapide. Votre main rapportera peu de points mais vous empêcherez les autres joueuses de construire leur main. Cela dit, cette forme peut tout à fait se cumuler avec d’autres, du moment que la main reste fermée.

Double chows iipeikō
Deux chis/chow de la même famille identique ( 2 fois 4-5-6 de bambous par ex)

Pinfu pinfu
Main uniquement composée de Chis, avec une paire qui ne contient ni dragon, ni vent de la manche, ni votre vent. Non, mais en vrai, elle est pas si dure à faire celle-là, elle est même assez courante!

Mains à 2 Han

Terminales et Honneurs chanta
Chaque combinaison contient des terminales et des honneurs. Pour rappel on appelle terminales les 1 et les 9.
Cette main vaut 1 Hans de moins si vous la réalisez ouverte.

Sept paires chiitoitsu
Une main très sympa à jouer et facilement transformable en tout pong si l’occasion se présente.
Comme son nom l’indique cette main est la combinaison de 7 paires dont aucune n’ est identique.

Il est venu le temps de la victoire !

La partie se déroule sans anicroche pour vous et voilà que la victoire est à portée de main, que votre main soit fermée ou ouverte, il vous manque une tuile pour déclarer votre Mahjong!

Mais comment et quand déclare t-on sa victoire ?

Tsumo
Vous piochez miraculeusement la tuile que vous attendez, de joie vous lancez à la volée un “TSUMO!” (Tsoumeau), mettant immédiatement fin à la partie. Toutes les autres joueuses autour de la table vont devoir vous payer la valeur de votre main, la mine souvent attristée, mais elles n’avaient qu’à jouer mieux.

Cette valeur est divisée en 3, et si le vent d’est fait partie des perdantes, il payera plus que ses camarades (le double, oui c’est injuste)

Ron
Vous guettez votre tuile à la moindre défausse de vos adversaire et à chacune de vos pioches, quand tout à coup votre voisine de droite défausse la tuile tant attendue ! Le ton victorieux, vous lancez un insolant “RON!!!!” (Lonne) , provoquant la liquéfaction immédiate de votre adversaire. C’est lui seul qui va devoir payer la valeur de votre main.

Compter les points

Yakus
Les Yakus ont des valeurs comprises entre 1 et 6 hans. On compte cela en premier pour la base de la valeur de la main, mais il faut savoir qu’à partir de 5 hans cette valeur est fixe, donc pas besoin de compter les mini-points

Dora la Multiplicatrice
Au début nous vous avons parlé de ce mur intouchable sur lequel siège une tuile donnant une indication concernant la Dora.

Ex : Si la tuile retournée est un 2 de monnaie alors la dora sera le 3 (facile non ?)

Mais qui est elle et que va t-elle changer à votre vie ?

Et bien la Dora est un multiplicateur de han, pour chaque Dora présente dans votre jeu, votre main sera augmenté de 1han. Chaque han multiplie par deux la valeur de la main!! A noter cependant: la Dora n’est pas un Yaku, elle ne valide donc pas une main!

Encore plus fort, si vous avez gagné après avoir déclaré un riichi, vous avez accès à la dora secrète : l’Uradora, dont le marqueur se situe sous le marqueur de la 1ère dora.

La Kandora, qu’on a abordé plus haut, sera retournée face visible à la suite de l’annonce d’un kan par un joueur. Il s’agit de la tuile immédiatement à droite de l’indicateur de dora initial. Nouveau marqueur, nouvelle Dora, plus de points en prévision !! Évidemment, tous ces marqueurs s’ajoutent, et feront popper autant d’ Uradoras en cas de Riichi…plus, plus de points !!!!

Dans Yakuza ou dans d’autres jeux de riichi, vous trouverez aussi des tuiles rouges (un des 5 de chaque famille) qui elles aussi font office de Dora! Pluuuuuuuus !!!!!!!

Mini points
Des min-points (fu) viennent compléter le décompte des points. Là on vous épargne le “valeur de base = fu × 2(2+ han)” mais si les chiffres vous procurent un effet relaxant vous trouverez en bas de page un lien vers les règles complète de la Fédération Française de Mah-Jong

Lire l’avenir dans la rivière

Nous arrivons enfin à l’aspect observation et déduction de cette petite initiation.

Au Mahjong, contrairement au poker, on ne peut pas gagner avec rien, on ne peut pas vraiment bluffer. La part de chance y est grande, si ce n’est plus grande, mais vous pouvez la manipuler en utilisant à bon escient les informations visibles et en jouant avec les statistiques… (vous pourrez sinon prier les Kamis, ça marche aussi)

Pour cela il va vous falloir “lire” le jeu de vos adversaires à travers leur défausse de tuiles appelée “Rivière”.

La rivière, ce sont les tuiles que chacune des joueuses va jeter sur le tapis. (Normalement en belles rangées de 6, ici il y a du laisser-aller)

Si rien ne bat la chance ponctuellement, sur le long terme (comme au poker) il vaut mieux faire en sorte de la mettre de son côté! Vous savez que chaque tuile est présente en 4 exemplaires : si vous avez deux tuiles identiques et que vous voulez faire un Pon, vous savez qu’il n’en reste que deux dans le jeu : vous avez deux “outs”.

Donc si cette tuile apparaît dans la rivière de votre adversaire, vous avez une nouvelle information : il ne restera ensuite qu’une de ces tuiles en jeu, donc il vous faut la réclamer au moment de la défausse si vous souhaitez faire un Pon, ou bien espérer piocher la dernière plus tard (là va falloir prier sévère).

Si vous avez deux tuiles qui se suivent, par exemple, 3 et 4 de bambou, vous attendrez un 2 ou un 5 de bambou, soit huit tuiles, si vous avez 3 et 5 de bambou vous attendrez le 4 uniquement et donc quatre tuiles.

Chaque combinaison que vous tenterez a un nombre d’outs dont vous devez avoir conscience pour faire des choix éclairés. De plus, vous devrez prendre en considération les tuiles déjà écartées par les joueuses (les tuiles sont défaussées face visible dans les rivières). Si la tuile que vous attendez a déjà été défaussée de nombreuses fois, voire épuisée, vous devriez changer de stratégie car vous avez peu ou plus de chance de gagner.

Mise en situation par rapport à la partie de Noël

Ce qu’il ne faut pas faire…

Ici, nous voyons que Noël a ouvert un chi et un pong de la famille des caractères. Il ne peut réaliser ni Riichi, ni double chow, ni pinfu (car la main doit être impérativement fermée). Tenter une semi-pure paraît difficile car il n’a qu’un caractère en main.

De plus ses adversaires voient ses chi et pong et vont peut être éviter de défausser d’autres tuiles de la même famille. Il pourrait donc raisonnablement se diriger vers le Yaku “tout ordinaire”, car il n’a que deux 9 de monnaie dans sa main, et pas d’honneurs. Le mieux serait donc de défausser les deux 9, en espérant piocher d’autres caractères se combinant avec le 4.

A ce moment, il convient tout de même de jeter un œil aux rivières adverses, au cas où les tuiles de monnaie présenteraient un danger. A droite, il y en a quatre, donc le risque est faible, un peu plus élevé en face où il n’y en a que deux, cependant Noël a une confortable avance au niveau des points, donc cela semble faisable! Camo Tony, sur la gauche, possède déjà dans sa rivière deux exemplaires du 9 de monnaie, et n’a pas le droit de la réclamer…car oui, au Mahjong on ne peut piéger son ennemi en lui réclamant une tuile que l’on a déjà défaussée!

Vous allez aimer cette règle, car elle permet de se débarrasser en toute quiétude de tuiles précédemment écartées, que l’on pourra désigner sous le nom de “tuiles safe”, et qui vous feront soupirer de soulagement quand une adversaire est à deux doigts de vous coller un baiman à 18000 point dans la tronche…

A l’inverse, vous ne pourrez pas terminer votre main en réclamant les tuiles que vous avez déjà défaussée. Seule solution : la piocher soi-même….

Cette règle que vous allez apprendre à détester appelée “Furiten”, est un rempart efficace contre la perte de points, mais elle va encore plus loin :

Exemple : Imaginons que vous avez un pinfu (cf. plus haut), que vous êtes en riichi )

  • 2-3-4 de bambou
  • 5-6-7 de monnaie
  • 4-5-6 de caractère
  • une paire de vents d’ouest (vous occupez la position nord, donc tout va bien, comme vu plus haut)
  • 2-3 de bambou (en attente de tuiles pour compléter ce chi)

Vous êtes content, vous guettez avidement le 1 OU le 4 de bambou pour terminer votre main, ok?

Eh bien, si votre rivière contient le 4 de bambou, vous n’aurez évidemment pas le droit de le réclamer si il est défaussé…mais vous ne pourrez pas réclamer le 1 non plus, à cause de ce ù$&”@* de 4!

Le Furiten s’applique à toutes les tuiles potentielles de victoire, donc faites attention en choisissant votre Yaku!

En conclusion

Alors pourquoi ce jeu vaut il le coup d’être joué, malgré la dose d’information à ingurgiter ?

Et pourquoi devient-il si addictif une fois qu’on a mis le pied dedans ?

Il y a déjà le frisson que nous procure le jeu: nous sommes tantôt traversés par ce sentiment de chance, de loterie… et de malchance! Nous pouvons contrecarrer cet aspect du hasard en jouant sur les probabilités de tirages, en gros s’appuyer sur les statistiques pour améliorer notre situation.

A cela s’ajoute le plaisir intellectuel de prendre de bonnes décisions, de gérer ce qui est lié au risque et à l’investissement.

On essaye de faire grossir son capital, saisir les opportunités. Le greed, quoi !

Dans un jeu vidéo, c’est l’occasion ludique de faire fructifier ses gils/or/dollars… pour ensuite faire pleins de trucs cool dans l’univers…ou simplement les accumuler dans ce mini-jeu pour se prouver qu’on est un gros boss, qu’on pense avoir du talent ou de la chance…devenir un Yakuza respecté en somme !

Pour aller plus loin

Sur https://web.ffmahjong.fr/ vous y trouverez tous les clubs près de chez vous ainsi que pas mal d’infos sur la pratique du Mahjong compétitif

Les règles officielles en français et anglais