logo du site Un site de la communauté Canard PC
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
fermer
logo du site
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Starbound

Météo-rites

Genre :

Dernière MaJ : 26/09/2020

Starbound, c’est le challenger qui grandit dans l’ombre de Terraria, son grand frère que le développeur a aidé à créer. Et puis il s’est cassé, trouvant sans doute que ça manquait de lasers, de vaisseaux spatiaux et de météorites. C’est sans doute vrai, mais n’empêche, on reste méfiants : une équipe très réduite qui veut créer un univers infini de planètes à explorer ? Et en plus, le jeu est vendu alors qu’il est encore en développement ? En fait, il vaut le coup et saura vous occuper une bonne cinquantaine d’heures de jeu, mais sans aide vous allez en baver. Ensemble, nous allons donc passer en revue tout ce qui pourrait vous poser problème. Et ça en fait un paquet, soyez-en sûrs.

Liens utiles

Introduction

Présentation

Résumé du principe du jeu

Dans un univers généré de manière procédurale, le joueur explore des astres tous plus aléatoires les uns que les autres. N’ayant aucun but final, il pourra choisir une planète et tenter d’y survivre – tenter, car toutes sont habitées de monstres plus ou moins féroces. En ramassant des minéraux et en se confectionnant de l’équipement, il pourra finalement se loger sur les planètes les plus riches et les plus dangereuses.

Déroulement d’une partie

Au début d’une partie de Starbound, le joueur choisit sa race – cela n’a aucune incidence puisque toutes sont semblables au niveau du gameplay, n’ayant qu’une histoire différente. Puis, il se retrouve en panne d’essence, dans un coin perdu de l’espace, avec un vaisseau abîmé mais fort heureusement à proximité d’une planète habitable : pouvant se téléporter à la surface, le joueur peut commencer à récolter matériaux et équipements, se fabriquer un abri ou même une maison solide, et construire des défenses pour se protéger de la faune sauvage.

Une longue suite de tutoriels déguisés en quêtes se met alors en place pour lui enseigner les bases du jeu, et l’entraîner petit à petit à découvrir l’univers de Starbound en réparant son vaisseau et en allant parfois jusqu’à affronter des boss sur des planètes instanciées.

Bien configurer

Options à connaître

  • Zoom level : définit l’éloignement de la caméra par rapport au personnage : en réglage x4, le joueur sera en gros plan et on verra peu de paysage. En réglage x3, l’équilibre est plutôt réussi entre espace visible et niveau de détail. En x2, on voit beaucoup de paysage mais il est plus difficile de voir précisément ce que votre personnage fait, car il est assez loin. C’est pourtant sans doute l’option la plus agréable à l’œil.

Raccourcis claviers

Longtemps ennemi des gauchers, le jeu permet désormais de configurer nos touches comme on le souhaite. Voici quelques-unes des plus utiles et les plus cachées :

  • F1 fait apparaitre et disparaitre l’interface. Utile pour prendre de jolis screenshots, ou si vous avez appuyé dessus par mégarde.

  • F11 active ou désactive le plein écran. Pratique, puisque le jeu l’enlève systématiquement si vous osez faire un alt-tab.

  • CTRL permet de voir plus loin que la limite de votre écran, pour voir une zone un peu trop éloignée de votre personnage.

Mécaniques du jeu

Les quêtes

Au début du jeu, vous aurez un certain nombre de quêtes qui se suivent de manière linéaire, et vous aideront à apprendre un peu le jeu en allant jusqu’à vous emmener tuer le premier boss. Ce tutorial est vivement recommandé et plutôt bien fait, alors n’hésitez pas à le suivre, en le relisant dans votre journal de quêtes si nécessaire. Les joueurs plus expérimentés le suivront sans même le faire exprès, en accomplissant toutes les étapes logiques qui conduisent au secteur suivant.

Vaincre les boss

Cette section contient de vilains spoilers. Si vous ne voulez pas lire de révélations intempestives sur les boss, contentez-vous d’amener des bandages pour vous soigner, de porter une armure et de bien observer comment ils se comportent ainsi que l’environnement dans lequel ils évoluent. Vous finirez par les vaincre.

Station de minage d’Erchius

Commençons par prévenir que ce boss (et les autres) est beaucoup plus facile à attaquer à deux, donc n’hésitez pas à appeler vos potes si vous êtes en multijoueurs : cliquez sur votre portrait, invitez les autres joueurs, puis attendez que quelqu’un lance la mission et aller à votre vaisseau pour la lancer à votre tour : vous atterrirez dans la même instance. A deux, non seulement on fait plus de dégâts aux monstres mais si un personnage meurt et qu’il revient dans la mission pendant que l’autre est toujours en vie la carte ne sera pas remise à zéro – pratique pour se faire le boss en plusieurs fois.

Ce boss repose sur votre endurance : abaisser les quatre interrupteurs de sa salle et activer trois fois l’objet en-dessous de lui finira par le tuer, mais vous devrez pendant ce temps survivre aux lasers qui tournent autour de lui. En avalant pas mal de bandages et/ou en portant un bouclier afin de réduire considérablement ses dégâts, vous devriez y arriver. Ignorez les monstres qu’il fait apparaitre de temps en temps : de toutes façons, vous devriez toujours être en mouvement. D’ailleurs, ne prenez pas la peine de tuer tous les horribles sur le chemin si jamais vous recommencez, tracez en les ignorant puisque vous connaissez le chemin.

Autres

N.B. Cette partie n’est plus d’actualité, mais documente l’ancienne technique pour vaincre des boss. Nous la laissons visible à toutes fins utiles.

Ces combats sont les plus difficiles du jeu, mais avec un peu de tactique ils ne devraient pas trop vous donner de fil à retordre. Le seul vrai danger, c’est que le boss disparaisse s’il vous perd de vue trop longtemps : vous devriez alors confectionner à nouveau l’objet qui le fait apparaitre, et gaspiller ainsi de précieux matériaux. Pour éviter cela, il vaut mieux choisir le terrain au spawn de votre planète. Si vous mourez, vous n’aurez qu’à vous téléporter à la surface depuis votre vaisseau et vous serez directement au cœur de la bataille. N’oubliez pas non plus d’abréger la cinématique de réapparition avec la touche Echap. En suivant ces deux conseils, vous devriez éviter la disparition de votre ennemi, mais faites tout de même attention. Si possible, ne vous cachez pas trop longtemps ou combattez avec des amis en veillant à ne pas tous mourir en même temps.

Pour le combat en lui-même, veillez à avoir un équipement correspondant à peu près à votre niveau, et de préférence des armes à distance : après le premier boss, oubliez les arcs et privilégiez les armes à feu si vous en trouvez. Les armures aident, bien sûr, mais vous allez prendre tellement cher de toutes façons qu’elles ne sont pas d’une importance capitale.

La clé, c’est de bien préparer le terrain avant d’invoquer un boss : pour ceux qui volent, mieux vaut prévoir une sorte de grande cage en terre pour pouvoir les garder pas loin, ou bien pour le boss final constitué de trois parties, construire deux grands pics permet de le faire apparaitre seul, ses acolytes séparés de vous par des murs. Le mieux, dans tous les cas, est de vous aménager un mince bunker avec des petits trous pour laisser passer vos projectiles… Et pour que votre adversaire sache où vous êtes, sinon il se barrera.

Inventaire

Stockage

Votre inventaire est extrêmement grand et chaque slot peut être occupé par jusqu’à 1000 objets identiques. Cela parait démesuré, mais dans Starbound on récolte beaucoup de choses. En arrivant sur une nouvelle planète, on mine déjà une quantité de nouvelles sortes de terres et de roches, sans compter d’éventuelles fleurs, variétés de minéraux, etc.

Ne paniquez pas si vous ne retrouvez plus quelque chose : il n’y a pas de fonction recherche, mais l’objet que vous avez ramassé peut se trouver dans votre barre d’inventaire en haut de l’écran, ou dans un des onglets de votre inventaire. Pour être plus grand sans prendre trop de place à l’écran, il se divise en effet en deux parties identiques, et vous pouvez afficher l’une ou l’autre via l’écran de personnage. Attention : selon le niveau de difficulté que vous avez réglé, en mourant vous pouvez perdre tous vos minéraux. Ils peuvent cependant être récupérés en retournant à l’endroit de votre mort.

Votre inventaire est le stockage le plus sûr : si vous stockez des objets dans votre vaisseau, que ce soit dans des coffres que vous poserez ou dans le container intégré, ils n’y seront pas si à l’abri que ça puisque si vous invitez des joueurs à vous rejoindre ils pourront venir dans votre vaisseau et piller son contenu.

Gestion des mains

Beaucoup d’objets nécessitent vos deux mains pour fonctionner, comme les pioches, les grosses épées, les fusils et les matériaux de construction. Mais si vous utilisez deux objets à une seule main, il est possible des les utiliser en même temps ! Vous pouvez par exemple combiner le grappin et la (très, très utile et à conserver) lampe-torche, ou une épée courte et un bouclier, au gré de vos envies, et en décidant (selon si vous cliquez sur l’item avec le clic-gauche ou le clic-droit) quel clic activera l’objet. En déplaçant un objet à une main sur l’icône de main droite (ou gauche) en haut au centre de votre écran, vous équiperez toujours automatiquement cet objet en sélectionnant un autre objet à une main.

Voyager dans l’espace

Obtenir du fuel

L’une des premières grandes tâches que voudra accomplir un joueur une fois qu’il aura réparé son vaisseau, c’est de faire le plein d’essence afin de pouvoir se déplacer dans la galaxie, surtout sur un serveur multijoueurs où l’enjeu sera par exemple de rejoindre la base de ses petits camarades ou de se barrer de la première planète, commune et donc forcément déjà pillée. Fort heureusement, ce “fuel” qui paraît si inaccessible aux débutants vêtus de peaux de bêtes est vendu à l’outpost aux commerces automatisés ou bien trouvable facilement sous une lune – la méthode la plus lucrative, que nous recommandons.

Une fois que vous aurez acquis la combinaison qui fournit de l’oxygène, on vous conseille en effet de faire un premier arrêt sur une lune désertique afin d’aller vider ses lacs souterrains. En effet, les lunes sont vides de tout danger et sont parsemées de réserves d’erchius liquide, très facilement récoltables avec un matter manipulator amélioré pour capter les liquides. En sortant de la lune, vous aurez plusieurs milliers d’unités d’essence : de quoi faire le plein de votre vaisseau à ras-bord et de faire plusieurs très longs voyages.

Accéder à l’Outpost

En suivant le flux des quêtes qui vous prend par la main au début du jeu, vous devriez rapidement accéder à l’Outpost (avant-poste), une base peuplée de personnages non-joueurs (PNJ) amicaux qui vous donneront des quêtes à leur tour et vous vendront des objets (notamment du fuel si vous ne voulez pas aller siphonner une lune).

Pour arriver jusqu’à l’Outpost, il faudra voyager jusqu’à la porte des étoiles qui se trouve dans chaque système stellaire (cela ne devrait donc rien vous coûter en fuel), et l’activer pour se retrouver téléporté. L’avantage de ce système ? Permettre à tous les joueurs de se retrouver facilement dans un endroit commun, à l’abri de tout danger, afin de communiquer ou d’échanger entre eux.

Construction

Établir sa base

Il est nécessaire d’avoir un emplacement pour poser vos établis et vos coffres : vous pouvez faire ça dans votre vaisseau, mais c’est un peu petit au départ et d’autres joueurs peuvent y accéder si vous les invitez dans votre groupe (si vous restez tout seul par contre, c’est inviolable). Et puis, c’est tout l’intérêt du jeu d’aller bâtir quelque part ! Vous pouvez donc décider de vous construire une base sur une planète, de préférence choisie assez aléatoirement et loin de la planète de départ du serveur pour éviter que des petits malins ne tombent dessus par hasard. Vous aurez alors autant de place que vous voulez.

Choisissez bien l’emplacement de votre future base, car selon les planètes il arrive que des météorites tombent du ciel et vaporisent une partie du décor. Faire votre base en surface, c’est vous exposer à ce risque (rare, mais réel). En même temps, une base souterraine permet d’être mieux cachée (si jamais quelqu’un visite votre planète par hasard) mais elle est accessible moins rapidement, alors que c’est important de pouvoir vous y rendre en vitesse. La meilleure solution reste encore de la creuser à flanc de montagne, comme ça vous êtes couvert en cas de pluie de météorite et en même temps vous n’avez pas à descendre trois heures dans une galerie de mine pour aller crafter une pioche.

Arrières-plans

La couche d’arrière-plan est constituée de blocs que l’on appelles les “murs” (walls). Elle a un intérêt esthétique certain, puisqu’elle différencie vos bases de l’extérieur en un simple coup d’œil et procure au lieu une ambiance spécifique, mais son véritable atout est d’empêcher l’apparition de monstres quand une pièce est fermée et dispose d’un arrière-plan complet posé à la main.

Pour placer des murs, il faut déjà avoir un arrière-plan vierge : avec un clic droit (au lieu d’un clic gauche), l’arrière plan actuel peut être détruit quand on a un outil en main. Une fois ceci fait, les blocs de matériaux peuvent être posés en fond avec le clic droit également.

Culture du bois

Avoir beaucoup de bois est indispensable pour tout un tas de recettes de craft. Pas uniquement celle des planches ou des meubles en bois, évidemment, mais aussi celle des plateformes en bois qui seront votre meilleur allié quand vous serez en exploration et qu’il vous faudra remonter à la surface de la planète. Le bois s’obtient en coupant un arbre avec votre matter manipulator (il n’y a pas de haches dans Starbound), et il vous faudra donc d’abord trouver une planète avec quelques arbres à sa surface.

En coupant un arbre, vous n’allez pas récolter que des troncs d’arbres (raw wood) mais aussi des graines (seeds). En plantant plusieurs graines côte à côte (n’ayez pas peur de serrer les rangs), puis en vous éloignant une minute ou deux (il ne faut pas que les plants soient visibles, même avec un dézoom très fort), les arbres auront poussé et vous pourrez les couper, récolter encore davantage de seeds et recommencer l’opération.

Techs

Les techs accordent des pouvoirs particuliers au joueur. Elles sont disponibles dans le vaisseau du joueur en parlant à son IA, mais se débloquent avec des cartes de techs vides qui se trouvent de manière aléatoire sur les planètes. Activer le pouvoir d’une tech coûte bien souvent de l’énergie (la barre verte qui se régénère, en-dessous de votre barre de vie). En terminant toutes les quêtes secondaires d’un tiers du jeu (ce qui sépare deux boss), vous débloquerez de nouvelles techs dans votre vaisseau.

Les cartes de techs vides seront toujours à l’intérieur d’un coffre high-tech (voir l’image), qui peut aussi ne pas en contenir du tout. Ces coffres se trouvent dans des endroits aléatoires, parfois à la surface des planètes ou dans les profondeurs, mais le plus souvent dans des constructions pré-générées comme les donjons, les villes ou les laboratoires. Le niveau de danger des planètes n’influe pas sur la qualité ou la fréquence d’apparition des techs.

On peut avoir un maximum de quatre techs activées, une par emplacement (corps, tête, jambes, combinaison).

Progression

Après avoir tué chaque boss, vous aurez accès à de nouvelles planètes (grâce à la combinaison protectrice que vous gagnerez) où les matériaux présents vous permettront de crafter une armure nouvelle :

  • Au début, trouver de l’acier et fabriquer une armure vous donne accès au boss d’Erchius. Le tuer vous permet de réparer votre système de navigation et donc de trouver d’autres planètes. La combinaison à oxygène que vous gagnez à cette occasion permet de récupérer de l’essence sur une lune déserte pour alimenter votre vaisseau.
  • Le titanium qu’on trouve sur les planètes modérément dangereuses permet de faire une nouvelle armure, qui donne accès à un nouveau boss. Le tuer vous octroie une combinaison qui protège des radiations.
  • L’uranium trouvé sur les planètes irradiées donne du durasteel quand on le combine au titanium. Nouveau boss, et nouvelle récompense : une combinaison qui protège du froid.

Après le durasteel, vous pourrez choisir entre différentes armures : celles en violine, en rubium ou en aegisalt. En allant dans une planète gelée, vous trouverez ces matériaux et débloquerez en les obtenant les recettes spécifiques à ces armures, craftables à la Robotics Table :

  • L’aegisalt permet de créer l’Accelerator’s Table. Les armures qui y sont fabriquées offrent un bon compromis entre protection et énergie (nécessaire pour tirer) et permettent de fabriquer les meilleures armes à distance du jeu.
  • Le rubium permet de créer une Manipulator’s Table. Les armures qui y sont fabriquées sont destinées à ceux qui utilisent les bâtons de sorcier, car elles donnent beaucoup d’énergie (nécessaire pour utiliser un bâton) et permettent de crafter des armes qui créent des sorts très puissants.
  • Le violium permet de créer une Separator’s Table. Les armures qui y sont fabriquées sont destinées à ceux qui combattent au corps-à-corps, car elles protègent énormément sans donner beaucoup d’énergie supplémentaire. Les recettes des meilleures armes de corps-à-corps du jeu y sont accessibles.

Planètes

Généralités

Danger et intérêt

Les planètes ne sont pas toutes aussi riches et aussi dangereuses : chaque étoile est classée selon une catégorie bien précise, qui conditionne la dangerosité des animaux qui y vivent, le climat et surtout la qualité des minéraux qu’on y trouve : dans l’ordre, il y a donc des étoiles douces (gentle) où le joueur débutera, des excentriques (eccentric) ou il disposera de minéraux plus avancés (et où les joueurs qui viennent de réparer leur vaisseau voudront sans doute se rendre assez vite), des radioactive qui nécessiteront le port d’une combinaison qui protège des radiations, des étoiles gelées (frozen) où le joueur sans protection thermique gèlera sur place (ne tentez même pas d’y aller sans l’équipement approprié : vous mourrez en une poignée de secondes), et les ardentes (fiery), les étoiles les plus dangereuses, avec un climat brûlant (même principe que le gel) et des petites surprises en forme de météorite le plus souvent.

Une fois que vous aurez trouvé une étoile (un petit groupe de planètes) de la difficulté voulue, vous n’aurez plus qu’à faire le tour des planètes qui s’y trouvent pour voir lesquelles vous intéressent le plus. A noter que voyager entre les planètes d’une même étoile ne coûte pas de fuel, n’hésitez donc pas à être mobile.

Caractéristiques des planètes

  • La taille d’une planète compte : plus votre planète sera grosse, plus il faudra de temps pour en faire le tour. Il ne faut que quelques minutes pour faire le tour d’une très petite planète, mais il faudra compter bien plus longtemps, peut-être une demie-heure, pour faire le tour d’une planète géante.

  • D’autres éléments rentrent en ligne de compte au moment de choisir une planète : la gravité (moins elle est élevée, plus il est facile d’évoluer sur la planète), la météo possible et surtout la durée du jour, à bien considérer si vous ne voulez pas trop jouer de nuit (période où les monstres les plus hostiles apparaissent). Tous ces facteurs sont indiqués sur la fiche de la planète au moment d’y voyager.
  • Il est possible de vous définir une planète de résidence (homeworld) : une fois sur cette planète, allez dans votre vaisseau et sélectionnez “Set Home” dans le panneau de navigation spatiale. Désormais, vous pourrez vous téléporter à la surface de cette planète où que soit garé votre vaisseau, en vous tenant sur la plate-forme de téléportation et en l’activant avec la touche E (par défaut). Deux choix s’offriront à vous : se téléporter à la surface de la planète où vous êtes, et se téléporter sur votre planète de résidence.

Biomes

Une planète se caractérise avant tout par le biome qui domine sa surface, c’est à dire son environnement : enneigé, tempéré, désertique et ainsi de suite. Votre style de jeu doit se plier aux exigences de ces biomes. Avant de s’installer sur une planète, il est utile de se renseigner sur les caractéristiques de son biome dominant, pour ne pas avoir de surprises.

Biomes tempérés

Dans les systèmes solaires “harmless” (inoffensifs), les biomes de surface sont généralement tempérés : nul besoin de porter une protection particulière pour s’y balader. Leur principale caractéristique est la présence de nombreux arbres à leur surface : même si dans de rares cas il peut s’agir d’arbres “aliens” faits d’une matière organique, ces planètes demeurent très intéressantes comme source de bois ou de fibres (notamment dans leurs sous-sols remplis de lianes). Si vous tombez dans des biomes plutôt orientés jungle bordélique, pensez à donner des coups d’épées sur le sol en vous baladant, vous casserez les herbes hautes et récolterez beaucoup de fibres sans effort. Cette petite particularité rend sans doute la jungle légèrement supérieure à la forêt de base.

Biome désertique

Un biome assez banal, qui se distingue par l’absence d’arbres et la présence de nombreux lacs de pétrole en sous-sol.

Biome océan

Une planète entièrement recouverte d’un océan très profond. Une petite croûte terrestre permet d’atterrir à la surface au sec, mais à part ça, il faudra se balader au fond de l’eau (naturellement éclairé) pour avoir le plaisir de marcher. Posséder une combinaison qui donne de l’oxygène infini est vivement recommandé pour explorer un tel environnement. Il y a des gros requins, mais ils ne sont pas très dangereux. Notez que l’océan ne suit pas les mêmes règles qu’une étendue d’eau normale : impossible de le vider ou de le contaminer avec du poison. Vous remarquerez aussi la bonne surprise de ces biomes : pas besoin d’être à la surface pour se téléporter au vaisseau, vous pouvez le faire dès que vous atteignez une profondeur moyenne, même si vous êtes encore immergé.

Biomes de neige, biomes volcaniques

Ces biomes sont inaccessibles pour quiconque n’aurait pas de combinaison protectrice contre le froid (neige) ou le chaud (volcanique). Les biomes froids n’ont pas une infinité de caractères notables, à l’exception du manque d’arbres. Le biome volcanique est souvent considéré comme une plaie à la fois à explorer et à habiter. En effet, les petits lacs de lave présents sur sa surface le rendent assez périlleux à parcourir, et la roche magmatique qui le compose est particulièrement dure, et donc longue à creuser.

A noter qu’aucune fibre ne peut être trouvée dans ces biomes, vous risquez donc la pénurie de bandages. Comme il est très utile de se soigner, vous voudrez sans doute vous faire un petit stock de fibres sur d’autres planètes avant de vous installer là-bas.

Biome astéroïde

Là où la lune n’est qu’un biome à peu près normal, l’astéroïde lui n’est bien souvent qu’un gros caillou stérile, dont on fait le tour en une poignée de seconde. Faire une base là-bas ne présente que peu d’intérêt, bien que l’absence de paysage ait un certain charme. On peut aussi imaginer que peu de joueurs vont dans ces planètes et donc votre base risque encore moins d’être trouvée par hasard. A l’instar de la lune, l’astéroïde nécessite un équipement spécial pour pouvoir respirer.