logo du site Un site de la communauté Canard PC
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
fermer
logo du site
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Pillars of Eternity II: Deadfire

Ne buvez plus la tasse

Genre :

Dernière MaJ : 28/05/2021

Pillars of Eternity II est un jeu de rôle en 2D isométrique “à l’ancienne”, avec un feeling très proche de la série des Baldur’s Gate, dont il pourrait être considéré comme fils spirituel.
Parmi les touches de modernité que le jeu a su apporter, on retrouve un nouveau système de combat assez touffu pour décourager les joueurs découvrant le titre ou peu habitués à ce genre.
A travers ce guide, nous allons détailler les notions importantes à connaître et les erreurs à éviter afin de pouvoir s’amuser rapidement, sans ressentir de frustration ou d’incompréhension en combat.

Soyez attentif en classe

La création d’un personnage est relativement simple et bien guidée, et à moins de chercher volontairement à foirer ce dernier, il y a très peu de risques de se planter et faire de grosses erreurs. Surtout que vous pouvez “reformer” tous les membres de votre équipe autant de fois que vous le désirez en vous rendant à une taverne, moyennant finance bien entendu.
Bref, vous ne risquez pas grand chose…

Toutefois, la seule vraie décision importante, celle où il ne faut pas se tromper, consiste à choisir pour chacun de ses personnages, entre mono-classe ou multi-classe.
Car ce choix sera définitif pour le reste de la partie et ne peut pas être modifié avec l’option “reformer”.
Un personnage multi-classe pourra piocher dans les arbres de capacités de deux classes mais n’aura pas accès aux derniers niveaux de ceux-ci tandis qu’un perso mono-classe profitera de l’intégralité de son arbre. Qualité vs diversité.
Comme votre équipe est limitée à 5 personnages, il vous faudra très probablement incorporer des persos multi-classés si vous voulez élargir vos possibilités en combat. Donc prenez bien le temps d’examiner chaque arbre de capacité, planifiez soigneusement le rôle de chaque membre… et dans le doute, faites une sauvegarde avant d’accepter quelqu’un dans votre équipe, car il y n’y aura pas de retour en arrière possible!

choix de la classe

Prenez le temps de faire une pause… auto

La pause automatique peut être un outil très pratique si vous prenez quelques minutes pour la configurer… ou rendre vos combats totalement bordéliques si vous décidez de zapper cette étape!

Encore une fois, il n’y a pas de solution miracle, il faut prendre le temps de jouer avec les différents paramètres, tester en combat et ajuster en fonction de vos préférences. Le but est d’obtenir un rythme de combat agréable, fluide, mais sans avoir à marteler la touche espace pour comprendre ce qu’il se passe à l’écran.

Voici une configuration, qui permet d’avoir un feeling proche du Tour par tour et de se concentrer sur l’essentiel :

  • Engager au mieux un combat et éviter d’avancer en plein milieu des ennemis (ou d’un piège) car l’ordre de marche était toujours actif. Oui, c’est du vécu !
  • Etre alerté quand un personnage a besoin d’être soigné ou ressuscité.
  • Vérifier le succès et l’efficacité des sorts et capacités que l’on lance.
  • Donner de nouveaux ordres à un personnage qui vient de se débarrasser de sa cible
reglage des parametres

N’hésitez pas non plus à réduire automatiquement la vitesse des combats (via une petite réglette en bas de l’écran) ou mettre en pause manuellement quand vous sentez que tout se déroule un peu trop rapidement.

Enfin, inutile de lire dans le moindre détail, ligne par ligne, les logs de combat. Surveiller les barres de vie et la résolution d’un sort ou d’une capacité suffit largement dans 95% des cas.

IA un dernier truc à régler

Il est possible de configurer l’IA de vos personnages dans les moindres détails afin d’automatiser certaines tâches répétitives ou que l’on risque d’oublier. Par exemple, votre prêtre peut se soigner tout seul comme un grand garçon dès qu’il a perdu plus de la moitié de sa vie.
N’hésitez pas à investir un peu de temps dans la configuration des IA une fois que vous serez plus à l’aise avec le jeu.
Si vous aimez tout contrôler tout le temps, contentez-vous de désactiver l’IA pour toute votre équipe.

dernier reglage

La défense à quatre

S’il y a une seule chose essentielle à retenir dans Pillars of Eternity II, la règle la plus importante à comprendre pour venir à bout de n’importe quel adversaire, là voici, accrochez-vous bien :

Chaque combattant, allié ou ennemi, possède 4 types de défense : Déviation, Robustesse, Réflexe, et Volonté

fiche de personnage

Oui je sais, vous êtes déçus, vous le saviez déjà, c’est écrit un peu partout dans le jeu. Et pourtant, c’est le point crucial à maîtriser si vous voulez réussir vos combats.

Chaque attaque, chaque capacité, chaque sort, chaque objet que vous utilisez contre un adversaire va opposer votre précision à l’une de ces 4 défenses. Et donc logiquement, plus la défense impliquée est élevée, moins vous aurez de chance que votre coup touche sa cible.
De la même manière qu’on ne combat pas un pokemon feu avec des attaques de feu mais plutôt avec des attaques d’eau, il faudra ici faire attention à cibler les défenses les plus faibles de vos ennemis si vous voulez infliger des dégâts.
Prenez le temps d’étudier vos adversaires, choisissez la bonne attaque à utiliser et vous sentirez très rapidement la différence. Bien entendu, inutile d’appliquer cela pour tous les ennemis du jeu, un squelette avec 3 niveaux de moins que votre équipe aura de grandes chances de se faire toucher quoi qu’il arrive. Mais cela devient vite indispensable face à une cible coriace ou qui doit être éliminée rapidement.

Faire attention aux défenses adverses est donc vitale, mais parfois cela ne suffira pas. Votre équipe porte ses attaques avec succès, mais la barre de vie d’un ennemi ne veut pas descendre ? Vos armes ont très certainement une pénétration d’armure trop faible par rapport à la valeur d’armure adverse, ou bien vous infligez un type de dégât (perforant, contondant, feu, etc..) pour lequel l’ennemi est plutôt résistant. Pensez toujours à avoir un second set d’armes pour pallier ce problème, ou utiliser des sorts et objets permettant de réduire l’armure et les résistances adverses.

exemple de placement
Il suffit de passer le curseur sur un ennemi pour avoir directement toutes les informations nécessaires. Vous n’avez plus d’excuses!

Engagez-vous, rengagez-vous qu’ils disaient

L’engagement est l’autre notion cruciale à comprendre pour tourner les combats en votre faveur. Quand un personnage attaque quelqu’un au corps à corps, une flèche va relier l’attaquant à sa cible, qui va être automatiquement arrêtée dans ses déplacements et sera désormais considérée comme “engagée”. Si la cible décide de s’éloigner de l’attaquant, ce dernier va obtenir instantanément une attaque de “désengagement”, c’est à dire l’occasion de lui coller une baffe !

suite du combat
En vert, les ennemis que vous engagez. En rouge, les ennemis qui vous engagent.

C’est pourquoi il est très important de ne pas faire reculer systématiquement ses mages et archers dès qu’ils se font attaquer au corps à corps par un ennemi, car en faisant cela, vous allez techniquement dédoubler la vitesse d’attaque de l’adversaire.

Cela veut aussi dire qu’engager les ennemis avec vos personnages les plus robustes est le moyen le plus efficace de garder vos compagnons les plus fragiles à l’abri.
Plus un personnage a une valeur d’engagement élevée, plus il pourra engager d’ennemis contre lui. Inutile toutefois de chercher à trop monter cette valeur, l’IA n’est pas trop bête et vous n’aurez jamais 8 adversaires sur votre tank. Personnellement, je trouve qu’un engagement de 3 suffit largement.
Même si l’engagement est un moyen de défense très puissant, ce n’est pas non plus la garantie absolue que vos personnages à distance ne seront jamais embêtés. Il existe plusieurs objets et compétences afin d’échapper à un engagement ou d’attirer une cible vers soi. Donc soyez vigilants et préparez un plan B en cas de débordement.

En connaître un rayon sur les sorts

Pour la grande majorité des sorts à effet de zone, au moment de leur utilisation, vous verrez deux cercles (ou cônes) concentriques. Il est important de comprendre à quoi ils correspondent afin de positionner votre sort correctement et ne pas tuer la moitié de votre équipe.
Le premier cercle, petit et foncé (le “méchant”), affectera toutes les unités, alliées ou ennemies, qui seront situées à l’intérieur. Il faudra donc faire bien attention à ce que vos compagnons ne soient pas en contact avec celui-ci.
Le second cercle, plus grand et clair (le “gentil”), n’aura d’effet que sur les unités ennemies. Vos personnages peuvent se retrouver à l’intérieur sans danger, ils ne subiront pas les effets du sort.
Grâce à ce système de double zone, vous pourrez lancer des boules de feu, nuages d’acide et autres joyeusetés sur des unités combattant au corps à corps sans prendre le risque de blesser vos compagnons.
Dernière chose utile, pendant qu’un personnage se prépare à lancer un sort, vous pouvez redéfinir la zone d’effet de celui-ci sans annuler son incantation. Très pratique si la configuration du combat a changé entre temps !

zone d'efficacite des sortileges

Voilà qui conclue le tour des choses essentielles à savoir pour rapidement garder la tête hors de l’eau pendant les combats de Pillars of Eternity II, le reste étant de l’optimisation.
Le jeu propose une excellente encyclopédie qui explique toutes les mécaniques implémentées, il suffit de passer son curseur sur un personnage ou une description pour obtenir des informations très détaillées. N’hésitez pas à être curieux et assimiler progressivement le système de combat pour peaufiner votre équipe et parfaire votre stratégie.