logo du site Un site de la communauté Canard PC
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
fermer
logo du site
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Pathfinder : Kingmaker

Battle Royaume

Genre :

Dernière MaJ : 19/02/2021

Bienvenue dans le monde fascinant de Pathfinder ! Devant vous se dressent montagnes, rivières, territoires disputés et potentiellement ce qui sera votre nouveau royaume. Mais gérer un royaume est un sacré bazar, et encore plus quand vous devez faire des excursions dans des grottes pleines d’ennemis dans l’espoir de trouver une épée +5. Voici quelques conseils pour bien commencer, et éviter les embûches sur votre chemin pour devenir baron des Terres Volées !

Au commencement, il y avait un D20

Commençons par les bases voulez-vous ? Pathfinder Kingmaker offre une expérience modifiable à souhait. La difficulté peut être changée en pleine partie, et les options liées peuvent l’être aussi. Une des qualités du jeu est bien la possibilité de jouer au tour par tour comme en temps réel, via un mode tour par tour activable ou désactivable au détour de chaque combat ! La difficulté est facilement modifiable, vous permettant d’avoir ou non, pour vos personnages, une résistance au premier coup mortel porté contre eux, la possibilité de se relever après les combats, et d’autres fonctionnalités toutes aussi pratiques. Pensez à activer le mode de déplacement rapide en dehors des combats, c’est un must-have. Pour le reste, prenez le temps de fouiller un peu dans les paramètres du jeu, et dans les options de difficulté en commençant votre partie ! Si le tout est modifiable plus tard, autant s’y intéresser avant même le lancement !

Et puis vint la création du personnage

La création du personnage, n’est-ce pas un moment merveilleux à passer, l’excitation de créer le personnage parfait qui vous amènera loin dans vos aventures, bravant tous les dangers, mangeant comme un roi et dormant comme un zèbre insomniaque (car oui, les phases de repos peuvent être perturbées par des embuscades, nous y reviendrons). Pathfinder Kingmaker repose, comme l’indique le titre, sur les bases du jeu de rôle papier Pathfinder. Vous y retrouverez donc plusieurs attributs tels que le charisme, l’intelligence, la sagesse et la constitution, en plus des compétences affiliées, telles que l’athlétisme, la mobilité, la persuasion, la connaissance du monde ou encore des religions.

Revenons rapidement sur les éléments de la création du personnage ! Vous constaterez que le nombre de classes est assez pharamineux. Chaque classe repose sur des mécaniques particulières, mais se divise aussi en quatre sous-classes. Choisir une classe vous offre une information visuelle sur l’onglet de répartition des points du personnage : les caractéristiques importantes pour votre classe sont écrites et signalées sur l’écran. Un sorcier privilégiera le charisme, et cela lui sera indiqué, tout autant qu’un barbare se verra suggérer d’investir dans la force, et qu’un chasseur dans la dextérité. Il est évidemment conseillé de ne pas tout investir dans un atout et minimiser les autres, puisque tomber à 0 dans une statistique ( via des effets de sorts et de techniques, notamment ) vous rendra bien souvent incapable d’agir en combat ! Créez donc un personnage équilibré, avec une prédominance dans une statistique, mais pas au détriment des autres ! Vous obtiendrez des points à attribuer au fil des niveaux, que ce soit dans les statistiques ou les talents. L’idéal pour une première partie est de rester proche du sentier proposé et des statistiques suggérées.

Dieu créa l’homme au septième jour, et il vous faudra peut-être autant de temps pour votre personnage

Sur ce même écran, se trouvent de nombreuses informations, comme la classe d’armure de votre personnage ( qui détermine à quel point il est facile, ou non, de le toucher), votre capacité à vous concentrer pour lancer des sorts, la détermination ( fortitude ) qui influe sur votre capacité à résister à certaines techniques et sorts, et influencée par vos points de constitution, les réflexes, qui ont une utilité similaire, mais liés à la dextérité, et la volonté, liée à sagesse ! La création de votre personnage vous montrera donc d’emblée ses forces, et ses faiblesses.

Mais sur ce même écran se trouvent d’autres statistiques : les talents ! Chacun d’entre eux apporte quelque chose de plus à votre personnage, alors voyons ça rapidement :

  • L’athlétisme et la mobilité sont liés à l’équilibre et à l’endurance de votre personnage, et vous permettent de résister à des pièges et autres terrains glissants.
  • La ruse vous permet de désamorcer les pièges, d’ouvrir des portes et de mieux manipuler votre prochain
  • La furtivité porte bien son nom, elle sert à vous dissimuler, à mieux contourner l’adversaire, et à en profiter
  • La connaissance des arcanes vous sert à créer des objets magiques, identifier la magie et les monstres, et apprendre des sorts
  • La connaissance du monde vous permet de mieux cuisiner, d’apprendre des langues, déchiffrer des écritures, créer ou voir des faux
  • Le savoir de la nature vous permet de gérer les animaux, identifier certains monstres, stabiliser un camarade blessé et aussi chasser lors des campements.
  • Le savoir de la religion vous permet d’identifier certains monstres également, et de récupérer des informations sur les plans et les religions
  • La perception vous permet de discerner les messages secrets, obtenir des indices, trouver des détails dans l’environnement, sentir les enchantements, les pièges, et de mieux chercher les environs
  • La persuasion vous permet de convaincre les autres, de créer des diversions, d’intimider, mentir, de persuader en somme.
  • L’utilisation d’objets magiques vous permet d’utiliser des parchemins sans être sorcier, d’équiper des objets magiques normalement interdits à votre personnage, et d’éviter les conséquences de l’utilisation d’objets dangereux.

Chacun de ces talents apporte quelque chose à votre style de jeu. Vous trouverez au long de votre épopée nombre de passages où chaque talent pourra vous être utile. La ruse et la persuasion offriront de nouvelles options de dialogues, les connaissances et le savoir vous aideront à identifier vos ennemis et à comprendre le monde qui vous entoure, la perception et la ruse vous protégeront des pièges, etc. Beaucoup de passages illustrés inspirés des livres dont vous êtes le héros vous proposeront aussi des choix en accord avec vos talents, et ainsi, chaque talent a une utilité claire dans le jeu. Tout est au final question d’équilibre, d’avoir un groupe harmonieux dont chaque membre possède un talent particulier, pour vous assurer un voyage des plus agréables ! La persuasion est évidemment plus utile sur le personnage joueur cependant, et je ne peux que vous conseiller d’avoir toujours sur vous des cordes, des marteaux et autres outils proposés à l’achat.

Vous serez aussi amenés à choisir votre alignement, qui peut cependant changer au cours du jeu suite à vos choix, et aussi votre religion, ou non, ce qui amène certains avantages supplémentaires à votre personnage. La création d’un personnage entièrement à vous est à portée de main !

Revenir encore plus en détail sur la création du personnage demanderait un guide à lui tout seul, aussi je vous invite à suivre le wiki fextralife ( http://cpc.cx/tyX ) ou des vidéos ( http://cpc.cx/tyY )qui vous guideront sur la création au besoin. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que vous êtes libres de créer un personnage comme vous l’entendez, et que la profondeur du jeu ne se joue pas entièrement sur la création du personnage. Expérimentez donc, choisissez ce qui vous tente le plus, et partez à l’aventure assuré que vous serez forcément bon à quelque chose ! De plus, il existe un moyen de changer votre spécialisation, alors autant dire que vous n’avez pas à craindre de faire un mauvais personnage !

Camille Combat

Le combat dans Pathfinder, c’est un peu comme un gigantesque burger : il y a des strates d’éléments différents, beaucoup de strates, et chacune mérite de s’y intéresser au moins un minimum. Voici donc quelques conseils, sans aucun ordre particulier, pour vous aider à faire vos débuts dans ce vaste monde.

La perception est votre amie. Qui dit perception, dit pièges, et voir les pièges. Avoir un compagnon capable de les voir vous sauvera de bien des problèmes, en plus de vous rapporter un joli morceau d’expérience si vous réussissez à les désamorcer !

Pensez toujours à porter une torche sur vous. Certains ennemis, comme les nuées d’araignées, ne peuvent être touchés par des coups de rapières, mais la torche les enflamme tout aussi bien que n’importe quel sort de zone, et vous aidera à vous débarrasser de ces viles bêtes sans trop de tracas.

Les combats peuvent paraitre brouillons au premier abord, mais vous prendrez vite le coup de main pour coller des mandales !

La meilleure attaque, c’est la défense. Les sorts défensifs sont cruciaux pour limiter les dégâts pris, et donc la nécessité de se reposer. Les sorts comme « flou » et « image miroir » vous éviteront bien des coups, et feront pencher la balance plus souvent pour vous qu’un éclair lancé sur un ennemi. Les sorts dits de contrôle des foules vous permettront de limiter le nombre d’ennemis actifs. Combinés, ces deux types de sorts limitent le nombre de coups subis, et le nombre d’ennemis actifs à la fois, vous offrant donc des combats plus faciles. Petit bonus, pensez aussi aux sorts pour limiter les effets des poisons, cela vous évitera bien des ennuis !

Chaque sort a une durée variable. Certains durent 10 minutes, d’autres une heure, ce qui permet de les conserver au fil de plusieurs combats. Ces sorts sont souvent à renouveler rapidement, et en prévision des zones de combats, pour être sûr d’être aussi prêt que possible à affronter ces vils gobelins qui vous lancent des tessons de bouteilles depuis l’autre bout de la grotte.

Pensez à avoir sur vous plusieurs kits de campement. La fatigue est handicapante, et le repos bien souvent nécessaire plusieurs fois par donjon, comme par voyage à travers le monde, pour assurer que vous soyez fins prêts à affronter ce qui se dressera devant vous, qu’il s’agisse d’un poulet enragé, d’un dragon calme, ou d’un poulet-dragon berserker assoiffé de richesse.

Le Royaume et ses environs

Il n’a jamais été caché que vous deviendrez au fil des événements du jeu un baron ou une baronne possédant ses propres terres, et avec celles-ci vient une phase de gestion importante ! Chaque mois, de nombreux événements viendront perturber votre royaume, sous forme de cartes d’opportunités, ou de crise. Résoudre les crises est prioritaire, car cela évite que votre royaume subisse des malus, qui, à terme, peuvent vous faire perdre la partie. Pour les résoudre, des postes de conseillers vont s’ouvrir au fil du temps, auxquels pourront être assignés des PNJs comme certains de vos compagnons. Assigner un compagnon à un poste de conseiller ne l’immobilise pas et ne l’empêche pas de faire partie de votre groupe. Il saura gérer à la fois son rôle de conseiller pour le royaume, et celui de compagnon de route. De la même manière, vous pouvez tout à fait gérer votre royaume depuis la route, sans passer par votre capitale. Ce n’est pas explicite, mais cela vous fera gagner bien du temps.

Voyage voyage, plus loin, que la nuit et le jour !

L’histoire principale se déroule sous la forme de chapitres, et chaque chapitre amène avec lui une crise à gérer. Les crises se présenteront sous la forme de cartes de crises, ce qui vous incitera à résoudre le chapitre rapidement, afin de profiter de quelques mois de répit avant le suivant, et de limiter l’impact sur votre royaume.

Le voyage à travers les Terres Volées mérite aussi quelques précisions, notamment par rapport à la notion de poids, la vitesse de déplacement sur la carte, et la fatigue. Plus vous portez de charge, plus vous vous déplacerez lentement, y compris sur la carte. L’inventaire est divisé en deux catégories : l’inventaire du personnage, et l’inventaire du groupe, qui lui influera sur la caravane, et donc la vitesse de déplacement sur carte. La fatigue générée se fait aussi selon la distance parcourue, et certains lieux sont difficiles à parcourir, ralentissant encore la vitesse de déplacement. Ainsi, il est important de planifier vos routes, et de prévoir suffisamment de matériel pour assurer un voyage sans encombre !

Je suis fatigué de cette fatigue qui vient si vite

Si le jeu peut sembler complexe ou vous agacer sur certains points, ne craignez rien ! Il existe un fabuleux mod, le Bag of Tricks, qui vous permettra de modifier des pans entiers de l’expérience pour la rendre plus adaptée à votre style de jeu, et plus plaisante ! Modifier la vitesse de déplacement sur la carte, la vitesse d’apparition de la fatigue, le nombre de sorts disponibles entre chaque repos, tout est possible avec ce mod, et si l’aventure vous semble trop dure sur certains aspects, ou ne vous sied pas parfaitement, vous pourrez trouver votre bonheur dans les paramètres de ce mod, qui plus est traduit en français !

Prêt pour le grand départ, votre majesté !

Et nous voilà à la fin de ce guide. Devant vous s’offrent les Terres Volées, leurs mystères, leurs trésors et leurs rencontres inattendues, parfois drôles, parfois chaleureuses, mais toujours intéressantes. Des épreuves vous attendront, mais aucun doute n’existe quant à votre capacité à les surmonter. Il ne tient qu’à vous d’offrir aux Terres Volées un baron ou une baronne digne de régner, par la force ou par la bienveillance, et de découvrir ce qui se cache derrière ces terres !

Merci à Robin de Tolens pour les conseils et les avis pendant l’écriture de ce guide !