logo du site Un site de la communauté Canard PC
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
fermer
logo du site
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Path of Exile

The mandale ou rien !

Genre : , ,

Dernière MaJ : 21/10/2021

Path of Exile est devenu, au fil du temps, le mètre étalon du hack’n’slash hardcore mais aussi une monstruosité magnifique… Une monstruosité car au fil des ajouts de contenu depuis plus de 8 ans, ce jeu, qui était déjà très riche et complexe à sa sortie, déborde littéralement de tous les côtés. Magnifique, car malgré cette richesse monumentale et son âge, celui-ci a su garder un grand équilibre qui permet de jouer de multiples manières et de réaliser des builds complètement fous et différents à chaque fois. Grinding Gear Games (GGG), les développeurs, ont rendu hommage à leur jeu préféré qu’est Diablo 2 en lui créant un digne successeur et cet humble guide est là pour vous aider à l’apprécier au mieux en attendant un futur Path of Exile 2.

Liens utiles

Mise à jour
Ce guide est une version remaniée et augmentée... “tousse” de l’ancien guide réalisé alors en 2015 par notre très cher Izual. Nous le remercions grandement pour le travail accompli !
Il est aussi important de savoir que le développeur de Path of Exile est actuellement en train de remanier un grand nombre d’aspects du jeu. Ce guide tentera d’être à jour au maximum mais il sera peut être en retard sur les changements les plus récents comme pour la ligue "Scourge" qui arrive (écrit au 17 octobre 2021).

Introduction au jeu

Présentation

Résumé du principe du jeu

Habitant d’Oriath, une contrée médiévale-fantastique où les magiciens côtoient les guerriers en armure, vous êtes condamné à être exilé sur le lointain continent de Wraeclast. Jeté à la mer non loin de ses côtes, vous découvrez un univers sans pitié où les aberrations démoniaques, les morts-vivants et les bandits sont monnaie courante. Leur point commun : ils veulent tous vous faire la peau. En les tuant, vous gagnez de l’expérience qui vous mène aux niveaux supérieurs, vous permettant de devenir de plus en plus puissant et de vous aventurer dans des zones de plus en plus dangereuses.

Vous aurez en permanence le choix entre jouer en multijoueur, avec des potes ou des inconnus, et jouer en solo (mais toujours sur internet). Jouer à plusieurs est toujours assez fun et permet de s’échanger de l’équipement plus adéquat pour chaque personnage au fur et à mesure de l’aventure. Mais le jeu en solo est aussi tout à fait viable et même très largement pratiqué par les joueurs.

Écran de sélection des personnages de Path of Exile.
Un belle brochette de vainqueurs…
Anglais ou Français ?
Depuis sa sortie en 2013, Path of Exile a eu droit à une version française en 2017 et permet à tous les joueurs non-anglophones de profiter du jeu. Ce guide vous donnera la majorité du temps les deux versions (anglaise et française) des termes clés car il vaut mieux utiliser, ou à défaut avoir en tête, les termes anglais vu la profusion de ressources importantes dans la langue d’Albion.

Déroulement d’une partie

Après avoir choisi votre classe de personnage, vous échouez sur une plage de Wraeclast où, niveau 1 et sans armes, vous attrapez le premier objet à portée de main pour vous défendre contre les zombies et autres crabes géants qui vous tombent déjà sur le râble. Vous avancez ensuite le long du rivage jusqu’à trouver un village qui vous proposera la sécurité et des marchandises à troquer, mais votre quête ne s’arrête pas là. En vous enfonçant de plus en plus dans l’arrière-pays (divisé en régions appelées « actes »), vous massacrez des monstres et gagnez de l’expérience qui se transforme en niveaux, ce qui vous permet de devenir plus fort et d’arriver, peut-être, jusqu’à la zone ultime où se trouve le boss du jeu. D’ailleurs, une des grandes différences avec la majorité des jeux du genre, c’est qu’il n’y a plus besoin de refaire l’aventure de multiple fois avec une difficulté grandissante et que cette difficulté évolue naturellement tout au long de la campagne.

La montée en puissance de votre personnage se fait par deux biais, l’obtention d’un matériel de meilleure qualité et le passage de niveaux. L’équipement – armes et armures – s’obtient simplement en ramassant ce que laissent parfois tomber les monstres ou en achetant aux joueurs et aux marchands (même si c’est moins fréquent de le faire), tandis que l’obtention du niveau supérieur fait augmenter certaines statistiques du personnage et lui octroie un point de compétence à placer où il le souhaite dans l’arbre de compétences.

Image du début de l'aventure sur la plage
La tête plantée dans le sable, on a connu des démarrages plus glorieux…

Choix de la ligue

Tous les trois mois, Path of Exile sort une nouvelle ligue (league). Tous les personnages existants sont alors remisés dans la ligue “Standard” , sorte d’immense fourre-tout sans grand intérêt, et un nouveau mode de jeu est créé. Pour y jouer, il faut alors se faire un nouveau perso. Par exemple, le 23 juillet 2021 le jeu a lancé la ligue Expédition, qui rajoute un mini-jeu d’excavation de sépulture et tout un lot de PNJ associés. Si vous pouvez tout à fait ignorer cette particularité et jouer normalement, vous feriez quand même mieux de choisir la dernière ligue en date au moment de créer votre personnage : comme elle est récente, vous arriverez dans un univers où les joueurs ne sont pas tous niveau 99 et où les bons objets rares sont vraiment rares. L’économie y est donc plus favorable aux nouveaux joueurs puisqu’il y a encore de la demande pour à peu près tout. Si vous choisissez d’aller directement en ligue standard, vous rejoignez la majorité des personnages créés depuis la sortie du jeu dans un univers où tout le monde croule sous les objets uniques. Après les trois mois règlementaires, votre perso sur la nouvelle ligue y est de toutes façons transféré et vous pourrez continuer à le jouer.

Une image de l'écran de sélection des ligues.
La sélection par défaut est le bon choix dans la plupart des cas.

Par défaut, le jeu vous place directement dans la ligue la plus récente et la plus adaptée pour un débutant, donc en théorie vous n’avez aucun changement à faire. Vous avez aussi l’option de créer un personnage en Hardcore mais ce mode de jeu, où vous n’avez qu’une seule vie, n’est clairement pas recommandé au débutant. Certains diront que seul les “vrais” jouent en Hardcore et que le Softcore est sans saveur mais vu le morceau à ingurgiter, vous aurez largement l’occasion de voir ça plus tard. Il existe aussi une option “Solo Self-found” pour les deux modes mais elle ne fait qu’empêcher de grouper avec d’autres joueurs et donc de pouvoir partager, acheter ou vendre de l’équipement avec eux.

Bien configurer

Options à connaître

La plupart des options de Path of Exile concernent plus le confort du joueur plutôt qu’elles n’affectent sa façon de jouer. Voici les paramètres qui nous paraissent les plus importants :

  • Show corner map : affichera une minimap (mini-carte) dans un coin de votre écran, ce qui est très utile. Dans le pire des cas, vous pourrez appuyer sur tab pour avoir une carte géante en transparence, comme dans Diablo 2 – du coup, assurez-vous d’avoir monté « map transparency » au moins jusqu’à 60%.
  • Always highlight : vous indiquera les points d’intérêt quand ils seront à l’écran, ce qui vous évitera de les louper par distraction.
  • Show full descriptions : peut servir à voir les détails d’un objet avant de le ramasser.
  • Show sockets : vous permet de voir les sockets en permanence, pour ne pas passer à côté d’un objet très précieux.
  • Chat : on vous conseille de désactiver l’entrée automatique dans les salons de discussion du jeu, sauf si vous comptez jouer en multi tout de suite. Sinon, bien que vous voyez en solo vous aurez droit à des discussions en permanence, pas vraiment idéal pour l’immersion. Au pire, vous pouvez toujours les quitter si vous les avez rejoints…
  • Show mini life bars… : très utile, cette option vous permet d’afficher la vie des alliés/ennemis au-dessus d’eux. Si vous trouvez que ces barres sont vraiment trop moches, vous avez le droit de désactiver l’option, mais ce serait sans doute assez pénalisant.
  • Auto-equip : vous n’avez pas encore de casque ou de bague ? Ce paramètre vous permettra de les équiper dès que vous les ramasserez, donc pourquoi ne pas l’activer ? À noter qu’il ne remplacera pas vos objets si vous en ramassez de meilleurs, il s’occupe juste de remplir les emplacements vides. Attention : si vous êtes amené à jouer un build à main nue (ça existe), cette option est à désactiver pour éviter d’équiper malencontreusement une arme par erreur.
  • Mousewheel zoom : si vous ne comptez pas zoomer pour que votre perso remplisse la moitié de l’écran, c’est bien, vous êtes normal et pouvez donc oublier cette option qui risque de s’activer par erreur quand vous voudrez utiliser une troisième compétence active avec le bouton du milieu de la souris.
  • Default Item Allocation : nous vous conseillons de le mettre sur “Permanent Allocation” pour que le loot en groupe soit alloué de manière permanente à chaque joueur et donc éviter le risque de se faire piquer des objets. Sachez toutefois que les objets restés au sol deviennent libres d’accès quand le joueur qui en a l’attribution quitte l’instance.
Image de l'écran des options
Il y a beaucoup d’options pour affiner son expérience de jeu dans chaque onglet.

Raccourcis claviers

Path of Exile peut se jouer quasi-exclusivement à la souris, mais vos deux mains seront quand même souvent sollicitées. La plupart du temps, il faudra être prêt à appuyer sur 1, 2, 3, 4, 5 (en-dessous de F1, F2, etc.) qui permettent de boire instantanément les potions qui se trouvent dans votre ceinture. Sinon, la rangée de touches AZERTY juste en-dessous actionne les compétences actives que vous y avez placé, si jamais vous en avez plus de deux (par défaut, les deux premières se mettent automatiquement sur votre clic droit et votre bouton du milieu de la souris). Attention, il se peut que par défaut le jeu ait enregistré les touches QWERTY à la place. À part ces quelques raccourcis, peu sont vraiment utiles :

  • Tab affiche la carte du lieu où vous êtes, si vous vous sentez perdu.
  • U affiche la carte de l’acte (la région), ce qui permet par exemple de voir si vous vous trouvez dans une zone où il y a un waypoint (portail permettant de voyager entre ceux débloqués) et à quels endroits conduit la route que vous suivez.
  • Alt permet de montrer les objets au sol si vous n’avez pas activé l’option pour les avoir toujours affichés. Il permet aussi, dans l’inventaire, d’afficher les détails complets des objets comme l’itemlevel ou le tier et la plage des affixes des objets magiques, rares et uniques. Ainsi que la comparaison avec l’objet porté actuellement.
  • Shift, dans le cadre d’attaques à distance, permet de les lancer en forçant votre personnage à rester où il est, une option très utilisée par tous les archers et les mages.
  • Control (+ les touches associées) permet d’accéder à la deuxième barre de compétences actives si jamais vous en avez vraiment beaucoup. Souvent utile pour les auras et autres bonus persistants quand vous devez les relancer après une mort malencontreuse.
Je veux juste pouvoir marcher...
Une petite astuce qui pourra vous servir très vite, c’est de juste pouvoir marcher sans attaquer (très utile pour tous ceux qui ont besoin de se positionner stratégiquement sans risque de faire une action involontaire). Pour cela, il suffit de cliquer sur le raccourci du clic-gauche (avec un symbole d’épée pour l’attaque par défaut) et de choisir l'icône avec des “traces de pas” pour simplement marcher avec celui-ci. Pratique pour les archers et autres lanceurs de sorts.

Le Loot Filter

Arrivé à un certain stade du jeu, vous allez littéralement crouler sous le loot et c’est alors que le système de filtrage/tri visuel du loot intégré à Path of Exile va vous aider grandement. Dans l’onglet “Game” des options, vous allez trouver la ligne “List of Item Filters” qui contient l’ensemble des filtres que vous avez sur votre ordinateur ainsi que l’accès au dossier où ils se trouvent. Malheureusement, au début vous n’avez que le filtre “Default” mais vous pourrez en trouver bien d’autres sur le forum officiel. Cependant, nous vous conseillons celui de Neversink qui est évolutif tout au long du leveling et qui possède de multiples variantes. Vous pouvez aussi passer par le site FilterBlade (créé par Neversink) qui vous permettra de réaliser votre propre filtre ou tout simplement d’y lier votre compte Path of Exile pour intégrer et mettre à jour automatiquement les filtres par défaut de Neversink. D’ailleurs, pas d’inquiétude, Neversink ayant fait un boulot remarquable sur le sujet, il fait maintenant partie de l’équipe de GGG (le développeur de Path of Exile).

Bref, avec ces filtres vous ne risquez plus de rater les objets importants tout en diminuant grandement l’encombrement visuel à l’écran.

Image du site Filterblade
Le loot filter est vraiment un outil indispensable pour looter efficacement.

Les classes et l’arbre de compétences

Attributs

Contrairement à l’idée qu’on se fait d’un hack’n’slash classique, les sept classes de Path of Exile sont potentiellement interchangeables. Leur différence à part l’arme (anecdotique) de départ ? Elles démarrent à un endroit différent de l’arbre de compétences passives qui régit à peu près tout dans le jeu. Cet arbre est divisé en grandes parties : à gauche, il y aura plutôt les nœuds de force, à droite ceux de dextérité et en haut ceux d’intelligence. Par exemple, le marauder (identifié à un barbare brutal et bourrin) commence au cœur des nœuds (nodes) de force, mais rien ne l’empêche de bifurquer vers la dextérité et de choper tout ce qui est utile pour manier les armes de cet attribut, par exemple les arcs.

Cependant, il existe une subtilité pour chaque classe au cours de la campagne. Elles auront l’occasion d’accomplir une Ascendance (Ascendancy) qui va leur permettre de se spécialiser dans certains aspects du gameplay et chaque classe aura le choix entre trois ascendances différentes (sauf la septième) mais nous y reviendrons plus tard.

Les trois attributs (force – strength en rouge, dextérité – dexterity en vert, intelligence en bleu) définissent à peu près tout : votre quantité de vie, de mana, votre défense, votre puissance, et même les objets que vous pouvez équiper. Réparties en différentes catégories, les armes sont généralement affiliées à un attribut en particulier, comme les baguettes qui sont liées à l’intelligence, les arcs à la dextérité et les massues à la force.

Là où tout se complique, c’est que le jeu ne se limite pas à des objets et des classes complètement tournées vers la force, la dextérité ou l’intelligence. Le duelist, par exemple, est une classe de personnage à mi-chemin entre force et dextérité, qui excelle notamment dans le maniement des armes qui nécessitent ces deux attributs, comme les rapières. Selon le style de jeu et les armes visées, il faudra donc privilégier certains attributs et certains endroits de l’arbre de compétences, ce qui influe sur le choix de la classe.

Classes

Les sept classes du jeu (six quand vous commencez, la septième n’étant disponible qu’après avoir libéré un personnage en jouant) se valent toutes, leur principale différence étant l’emplacement où elles démarrent dans l’arbre de compétences passives (et, dans une moindre mesure, leur apparence et leurs stats de départ) ainsi que dans les ascendances qu’elle propose par la suite. Une witch (sorcière), au cœur des nœuds d’intelligence, peut donc aller se battre avec une hache dans chaque main si elle entreprend le long voyage vers les nœuds de force, mais son emplacement de base lui fait privilégier l’usage des objets nécessitant de l’intelligence : dans Path of Exile, tout est possible mais tout n’est pas viable, loin de là.

Les classes « pures »

Marauder (Maraudeur) : situé en plein dans la force, le Maraudeur a accès à une grande quantité de nœuds qui augmentent ses dégâts physiques et sa résistance. Il manie principalement les masses, qui sont des armes nécessitant uniquement de la force (à l’exception des sceptres). L’élément aligné avec la force est le feu. Il a trois ascendances orientées vers le tanking et les charges d’endurance, les dommages purs ou le feu et les totems :

  • Juggernaut (Colosse) : La classe du tanking pur mais qui n’oublie pas les dommages non-plus. Parfait pour faire un personnage blindé en armure et impossible à immobiliser.
  • Berserker : Il est assez explicite en soi. On est là pour maximiser les dommages au risque d’augmenter les dommages subis soi-même. Mais si les ennemis sont morts avant qui s’en soucie ?
  • Chieftain (Chef Tribal) : Vous voulez jouer avec le feu ou avec les totems tribaux ? C’est la solution parfaite pour jouer un magicien de feu avec beaucoup de vie et/ou avec des amis totems qui se battront pour lui.
Image montrant les ascendances du marauder

Ranger : la Ranger est au cœur des nœuds de dextérité, et maîtrise donc tout ce qui est vitesse, esquive et précision, ainsi que l’élément de froid. Les armes qui demandent uniquement de la dextérité sont les arcs et les rapières (fines épées). Ses trois ascendances sont orientées vers la maîtrise des projectiles, l’attaque rapide et les charges de Frenzy ou l’utilisation des potions :

  • Deadeye (Archère d’Élite) : C’est la classe des archers et autres utilisateurs de projectiles. Avec celle-ci, vous allez pouvoir tirer plus de projectiles, les faire ricocher et profiter de multiples améliorations pour faire un nettoyage efficace.
  • Raider (Furie) : La furie est aussi une classe très offensive et centrée presque exclusivement sur la vitesse et la capacité à passer à travers les ennemis (Phasing) tout en générant des charges de Frenzy.
  • Pathfinder (Exploratrice) : Voici une classe assez particulière car elle tourne autour de l’utilisation des potions pour déclencher de multiples effets offensifs et défensifs. Ne vous laissez pas berner… Les potions du jeu peuvent être très puissantes et construire un personnage qui optimise leur utilisation est un choix grandement apprécié.
Image montrant les ascendances de la Ranger

Witch (Sorcière) : à portée de tous les nœuds d’intelligence, la Sorcière peut améliorer à volonté ce qui relève de la magie, à savoir les sorts et la mana (la réserve dans laquelle on puise pour utiliser une compétence). L’élément d’électricité, l’Energy Shield (bouclier d’énergie ou ES) et les armes comme les baguettes et les sceptres sont également à l’honneur. Les ascendances de la Witch tournent autour de la Nécromancie et des armées de minions (laquais), les dommages élémentaires et les compétences actives associées ou sur les malédictions, les dommages over-time (sur la durée) de chaos et de froid ainsi que l’ES.

  • Necromancer (Nécromancienne) : Comme dit l’adage, “Plus on est nombreux plus on rit” et avec la nécro, vous allez vous en donner à coeur joie ! Zombies, squelettes, spectres, etc. Vous aurez l’embarras du choix. Et ne laissez pas les grincheux dire que c’est une classe de feignant… Vous aurez fort à faire pour manager tout ce petit monde.
  • Elementalist (Élémentaliste) : Vous aimez jouer avec les éléments et voir vos ennemis brûlés, congelés et électrocutés en même temps ? C’est ici que ça se passe.
  • Occultist (Occultiste) : Maudire ses adversaires jusqu’au trognon tout en réduisant progressivement leur vie avec des dommages de froid ou de chaos, ça peut être une bonne optique. De plus, si vous pouvez régénérer votre Energy Shield en un clin d’œil… Quoi de mieux ?
Image montrant les ascendances de la Witch

Les classes hybrides

Après les trois classes représentant chacune un attribut brut viennent les classes hybrides, qui démarrent entre deux attributs et ne sont donc pas ultra-spécialisées comme peut l’être une Ranger avec la dextérité par exemple, mais ont des avantages certains en alliant plus facilement à cet attribut un autre qui lui sera complémentaire.

Duelist (Duelliste) : le duelist commence entre la région de la force et celle de la dextérité. Pour manier toutes sortes d’épées, il se sert de la vitesse et de l’esquive conférées par sa dextérité pour optimiser l’armure et les dégâts que lui donnent la force. Ses Ascendances sont orientés sur plusieurs mécaniques de combats comme le Culling (Exécution) et le vol de vie, le Block (Parade) et le Bleed (Saignement) ou encore l’Intimidate (Intimidation) et différents buffs :

  • Slayer (Sanguinaire) : Culling, vol de vie et dommages augmentés contre les boss sont au menu de cette classe qui ne fait pas dans la dentelle.
  • Gladiator (Gladiateur) : Il est le spécialiste du Block qui est une très bonne mécanique de défense et qui profite de celle-ci pour augmenter ses dommages. Il adore aussi travailler avec le Bleed et faire exploser ses ennemis qui meurent en saignant.
  • Champion : C’est un touche-à-tout qui améliore différentes mécaniques comme l’effet des auras, du Fortify (Renforcement) ou de la provocation et de l’Intimidate. Une classe assez équilibrée.
Image montrant les ascendances du Duelist

Templar (Templier) : le templier allie la puissance des sorts ou des attaques et des dégâts élémentaires de l’intelligence pour faire de gros dégâts physiques avec la force, car il démarre entre ces deux zones. Il est aussi un bon choix pour certains types de build d’invocation. Il excellera donc logiquement dans le maniement des bâtons et des sceptres. Les trois ascendances du templier s’axent sur les dommages critiques et élémentaires, l’invocation de totems et de brands (symboles) ou encore le buff de groupe et les minions :

  • Inquisitor (Inquisiteur) : Une autre classe tournée vers les dommages élémentaires avec un goût spécifique vers les dommages critiques et l’ignorance des résistances adverses ainsi que l’amélioration des builds qui alternent entre attaque et lancer de sorts. Il aime aussi consacrer le sol sur lequel il se tient ce qui lui donne des bonus et des malus à ses ennemis.
  • Hierophant (Hiérophante) : C’est celui qui aime invoquer des totems ou des brands pour attaquer à sa place. Ce qui lui donne un avantage défensif et tactique certain, le tout doublé d’une amélioration des mécaniques qui permettent d’utiliser sa mana comme source de protection.
  • Guardian (Gardien) : Le gardien aime aussi s’entourer mais il n’a pas peur de se salir les mains lui-même. Il profite de plein de bonus pour lui et ses alliés et est donc un très bon choix pour tous les amateurs de build “minions” voulant aussi charger dans la mêlée.
Image montrant les ascendances du Templar

Shadow : le Shadow est l’assassin, qui utilise la vitesse et l’esquive de la dextérité pour se battre, et la puissance de l’intelligence pour utiliser des compétences actives qui conviennent à son style de jeu comme les pièges et les mines. En se battant surtout avec les dagues et les griffes, il est aussi le maître des coups critiques, des attaques rapides et du vol de vie. Des avantages qu’il compense avec une fragilité qui le fait rentrer dans l’archétype du glasscannon, l’assassin puissant mais pas du tout résistant. Ses ascendances sont donc en phase avec ses différentes spécialités comme l’optimisation des dommages critiques, l’utilisation des mines ou pièges mais aussi différentes techniques pour s’améliorer tout réduisant sa nature de glasscannon :

  • Assassin : La classe la plus spécialisée dans les dommages critiques. Presque tout est fait pour en faire et pour les améliorer comme la génération de Power charge. Mais il y a aussi un petit volet sur les dommages de poison et donc de chaos.
  • Saboteur : Vous n’aimez pas vous mouiller et vous préférez laisser de petits “cadeaux” à vos adversaires. C’est la classe de choix pour les amateurs de pièges et autres mines. Générer des réactions en chaînes tout en aveuglant ses ennemis. Le meilleur ambianceur de vos soirées !
  • Trickster (Roublard) : Les dommages c’est bien et le Shadow est bien équipé de ce côté-là mais vous aimeriez avoir des outils en plus pour survivre un peu mieux. Le Trickster est la bonne option. Bonus de mana, récupération de vie, d’ES et de mana, génération de charge, bonus de dommage chaos et over-time ainsi que différents buffs d’évasion et de survie sont donc au menu de cette classe multi-tâches.
Image montrant les ascendances du Shadow

Scion (Héritière) : la septième classe n’est pas disponible tout de suite, puisqu’il faut d’abord accomplir une quête à la fin de l’acte 3 pour la débloquer. Elle commence en plein milieu de l’arbre, à égale distance de tous les attributs. Si elle manque donc la spécialisation qu’ont les autres classes, elle est incroyablement polyvalente et peut donc évoluer en devenant n’importe quel type de personnage. De toute façon, vous n’avez pas à vous en préoccuper maintenant, puisque vous ne pouvez pas la choisir… Mais on vous la déconseille quand même pour votre deuxième perso, car elle est difficile à prendre en main. Et contrairement aux autres, elle n’a qu’une seule ascendance :

  • Ascendant (Ascendante) : C’est la maîtresse de l’arbre de compétence… Elle peut donc avoir plus de points de compétences à allouer dans l’arbre mais aussi piocher certains bonus issus des ascendances des autres classes (mais en moins puissant – faut pas déconner). Elle peut aussi choisir de mettre des points de compétences au « démarrage » des autres classes. Ainsi, elle peut les mettre à son point de départ dans l’arbre mais aussi choisir de partir du point de départ des autres classes ce qui permet une meilleure optimisation de son build. Bref, une classe pour les joueurs confirmés.
Le Labyrinthe
Vous vous demandez sûrement comment on accomplit cette fameuse “Ascendance” ? Et bien par l’intermédiaire d’une épreuve particulièrement mortelle : le Labyrinthe d’Izaro. Accessible à l’Acte 3 après avoir accompli différents tests préparatoires au cours de l’aventure. Ce lieu est une forme de “rogue-lite” où l’échec n’est pas autorisé sous peine de recommencer l’épreuve du début. Prenez garde, il est blindé de pièges mortels et de combats de boss particulièrement violents… Mais la récompense en vaut la chandelle ! D’ailleurs, pour connaître le plan du labyrinthe de chaque difficulté et qui change tous les jours, nous vous conseillons le très bien nommé PoELab.
Image de l'entrée du Labyrinthe
Voici l’entrée du Labyrinthe dans l’acte 3 et la liste des épreuves à passer.

Arbre de compétences passives

Fonctionnement

L’arbre de compétences est constitué de nœuds qui octroient des bonus passifs, c’est pour cela qu’on l’appelle passive skill tree ou arbre de compétences passives. Pour avancer dans l’arbre, il faut gagner un niveau et dépenser le point de passif ainsi gagné en débloquant l’un de ces nœuds, en formant un chemin qui commence aux nœuds de départ de votre classe.

Les différents nœuds donnent des bonus très variés : si la plupart n’ont qu’un effet assez mineur et constituent en fait un chemin, un passage obligé vers de plus puissants bonus (symbolisés par un rond plus gros dans l’arbre), certains sont extrêmement importants. Pour autant, et c’est l’un des points forts de Path of Exile, aucun nœud n’est un must-have et tout dépendra de votre style de personnage. En effet, il ne vous sert à rien de vous diriger vers les bonus passifs de dégâts avec les haches si vous voulez plutôt vous spécialiser dans les dagues. De même, l’un de vos personnages pourra être tout entier basé sur l’obtention du nœud Blood Magic (« BM », qui supprime votre mana et puise dans votre vie pour lancer des compétences) alors que votre prochain perso de cette classe n’aura aucun intérêt à se diriger par là. En règle générale, les nœuds les plus intéressants sont placés sur le bord extérieur de l’arbre, et donc difficiles à atteindre par plus d’une ou deux classes, ou pile au centre : là, à moins d’être une Scion il faudra de la persévérance pour faire tout le trajet.

Image de l'arbre des compétences passives
L’élément iconique du jeu qui peut faire peur… mais on s’habitue vite.

Pour l’arbre comme pour le reste du jeu, tout est affaire de prévision : définir votre style de jeu vous permet non seulement de choisir les attributs qui s’y prêtent mais aussi la classe de votre personnage, et de rechercher les nœuds importants ; en voulant vraiment optimiser on peut également regarder la liste des compétences et choisir directement lesquelles seront utilisés par votre perso. Par exemple, si vous voulez être très mobile mais avec de gros dégâts centrés sur le mono-ciblage, c’est logiquement la classe de l’assassin Shadow qui va vous attirer, entre la dextérité et la magie. C’est en effet près de lui que sont tous les nœuds relatifs aux coups critiques, la base pour tout mono-cibleur. Vous allez donc rechercher dans l’arbre interactif officiel les nœuds qui vous intéressent, en choisissant en bas la classe de départ Shadow et en surlignant tout ce qui contient « critic » (pour critical hits ou critical damage ou encore critical chance, tas d’ignares), mais aussi d’autres choses qui vous intéressent comme l’evasion (évasion) – dans ce cas là, vous allez pas mal utiliser les dagues qui ont des bonus critiques. Vous pourrez alors vous créer un itinéraire dans l’arbre, ce qu’on appelle un build. Cherchez aussi dans les forums pour voir si ce que vous avez prévu est plus ou moins conforme à ce que d’autres joueurs plus avancés ont conçu. Vous pouvez aussi faire une petite recherche sur un site comme poe.ninja qui contient le listing de tous les personnages les plus avancés de chaque leagues et de faire un tri en fonction des compétences actives, des objets ou des keystones utilisées. Pratique !

IImage de l'arbre d'ascendance
Un arbre de compétence dans l’arbre de compétence : arbreception !

Keystones

Il est un peu abusif de parler de nœuds pour tous les points qui constituent l’arbre des passifs : certains sont en effet particulièrement puissants et ont même un nom spécifique ; les personnages qui visent à les prendre l’ont en général prévu de longue date et n’hésitent pas à traverser l’arbre pour aller les chercher. On les appelle des keystones et non seulement vous allez beaucoup en entendre parler, mais vous allez aussi sans doute en prendre quelques-unes. Voici donc une liste des plus célèbres d’entre-elles :

  • Blood Magic (BM) : ce précieux sésame se situe entre la dextérité et la force. Si vous le voulez, c’est que vous allez souffrir jusqu’à pouvoir enfin l’obtenir, car Blood Magic supprime votre mana et rabat le coût des compétences directement sur votre vie. Si vous êtes orienté santé et régénération des points de vie, c’est plutôt génial, mais ne le prenez pas à la légère au risque de vous tuer en incantant vos propres sorts, ce qui serait un comble. Les niveaux qui précèdent l’obtention de Blood Magic sont bien sûr toujours les plus durs, avec une réserve de mana très faible puisque vous ne prenez pas la peine de l’améliorer – ce serait du gâchis. Heureusement, Blood Magic existe aussi en gemme de support (Lifetap), qui active l’effet uniquement pour les gemmes de compétences actives qui y sont liées. Une bonne manière de répartir les coûts entre vie et mana, ou de ne pas avoir à traverser l’arbre juste pour cette keystone.
  • Chaos Inoculation (CI) : réduit vos points de vie à 1, et vous immunise contre les dégâts de Chaos qui traversent votre bouclier d’énergie. Ce dernier devient alors votre seule défense, oui, mais une défense impénétrable et qui se recharge évidemment toute seule au bout de quelques secondes. Les personnages les plus versés dans l’intelligence convoitent en général cette précieuse keystone qui rend le jeu plus facile pour un magicien bien préparé, car le Chaos pullule dans les niveaux de difficulté supérieurs.
  • Ghost Reaver (GR) : celle-ci fait un bon duo avec Chaos Inoculation, puisque votre vol de vie s’appliquera à votre bouclier d’énergie et non plus à votre santé. Pratique quand celle-ci est réduite à 1 et que le seul moyen de recharger l’ES est d’attendre, étant donné qu’aucune potion ne permet de le recharger. Par contre, votre ES ne se recharge plus avec cette keystone et seul le vol de vie sera votre salut.
  • Iron Grip (IG) : la force améliore vos dégâts physiques au corps-à-corps, mais pas à distance. Avec cette keystone, vos projectiles aussi bénéficieront de ce bonus qui peut vite s’avérer très généreux. De quoi faire un joli barbare bourrin qui se bat à l’arc.
  • Iron Reflexes (IR) : excellente pour les duelists qui se rendent compte qu’ils n’aiment pas esquiver, Iron Reflexes convertit toute votre Evasion en Armour. Vous n’esquiverez plus aussi souvent, mais vous allez bien mieux encaisser.
  • Mind over Matter (MoM) : il s’agit un peu du dispositif d’urgence pour ceux qui ne peuvent pas trop prendre de coups mais qui ont du mana à revendre. MoM redirige 30% des dégâts subis sur la mana, ce qui fait que vous êtes assuré de ne prendre que 70% de dommages sur la santé. Pratique quand vous êtes un peu chétif, mais la keystone est placée un peu trop loin des nœuds de force pour que les grosses brutasses puissent venir la chercher facilement afin de devenir des tanks ultra-blindés.
  • Resolute Technique (RT) : marre de rater alors que vous tapez lentement ? Vous n’êtes pas particulièrement orienté coups critiques ? Alors rejoignez d’innombrables bourrins en prenant Resolute Technique, qui rend vos baffes impossibles à esquiver… Et réduit à zéro vos chances de faire des coups critiques.
  • Vaal Pact (VP) : votre capacité de vol de vie est doublé en quantité mais aussi en vitesse de récupération. Une bonne option pour foncer dans la mêlée en voyant votre vie remonter à grande vitesse. Un contre-coup ? Ah oui, et votre vie ne se régénérera plus. Vous me direz, comme ça vous n’avez plus à vous préoccuper de prendre des nœuds qui vont dans ce sens.

Pour d’autres acronymes barbares et noms utiles, rendez-vous sur la page qui recense les abréviations de Path of Exile.

Image montrant les charges sur un personnage
On peut vite ressembler à un arbre de Noël avec les charges.

Charges

C’est sans doute en explorant l’arbre que vous allez tomber pour la première fois sur la mention des « charges ». Via certains objets et surtout des nœuds, votre personnage peut en effet gagner des charges d’endurance, de pouvoir (power) ou de frénésie (frenzy). Vous allez pouvoir en cumuler jusqu’à trois par type en même temps (un peu plus si vous prenez les bons passifs), leurs effets s’additionnant. Vous les verrez sous la forme d’un globe lumineux autour de votre personnage, qui durera normalement une dizaine de secondes. Les charges d’endurance augmentent votre résistance, celles de pouvoir augmentent considérablement vos chances de coups critiques, et celles de frénésie augmentent votre vitesse d’attaque ou d’incantation ainsi que les dommages. Les bonus qu’elles donnent sont donc très utiles et même puissants, et les inclure dans votre build est généralement une bonne idée sachant qu’il existe aussi des ascendances qui peuvent les générer facilement.

Mécaniques de jeu

Compétences actives

Fonctionnement

Les compétences actives (ou skills comme les appellent les dévoreurs de rosbeefs) ne s’obtiennent pas comme dans le premier diablo-like venu. Chaque compétence est contenue dans une gemme (skill gem), que n’importe qui peut trouver ou obtenir en récompense de quête. Pour l’utiliser, rien de plus simple : il suffit de la sertir dans une des pièces de votre équipement, et elle apparaîtra dans votre barre de compétences actives. Vous pourrez l’enlever de vos objets à tout moment, donc n’ayez pas d’inquiétude.

Bien sûr, il y a des subtilités : la gemme, ou plutôt la compétence active contenu dedans, gagne de l’expérience et des niveaux quand elle est sertie dans votre équipement. À chaque fois qu’elle monte en niveau, elle devient plus puissante… Mais ses prérequis (avoir 40 en dextérité, par exemple) sont également relevés. C’est pour ça que vous avez le choix de confirmer le changement de niveau ou de ne pas faire progresser votre gemme : pour ne pas vous retrouver bêtement sans pouvoir utiliser votre compétence principale parce que vous venez de relever le seuil auquel on peut l’utiliser. Il y a aussi une autre utilité à ce choix : si vous utilisez une compétence pour vous téléporter, par exemple, mais que la monter en niveau n’augmente pas sa portée, vous n’avez pas intérêt à la faire progresser car cela augmenterait le coût en mana pour une utilité équivalente.

Comme les gemmes gagnent de l’expérience quand elles sont équipées, vous avez en général plutôt intérêt à porter toutes celles qui vous intéressent même si vous ne les utilisez pas tout de suite, de façon à ce qu’elles soient déjà montées en niveaux quand vous vous mettrez à les exploiter pour de bon. Il y a de nombreux types de skill gems, et certaines se comportent de manière spéciale. Les auras, comme celle dans l’image ci-dessous, ne coûtent rien mais gèlent une partie (ici, 50%) de votre réserve totale de mana tant que l’aura est active.

Image présentant la réservation de mana d'une aura
La zone grisée dans la bulle de mana est la partie réservée par l’aura Pride.
Trafic de gemmes
Une bonne nouvelle pour tous ceux qui cherchent à acquérir de nouvelles gemmes. Dans chaque premier acte, vous trouverez des marchands qui en vendent en rapport avec votre avancée dans l’histoire et en fonction de votre classe. Une fois arrivé à l’acte 6, vous pouvez réaliser une quête qui vous donnera accès à une marchande qui vous vendra la quasi-totalité des gemmes disponibles.

Support Gems

Certaines gemmes ne servent pas à utiliser des compétences actives mais sont justement là pour les rendre plus puissantes. On les appelle dont support gems ou gemmes de support, et on les reconnaît à l’affichage du type « support » dans leur description (voir image ci-dessous). Elles fonctionnent de façon très simple : placées dans un objet juste à côté d’une skill gem, elles améliorent chaque compétence à laquelle elle sera liée, en contrepartie d’un surcoût de mana. Ne tombez donc pas dans le piège de toujours rajouter tous les supports que vous pouvez à votre compétence principale, sous peine de la voir devenir trop gourmande et de ne plus pouvoir la lancer autant que vous souhaitez.

Image montrant une gemme de support dans l'inventaire d'un marchand
Il y a vraiment beaucoup de gemmes mais heureusement, Lilly Roth nous aidera bien.

Dans les faits, les support gems sont toujours très utilisées et recherchées, car elles permettent de transformer une compétence banale en lui rajoutant des dégâts élémentaires, ou en modifiant son comportement. Par exemple, la gemme Lifetap fera que la compétence liée utilisera de la vie au lieu de la mana, ce qui vous évitera d’avoir à vous tailler un chemin dans l’arbre des passifs pour aller y chercher la keystone Blood Magic qui a le même effet.

Une histoire de Tags
Un point important à surveiller concernant les gemmes de support, c’est d’être sûr que les tags correspondent. Ainsi, en dessous du nom de chaque skill ou support, il y a une série de mots-clés qui indique leur nature et leur capacité à fonctionner ensemble. Par exemple, la compétence Cleave a les tags suivants : Attack, AoE, Physical et Melee. Ce qui veut dire que cette compétence ne peut être associée qu’avec des gemmes de support ayant aussi les tags Attack et Melee, ou aussi Physical ou encore AoE comme le support Melee Physical Damage ou Increased Area of Effect mais pas le support Vicious Projectiles car celui-ci, bien ayant les tags Physical et Attack, a aussi le tag Projectile qui exclut alors les compétences de mêlée.

Sockets

D’accord, ce n’est pas un mot français, mais autant vous habituer dès maintenant à appeler les emplacements sur les objets des slots et des sockets. Poursuivons les barbarismes en vous disant tout de suite qu’une gemme placée dans un objet est sockettée (on dit « enchâssée » chez les mangeurs de grenouilles) mais que vous pouvez très bien la désocketter (désenchâsser) quand vous voulez sans aucune pénalité, avec un simple clic droit. Évidemment, les gemmes ne vont que dans les emplacements de la même couleur.

Les sockets sont un aspect très important du jeu, et l’une des principales différences qui le séparent des diablo-like habituels. Leur particularité ? Ils sont de couleurs différentes et pas forcément liés les uns aux autres. Tout le piment du système est que vous avez forcément des gemmes de compétence d’une couleur particulière, et des gemmes support qui vont avec pour les rendre plus puissantes. Le but est donc d’avoir le plus d’emplacements liés possibles (s’ils sont de la même couleur, c’est encore mieux dans certains cas mais potentiellement plus compliqué) pour y caser le plus de gemmes possibles : sur de grands objets, cela peut aller jusqu’à six emplacements liés, les fameux 6L (Six linked). Mettre une gemme support dans le même objet qu’une autre gemme ne sert à rien si les deux emplacements ne sont pas liés.

Image d'un objet avec six liens entre les châsses
Les 6L sont souvent un des sésames pour une puissance accrue de vos attaques et sorts.

La conséquence de ce système, c’est qu’un objet normal, sans aucun degré de rareté, peut devenir extrêmement important s’il est bien socketté, comme l’arc de l’image ci-dessus. Ne dédaignez donc pas les objets blancs (normaux) juste parce que vous êtes habitué à ne porter que du rare, de l’unique ou de l’élite : dans Path of Exile, n’importe quel objet peut se révéler excellent.

Il est possible de refaire manuellement les sockets, soit en changeant leur couleur (Chromatic Orb) soit leurs nombres (Jeweler’s Orb) soit leurs liens (Orbs of fusing). Le piège, c’est que les changements sont irréversibles et aléatoires. Les probabilités pour arriver à une combinaison qui vous intéresse sont faibles, comme vous le verrez en essayant par vous-même. Si certains joueurs n’hésitent pas à claquer 600 fusing dans un objet, vous feriez mieux au début de passer par le troc avec d’autres joueurs, bien moins incertain.

Des sockets dans mon arbre
Si vous avez bien regardé l’arbre des compétences passives, vous aurez sûrement remarqué des nœuds qui ressemblent furieusement à des sockets et c’est bien le cas ! C’est dans ces emplacements que vous pourrez insérer les jewels (joyaux) que vous aurez récupéré ou que vous aurez eus au cours de certaines quêtes. Ces jewels peuvent être magiques, rares ou uniques et sont possiblement un bon boost pour votre personnage. Il existe aussi des cluster jewels qui, installés dans les emplacements externes, peuvent étendre l’arbre de passifs vers de nouveaux horizons modulables… Mais le plaisir d’explorer cet aspect sera laissé à votre discrétion.
Image d'une châsse dans l'arbre
Des sockets dans les objets, des sockets dans l’arbre, on a jamais assez de sockets !

Équipement

Armes

Les différents types d’armes de Path of Exile ont presque tous un affixe implicite (ou implicit mod) qui leur est propre, et qui modifie leur intérêt. Équiper son personnage de haches au lieu d’épées devient donc un choix tactique, et non simplement une sélection qui se base sur des critères esthétiques. Le choix de l’arme dépendra donc du type de build que vous souhaitez construire. Un build construit autour de la capacité de stun (étourdir) des ennemis se concentrera tout naturellement vers les masses qui facilite cette capacité. Un autre point à prendre en compte est de savoir si vous allez jouer avec une arme à deux mains (permettant d’avoir potentiellement un deuxième 6L) ou de jouer avec une arme et un bouclier pour plus de défense voir avec deux armes pour plus de bonus offensifs. Vous trouverez la liste des armes et de leurs implicites sur le wiki.

Bien sûr, il est risqué de prévoir un build uniquement sur un type d’armes, car si vous n’avez pas de bol vous serez obligé d’en acheter avec de bonnes caractéristiques pour couvrir vos besoins. Si vous vous spécialisez dans une arme (ou même un sort) évitez de réfléchir trop tôt en tant qu’ultra-spécialiste : vous avez bien vingt ou trente niveaux avant d’être réellement plus efficace avec l’arme choisie, alors n’hésitez pas à utiliser tout ce qui vous passe sous la main en attendant.

À noter que pour pouvoir utiliser un objet, il faut avoir les attributs minimum demandés par l’objet : avoir X en force, être niveau Y, etc. Pour augmenter vos attributs afin de pouvoir porter un objet, montez en niveau et surtout dépensez vos points de passifs dans les nœuds correspondants.

Image d'un onglet de coffre plein d'objets divers
La collectionnite aiguë est dangereuse dans ce jeu.

Rareté des objets

Les objets (items) que lâchent les monstres en mourant, et que vous pouvez ramasser librement, peuvent être de quatre types :

  • Normal : l’objet est blanc, sans rien qui le distingue en particulier. Il n’a aucun modificateur qui le rende spécial. Il peut par contre avoir des sockets et des liens intéressants, qui le rendent précieux.
  • Magique : très courants, les objets magiques ont un nom bleu et doivent être identifiés avec un scroll of wisdom (les parchemins d’identifications de PoE) pour révéler leurs caractéristiques avant de pouvoir les utiliser. Ils ont des modificateurs qui améliorent leurs capacités, jusqu’à un maximum de deux (un préfixe et un suffixe, par exemple le Quiver of the cloud ajoute de la résistance électrique par rapport au simple Quiver). Pour les curieux, vous trouverez l’ensemble de la liste des modificateurs ou affixes sur ce site.
  • Rare : on rentre dans l’objet de qualité avec ces équipements au nom jaune, toujours ramassés avec avidité par les joueurs pour être utilisés ou stockés. Ils ont généralement de nombreux modificateurs (entre trois et six) qui les rendent bien plus intéressants que les objets magiques du même type, et il n’est donc pas rare de voir un joueur entièrement équipé de ces items rares, qui ont un nom généré aléatoirement.
  • Unique : ces objets orangés sont une version améliorée des objets normaux (chaque type d’item a au moins un objet unique correspondant), avec un nom unique, une illustration unique et une grande quantité d’améliorations qui les rendent potentiellement très recherchés. Comme pour les objets rares, certains uniques sont plus intéressants que d’autres selon la liste et les liens de leurs sockets. Les objets uniques sont aussi souvent détenteurs de capacités très particulières qui peuvent donner l’envie de construire un build dédié autour de celui-ci.

On retrouve les mêmes niveaux de raretés chez les monstres, avec une difficulté et une chance de laisser de meilleurs objets qui augmentent avec leur rareté. Les monstres uniques se trouvent toujours au même endroit et ne sont pas affectés par la disposition aléatoire des niveaux ; ils font partie intégrante du folklore du jeu et certains sont passés à la postérité. Nous en citons quelques-uns dans ce guide.

Potions

Pour vous aider à accomplir votre tâche (buter tous les monstres) vous aurez l’aide précieuse des potions. Réparties comme bon vous semble dans les cinq emplacements en bas à gauche de l’écran, les potions les plus courantes vous permettent de regagner en quelques secondes votre vie ou votre mana. Leur particularité ? Elles ne sont pas à usage unique, et vous pouvez les boire environ trois fois chacune avant de les avoir vidées. Une fois que c’est fait, ne les jetez pas : elles se rechargent automatiquement quand vous portez le coup fatal à des ennemis.

Image d'un onglet de coffre rempli de différentes potions
Il existe beaucoup de potions dans ce jeu, y compris des potions uniques.

Il existe d’autres types de potions utilitaires (utility flask) comme les quicksilver flasks, des potions qui ne remplissent aucune jauge mais qui augmentent considérablement votre vitesse pendant quelques secondes – pratique pour se tirer d’un mauvais pas ou pour revenir plus vite à l’endroit où vous êtes mort.

Outre la taille des potions, qui définit combien de vie ou de mana elles vous rendent, il est aussi possible que certaines d’entre elles aient des effets particuliers : meilleure résistance au froid quand vous les buvez, immunité aux malédictions tant que vous êtes sous leur effet, et ainsi de suite : la taille n’est pas le seul facteur et vous devrez aussi bien regarder leurs effets magiques avant de remplacer une ancienne potion par une nouvelle. Comme tous les objets du jeu, vous pouvez les crafter avec des orbes, n’hésitez donc pas si vous avez par exemple trop d’orbes d’altération et que vous roulez avec des potions normales. Il peut être utile de posséder une potion améliorant les résistances (Granite pour l’armure, Jade pour l’esquive ou encore celle avec des affixes comme “of Heat” pour annuler la congélation – freeze ou celle contre le saignement – bleeding, etc.) dans votre coffre, au cas où un boss vous donnerait du fil à retordre.

Défense

Types de défense

Lorsqu’un personnage prend des dégâts, ceux-ci sont soustraits à sa santé, qui déclenche la mort en arrivant à 0. Comme la réserve de points de vie ne suffit pas à résister à un affrontement, les personnages de Path of Exile utilisent des techniques de défense qui permettent de réduire les dégâts qu’ils subissent, et qui s’obtiennent via des sorts de résistance, des objets ou des nœuds de passif. Trois types de défense “primaire” sont possibles, chacun étant lié à un attribut en particulier – c’est-à-dire que cette défense se trouvera surtout dans la région de l’arbre liée à cet attribut et qu’augmenter cet attribut augmentera aussi légèrement la défense.

Image de l'onglet de défense du personnage
L’onglet de défense donne beaucoup d’informations très utiles comme les résistances.

À tout moment, le joueur peut appuyer sur C pour voir la fiche de son personnage et un résumé extrêmement pratique non seulement des dégâts qu’il peut occasionner, mais aussi de l’efficacité de sa défense. Il se spécialisera surtout dans un seul de ces types, ou au maximum deux en même temps :

  • L’évasion (evasion) est liée à la dextérité. Elle mesure la capacité du personnage à ne pas être touché par une attaque ennemie. À haut niveau, certains joueurs qui attaquent à distance se contentent par exemple de 50% de chance d’esquiver les attaques ennemies, pour les rares cas où ils se trouvent au contact. Dans ces cas-là, la vitalité n’est cependant pas à négliger. Il existe aussi un moyen de rendre efficace l’évasion contre les sorts (qui touche par défaut) avec la compétence passive Spell Suppression (Suppression des sorts) qui ajoute une part de vos chances d’évasion contre ceux-ci.
  • L’armure (armour), liée à la force, permet au joueur de mieux encaisser en réduisant les dégâts qu’il subit. Les guerriers au corps à corps envisagent en général d’atteindre plusieurs milliers de points d’armure pour réduire considérablement les blessures infligées.
  • Le bouclier d’énergie (ES pour Energy Shield), lui, est rattaché à l’intelligence et se présente un peu comme une réserve de points de vie supplémentaires. Avant que sa vie ne soit ponctionnée, le bouclier d’énergie du personnage doit être amené à zéro. Comme ce bouclier se recharge automatiquement quand aucun dégât n’est encaissé, il est très utile : son problème, c’est que le dégât de Chaos l’ignore et attaque directement la vie – d’où l’utilité du nœud Chaos Inoculation qui immunise contre le chaos mais ramène le nombre de points de vie maximum à 1 pour que le personnage se repose uniquement sur son Energy Shield – et éventuellement sur de l’esquive.
Image d'un exemple de défense orientée vers un maximum de bouclier d'énergie
Voici un exemple de build avec Chaos Inoculation et beaucoup d’Energy Shield (ES).

Il existe aussi deux types de défense “secondaire” qui peuvent être complémentaire au primaire mais qui peuvent aussi faire office de défense à part entière :

  • La parade (block) est l’apanage des porteurs de boucliers naturellement mais pas que. Il est aussi possible de parer avec deux armes à une main et certains bâtons qui ont aussi un implicite de parade. Limité à 75% de chance maximum, il existe aussi des moyens de parer les sorts pour un maximum équivalent.
  • La mana utilisée comme protection (Mind Over the Matter) est aussi une bonne option de défense quand on en a à revendre. Elle se combine bien avec les builds orientés sur l’intelligence et un grand pool de mana qui se recharge vite. Par défaut, vous aurez 30% des dommages ventilés sur la mana. Il existe aussi d’autres méthodes pour avoir un effet similaire. Par contre, faites bien attention d’avoir toujours assez de mana car dans les situations les plus critiques vous risquez de ne plus pouvoir lancer la moindre compétence pour vous en sortir et cette protection peut se retourner contre vous.

Il existe aussi une nouvelle forme de défense bonus : le ward (sauvegarde) trouvable sur certains objets particuliers et qui donne une forme de bouclier d’énergie en plus pour encaisse une seule attaque avant de se recharger (après 5 secondes). Intéressant pour les joueurs d’évasion.

Comme dans beaucoup de jeux du genre, il faut savoir investir relativement tôt dans la survie même quand on a l’impression de rouler sur ces adversaires car quand la difficulté augmente, on peut se retrouver vite pris au dépourvu.

Résistances et dégâts élémentaires

En plus d’un type de défense à adopter, le joueur doit aussi veiller à se prémunir contre les dégâts élémentaires. Les dégâts de base, appelés dégâts physiques, sont en effet très courants mais ils sont loin d’être les seuls. Très vite, vous rencontrerez des monstres spécialisés dans un type de dégât et il est important de savoir à quoi vous attendre. La majorité des dommages peuvent infliger des effets bonus propres à leur nature soit par l’intermédiaire de coups critiques ou par celle d’une chance “naturelle” de les infliger. Seuls le feu, le froid et l’électricité sont regroupés sous la bannière des dégâts élémentaires et leur résistance peut monter par défaut à 75% maximum (ainsi que celle de chaos).

Image d'un objet unique avec beaucoup de résistances
Si vous galérez avec les résistances, il existe des uniques pas cher pour aider.

Il y a donc 5 types de dégâts, contre lesquels il faudra se prémunir :

  • Physique (Physical) : les dégâts de base, ceux que vous ferez au début de votre aventure – les ceintures moisies du départ qui donnent un bonus du genre « +20% aux dégâts physiques » seront d’ailleurs de précieux alliés. Sauf indication contraire, tous les dégâts sont physiques. Ils se réduisent par l’intermédiaire de l’armure qui a un score qui n’est pas en pourcentage (comme les autres résistances) et a une méthode spécifique de calcul pour l’estimer. Votre feuille de personnage vous donnera toutefois une estimation de cette réduction de dommage (qui peut monter à 90% au maximum). Dans les effets que les dommages physiques peuvent infliger, il y a le saignement (bleeding) et l’empalement (impale)… Tout un programme !
  • Froid (Cold) : les dégâts de froid ralentissent (chill) les adversaires, et peuvent aussi les congeler (freeze). Quand c’est vous la cible, inutile de dire que c’est un gros problème d’être immobilisé pendant de longues secondes. L’un des premiers sous-boss que vous rencontrerez, Hailrake, est d’ailleurs extrêmement dangereux à cause de ses sorts de froid : dans la communauté, les débutants qu’on imagine aller l’affronter la bouche en cœur sont l’objet de nombreuses plaisanteries, et on estime qu’il est avant tout là pour apprendre aux néophytes que dans Path of Exile il faut apprendre à faire gaffe, notamment dans les zones secondaires.
  • Feu (Fire) : les dégâts de feu peuvent enflammer (ignite) la cible, lui causant de violents dégâts sur la durée (burn).
  • Électrique (Lightning) : les dommages électriques rendent la cible plus vulnérable en lui appliquant l’effet « choc » (shock), lui faisant encaisser un pourcentage variable de dommages supplémentaires en fonction des dommages initialement infligés.
  • Chaos : c’est le plus rare (même si tous les poisons font des dégâts de chaos) et le plus difficile à contrer. Son effet spécial ? Il empoisonne en ignorant l’Energy Shield de la cible, attaquant directement ses points de vie. Il sera évidemment un gros problème pour les personnages fragiles qui se reposent sur l’ES, mais un petit coup de Chaos Inoculation suffit à devenir immunisé. À savoir que les dommages de poison peuvent s’empiler (stacking) de multiples fois au contraire des dommages de brûlure (burn).
Image d'un build en action avec de multiples statuts élémentaires
Ce build fait tomber des météores en brûlant, gelant et électrocutant tous les ennemis.

Si nous insistons sur la nécessité de se prémunir contre les différents types de dégâts, c’est parce que dans les niveaux supérieurs la plupart des monstres font des dégâts élémentaires, et qu’arriver là-bas avec 10% de résistance au froid, au feu ou à l’électrique est tout simplement un suicide. Ne commettez pas l’erreur bien trop courante d’axer votre build sur l’offense, et pensez à dépenser vos points de passif aussi dans ce qui permettra votre survie : esquive, armure mais surtout dans la vie ou l’Energy Shield, ainsi que dans les résistances élémentaires. Si vous continuez de privilégier les dégâts quand tout va bien, il sera trop tard pour penser à la défense quand vous commencerez à ne plus pouvoir avancer dans les niveaux.

Sachez enfin qu’il y a deux paliers dans la campagne qui augmentent la difficulté en réduisant vos résistances élémentaires et celle de chaos. Ainsi à la fin de l’acte 5, vous aurez un malus de 30% globale et à la fin de l’acte 10 un malus total de 60% pour chaque type de dégâts. Pour avoir le maximum de 75% en résistances passé l’acte 10, il vous faudra donc au total 135% de résistance dans tous les types de dégâts.

Mort

Si votre défense n’est pas suffisante, vous mourez. Votre personnage réapparaît alors en pleine forme au village le plus proche et n’a plus qu’à parcourir à nouveau le chemin sur lequel il voyageait. Avant la fin de l’acte 5, la mort n’a aucune importance puisqu’aucune pénalité ne vous est infligée. Par contre, passé cet acte, vous perdez 5% de votre expérience et 10% une fois l’acte 10 terminé et pour le reste du jeu. Bonne nouvelle : une mort à 0% d’expérience ne se traduit pas par la perte d’un niveau… Youpi !

Image d'un écran de mort du personnage
Ça vous arrivera souvent par surprise.

Monter en puissance

Path of Exile n’est pas vraiment axé sur le grind durant le leveling, cette mécanique qui vous force à écumer encore et encore les mêmes niveaux pour progresser et réussir enfin à avancer dans vos quêtes. En faisant chaque zone une seule fois un débutant n’aura sans doute pas de problèmes. Dans les niveaux de difficulté supérieurs, toutefois, il peut arriver qu’un personnage s’essouffle, généralement à partir du niveau 30-40. Dans ces cas-là, il peut être de bon ton d’essayer de remettre en question son personnage : est-il assez puissant pour les zones de la suite du jeu ? Si non, cela peut venir de deux problèmes (en admettant que votre build tienne la route) : votre équipement ou votre niveau.

Améliorer son équipement

Un bon indice de la qualité de votre équipement est son item level (ilvl) : si votre armure a un ilvl 10 et que vous êtes niveau 40, il y a sans doute un problème – pas toujours, notamment dans le cas des objets uniques ou très bien sockettés, mais souvent. Pour voir l’ilvl, appuyez tout simplement sur la touche Alt quand vous avez le curseur sur l’objet. L’ilvl conditionne le nombre de sockets mais aussi le niveau de puissance ou tier des affixes potentiellement présent (que vous pouvez aussi voir avec la touche Alt). Si ce sont vos dégâts qui pêchent, remettez en question vos armes et (dans une moindre mesure) vos compétences ou bien le nombre de support liés (2-3 est un minimum pour la compétence principale), si c’est votre résistance, regardez vos pièces d’armures et revoyez peut-être votre manière d’attaquer les monstres (non, « foncer dans le tas » n’est pas la meilleure tactique).

Image des informations complémentaires d'une objet avec la touche Alt
Alt est une touche magique pour révéler un maximum d’informations.

Mais voilà, si vous portez une ceinture moisie et une épée rouillée, ce n’est pas par choix : simplement, vous n’avez pas trouvé mieux. Heureusement, il existe plusieurs méthodes pour améliorer celui-ci :

  • Premièrement, il existe des recettes chez les marchands qui peuvent vous donner ce qui pourrait vous aider. Par exemple, il vous manque cruellement une baguette avec des bonus de dommages au sort : vendez une baguette avec une chain belt et une Blacksmith’s Whetstone pour avoir une autre baguette magique avec ce bonus. Vous aurez aussi d’autres recettes pour les guerriers, des recettes pour avoir des bottes avec de la vitesse de déplacement, ou encore la fameuse recette des trois potions de même type pour avoir la version supérieure, etc.
  • Deuxièmement, quand vous aurez votre Hideout grâce à Helena, vous aurez à disposition une table de crafting qui permet d’ajouter un affixe de son choix sur un objet rare contre quelques orbes de currencies. Très pratique pour combler un trou dans les résistances, ajouter de la vie ou améliorer les dommages d’une arme.
  • Et pour les joueurs qui utilisent des attaques (mêlée ou distance) vous pouvez utiliser des Blacksmith’s Whetstone pour améliorer la qualité de vos armes. De base vous pouvez la monter de 20% maximum ce qui améliore donc les dommages de l’arme de 20%… Logique et efficace !
Image des choix de craft sur la table dédié dans le hideout
La table de craft est un outil indispensable à tous les niveaux du jeu.

Si vous n’avez pas de quoi vous équiper pour la chasse aux objets, pourquoi ne pas acheter directement à d’autres joueurs ? C’est une solution tout à fait viable, pour peu que vous ayez un peu de monnaie d’échange. Reportez vous à la section du guide consacrée au trade pour tout savoir de ce système.

Sort ou Attaque, deux “philosophies” de progression
Une différence primordiale à comprendre entre les sorts et les attaques, c’est la manière qu’ont leurs dommages de progresser. Dans le cas des attaques, même si le niveau de la gemme de skills améliore les dommages du build, ce sont les dommages de l’arme utilisée qui est la base de tout. Donc, dans un build “Attaque”, trouver régulièrement une arme ayant de gros dommages reste la grande priorité de progression. Dans le cas des sorts, c’est l’inverse. Le niveau des sorts détermine directement les dommages bruts de celui-ci et les armes portées n'offrent qu'un bonus global qui amplifie cette base. Ainsi, les builds “Sort” vont plutôt chercher à augmenter artificiellement le niveau de leur gemme de skill par l'intermédiaire d’affixes d’équipement qui augmente de X niveaux les gemmes d’une catégorie donnée en plus des autres bonus globaux sur les armes.

Bien farmer

Il se peut que vous ayez progressé trop vite, et que vous soyez dans une zone avec des monstres trop haut niveaux (un coup de Tab permet d’afficher cette information) ou bien que votre personnage, à cause de son build, traverse un passage à vide précisément dans la fourchette de niveaux où vous vous trouvez, entre deux noeuds de passifs particulièrement importants. C’est peut-être le bon moment pour refund (rembourser) des points de passifs afin d’atteindre la keystone qui vous manque, mais vous pouvez aussi opter pour une solution plus radicale : le farm, c’est-à-dire le massacre des monstres jusqu’à ce que vous vous sentiez suffisamment puissant pour continuer votre aventure.

En général, vous n’aurez pas forcément besoin de farmer mais il existe tout de même certains lieux spécifiques qui proposent un intérêt particulier comme nous allons le voir plus bas. Mais de base, n’importe quelle zone où vous vous sentez à l’aise fera l’affaire. Souvenez-vous aussi qu’on reçoit une pénalité d’expérience quand on est dans une zone avec des monstres d’une différence de niveaux de 3 (on voit le niveau des mobs en affichant la carte avec Tab) jusqu’au niveau 15, d’une différence de 4 du niveau 16 à 31, d’une de 5 de 32 à 47, etc. Donc, si vous êtes de niveau 15, ne farmez pas dans une zone avec des mobs sous le niveau 12 ou au-dessus du niveau 18. Rappelons également que Ctrl+clic sur un waypoint ou l’entrée d’une zone donne le choix de la régénérer ; pratique pour farmer une zone en boucle.

Image du set de carte Humility et de la Tabula Rasa
Le set Humility est vraiment un must en début de league.

Même s’il n’y a plus vraiment de zones de farm particulière au cours de la campagne, il existe toujours deux spots (indiqués plus bas) appréciés par les joueurs en début de league pour la même raison : obtenir la carte de divination (expliquée plus bas) “Humility”. Ce set qui compte 9 cartes permet, une fois complété, d’avoir un objet unique très pratique : la fameuse Tabula Rasa ! Cette tunique blanche ne possède aucun affixe ni bonus mais compense en étant un 6L avec tous les sockets en blancs. Sockets blancs ? C’est-à-dire que vous pourrez y mettre n’importe quelle gemme de compétences ou de supports quelque soit la couleur. Extrêmement pratique en début de jeu pour avoir votre compétence de dommage principale avec cinq supports pour un maximum d’efficacité (attention au coût en mana) et pour faire de multiples tests sans s’inquiéter des couleurs sur l’objet.

Cette carte de divination se loot donc sur :

  • Aqueduct : c’est une grande ligne droite au début de l’acte 4 avec le waypoint au tout début et l’accès à la ville à la fin. Rempli de zombies et de vautours, c’est une zone extrêmement simple et rapide à farmer et qui fait une bonne petite pause après le combat du boss de l’acte 3.
  • Blood Aqueduct : cela vous rappellera sans doute quelque chose avec cette grande ligne droite… Même principe que plus haut mais au tout début de l’acte 9.

Et c’est pas fini !

Les Prophéties et les Cartes de Divination

Très rapidement, vous allez rencontrer et libérer votre premier PNJ dans les landes dangereuses de l’acte 1 : Navali. Pour le coût d’une pièce d’argent (silver coin), elle vous annoncera une prophétie qui vous donnera une récompense quand elle se réalisera. Tuer un type de monstre particulier, utiliser un orbe spécifique, faire une rencontre donnée ou tuer un boss avec un objet unique dans votre inventaire pour l’améliorer… Les évènements sont très variés. Vous pouvez avoir jusqu’à sept prophéties actives à la fois. Vous pourrez également les extraire contre un coût variable en silver coins auprès de Navali soit pour les jeter, soit pour les revendre aux autres joueurs ou tout simplement les garder pour un autre moment plus judicieux.

Image de l'onglet des Prophéties
Il existe même des chaînes de Prophéties avec des résolutions assez cool à la fin.

Navali permet aussi d’échanger un set complet de cartes de divination (divination cards) contre la récompense inscrite sur les cartes. Ces cartes se récupèrent partout : dans certaines zones, sur certains boss ou même avec d’autres cartes de divination. Elles nécessitent un nombre de cartes données du même type pour être échangées avec Navali. Ce nombre, inscrit sur elle, va de une à vingt-sept cartes… Il existe énormément de cartes différentes (plus de 365 !) qui vous donneront des objets très variés allant de l’objet magique le plus simple aux uniques les plus rares et les plus chers du jeu en passant par de multiples currencies ou même des 6L ! Certaines cartes valent donc très cher et se revendent très bien à l’occasion.

Le Hideout

Accessible après avoir rencontré Helena au cours de l’acte 2, le hideout sera votre repère et votre base d’opération principale à la fin. Vous aurez l’occasion, au cours de l’aventure, de trouver d’autres zones qui serviront de nouvel environnement pour votre hideout. Celui-ci peut accueillir tous les PNJ associés à certains contenus, comme Navali ou Niko, et rencontrés au cours de l’aventure ce qui facilite grandement les interactions. C’est aussi le lieu qui vous permettra d’accueillir la table de crafting bien pratique ou encore le fameux map device (dispositif cartographique) qui sera votre outil central au cours du endgame. Vous y trouverez aussi votre coffre et celui de la guilde le cas échéant ainsi que certains coffres et ateliers spécifiques à certains contenus.

Image d'exemple d'un hideout customisé
Les Sims vous manquent ? La customisation du hideout est la solution !

Vous avez la fibre de la décoration intérieure ? Vous allez pouvoir vous éclater ! Vous trouverez énormément d’éléments de décoration pour votre hideout dans le menu de customisation. Avec de la créativité et beaucoup de patience, vous allez pouvoir réaménager intégralement votre intérieur et ainsi réaliser la base de vos rêves. Et si vous souhaitez avoir un beau hideout mais sans vous échiner à le créer de toutes pièces, il existe même des sites qui proposent des aménagements complets faciles à mettre en place.

Dans le menu d’aménagement du hideout en cliquant sur le bouton de décoration, vous trouverez en dessous de la liste de décoration les options d’autorisation pour les autres joueurs de visiter votre hideout et s’ils ont le droit d’utiliser vos portails à l’intérieur. Très utile pour éviter de vous faire “envahir” par des indésirables.

Modèle économique et multijoueur

Free-to-play

Path of Exile est un free-to-play : un jeu gratuit financé uniquement par des achats optionnels réalisés par les joueurs. Disons le tout de suite : Path of Exile est un bon élève de ce modèle économique et n’en abuse pas, laissant uniquement possibles des achats esthétiques ou de confort et ne se moquant pas du tout des joueurs qui choisissent de ne pas passer à la caisse.

Concrètement, les emplettes se font via l’icône “Shop” dans l’interface (voir l’image ci-dessous) qui vous permettra d’ y acheter des points (buy points), au taux de 50 points pour 5$. Vous pourrez aussi y trouver différents packs limités dans le temps qui donnent un ensemble d’éléments cosmétiques en plus d’un total de points au taux de conversion du prix dudit pack (choix conseillé à l’achat de points seuls). Une fois ceci fait, vous pouvez choisir une catégorie d’objet et dépenser vos points.

Image de l'écran d'accueil des micro-transactions
Vous en aurez pour tous les goûts à un certain coût…

Si la plupart des produits ne sont qu’esthétiques, à savoir un animal qui vous suit, une couronne d’éclairs sur votre tête ou un effet sur l’arme, d’autres sont tout de même plus utiles. On ne vous interdit pas de dépenser votre argent dans un cercle de flammes qui nimberait votre épée, surtout que les animations sont généralement très bien faites, mais si vous voulez absolument soutenir le développement du jeu il y a sans doute mieux à faire.

Par exemple, l’achat d’améliorations de votre stash. Votre stash, c’est bien sûr le coffre disponible dans chaque ville qui y est partagé entre tous vos persos d’une même ligue et dans lequel vous pouvez stocker vos objets en toute sécurité, car personne d’autre que vous n’y a accès. Le problème, c’est que si la taille de ce stash est déjà correcte de base, vous allez quand même avoir énormément de matériel à ranger, notamment en prévision de nouveaux persos. Très vite, donc, vous allez vous sentir à l’étroit et heureusement vous pouvez acheter de nouveaux onglets de stash (stash tabs) dans la boutique. Ces onglets s’ajoutent à ceux de votre coffre et permettent d’augmenter la place disponible. Vous pouvez même acheter des onglets « premium » qui sont signalés par un fond vert et que vous pouvez déplacer, colorer et renommer à loisir. Ils ont aussi une autre utilité, celle de vous permettre de mettre en vente des objets qui seront automatiquement visibles par la communauté (nous aborderons ce point dans la suite de ce guide). Un autre type d’onglet est aussi disponible : les onglets spéciaux. Tous sont associés à un aspect spécifique du jeu comme un contenu de league ou un type d’objet particulier. Ainsi, parmi ceux considérés comme les plus importants, il y a, par ordre de priorité, l’onglet des currencies qui permet de ranger automatiquement tous vos orbes et consommables, l’onglet des fragments qui regroupe énormément d’objets divers et empilables, l’onglet des maps (cartes) qui vous sera très utile en endgame et enfin l’onglet des cartes de divination pour ranger en un clin d’oeil l’ensemble des différentes cartes disponibles. Attention : vous pouvez très bien vivre sans. Mais si vous devez dépenser votre oseille dans ce jeu, cela nous paraît l’achat le plus sage.

À noter qu’au chaque début de league, lors du deuxième weekend après le lancement, GGG fait des promotions sur les onglets de stash. Profitez-en !

Image de l'onglet des currencies
L’onglet pour ranger automatiquement les currencies est un must !
Des cosmétiques à moindre coût ?
C’est un fait admis, les cosmétiques de Path of Exile sont très chers. Compter environ 42 euros pour un set d’armure, 24 euros pour un effet d’arme ou encore en moyenne 12 euros pour un effet visuel alternatif de compétences, etc. Mais si vous souhaitez avoir la classe sans trop vous ruiner, il existe quelques petites solutions… Premièrement, les packs spécifiques disponibles à l’achat sur le site ou ingame permettent d’avoir tout un set de cosmétiques dont une armure en plus des points. ce qui rend l’achat de points seuls peu intéressant. Deuxième, vous avez une watchlist ou liste de suivi qui permet de sélectionner des cosmétiques qui vous intéressent et d’être prévenu quand il y a des promotions dessus. Troisièmement, les développeurs lancent régulièrement des ensembles de cosmétiques thématiques contenus dans des coffres mystères. Pour 25 points soit 2,5 euros, vous êtes sur d’avoir un cosmétique dont la valeur est supérieur à la valeur en point dépensé. Après, c’est complètement aléatoire mais vous aurez peut-être la chance d’avoir des ailes ou un effet d’arme cool dès les premiers coffres ouverts rendant la transaction beaucoup plus profitable. Et pour finir, chaque ligue (league) propose une série de challenges à accomplir qui vous donneront gratuitement un élément cosmétique unique à la ligue tous les 12 challenges accomplis (donc 12, 24 et 36 sur 40 challenges).
Image d'un personnage entièrement équipé de micro-transactions
Brigade du style au rapport !

Aspect multijoueur

Path of Exile est entièrement online, c’est-à-dire que vous ne pourrez jamais y jouer si vous ne possédez pas de connexion internet. Heureusement, par défaut le jeu est solo, c’est à dire qu’aucun joueur ne peut rejoindre votre partie sauvagement (à part si vous rentrez dans l’arène de l’acte 3, dédiée au PvP). Le jeu prend quand même tout son sens à plusieurs, alors dans cette partie du guide nous passerons en revue tout ce qu’il vous faut savoir pour bien coopérer.

Il n’y a pas lieu d’avoir peur des autres joueurs juste à cause des charognards qui cliquent plus vite que l’éclair pour ramasser tous les bons objets : Path of Exile propose plusieurs modes d’attribution du loot : le mode Free for All avec tous les objets au sol accessible à tout le monde, le mode Short Allocation qui donne quelques secondes à chaque joueur pour récupérer le loot qui lui est dédié avant qu’il ne soit disponible pour tout le monde et enfin le mode Permanent Allocation qui rend la plupart des objets attribués à chaque joueur de manière permanente. Ainsi pas de stress, personne ne pourra vous les piquer sauf si vous quittez l’instance dans laquelle vous êtes – c’est ce mode que vous nous conseillons.

Échanges

Monnaie

Dans ce jeu, il n’y a pas vraiment de monnaie ; pas d’or à amasser ou à perdre, rien de tout cela. Le système marchand fonctionne sur la base du troc de « currencies », ces orbes que le joueur peut ramasser un peu partout et qui ont des effets assez variables. Les PNJ (personnages non-joueurs) marchands vous donneront bien sûr des orbes communs (alteration et transmutation), mais les joueurs échangent généralement avec de la Chaos Orb voir de l’Exalted Orb, en fixant leur prix ou en proposant une offre aux vendeurs. Pour connaître les taux d’échanges vous pouvez visitez ce site, qui donne les prix et leur évolution de tous les objets spécifiques du jeu. Rappelez-vous quand même de ne pas vendre de très bons objets juste parce qu’ils ne conviennent pas à votre perso : stockez-les, vous serez peut-être content de les avoir si vous créez un nouveau personnage.

Image du site PoE.ninja pour le cours des currencies
Ce site sera souvent ouvert par défaut dans votre navigateur.

Pour obtenir rapidement de quoi échanger, le mieux est de ne jamais repartir en ville à vide : faites le plein d’objets, y compris certains objets blancs, et revendez-les rapidement aux PNJ marchands. Au bout d’un moment, vous aurez de nombreux parchemins et de nombreux fragments d’orbes qui pourront devenir petit à petit des orbes complets très utiles. Vous retrouverez l’ensemble des principes d’échange aussi sur la page des recettes des marchands mais sachez que dans les objets blancs à ne pas laisser passer (et mis en valeur par le loot filter) se trouvent tous les objets avec 3 sockets liées de chaque couleur qui donne une Chromatic Orb ou encore n’importe quel objet avec 6 sockets revendu pour 7 Jeweler’s Orb… Un must !

Attention, vos parchemins d’identification (scrolls of wisdom) et de retour en ville (portal scroll) sont plus précieux en début de partie que dans les autres hack’n’slash : rares et utiles, vous devez être sûr de ne pas les gaspiller, en particulier les portal scrolls ; en conséquence, évitez de les utiliser pour commercer au début.

Trade

Le trade ou commerce est un élément important de Path of Exile. Même si un joueur peut très bien s’en sortir sans (il y a même un mode de jeu spécifique pour ça), il y a toujours moyen d’en profiter à son petit niveau et de se faciliter la vie quand on cherche un objet avec des caractéristiques spécifiques à pas cher. Et si vous avez un stash “premium” (pour 40 point soit 4 euros) vous pourrez même vous adonner à la joie d’ouvrir sa propre échoppe en faisant un clic droit sur l’onglet en question et en cochant la case “Public”.

Image du site officiel de transaction d'objets entre joueur
Le site de recherche de trade est vraiment très utile même si ce n’est pas toujours simple.

À cette fin, GGG a bien appris des initiatives externes qui avaient fleuri à l’époque, et a donc créé son propre moteur de recherche de trade sur le site officiel qui est excellent. Si vous cherchez un objet unique, vous n’avez qu’à taper son nom pour voir tous les vendeurs classés par prix en ligne actuellement. Mais si vous cherchez un objet rare, vous pourrez aussi rentrer toutes les caractéristiques désirées et avoir la liste des objets correspondant le mieux. Dans l’onglet “Bulk Item Exchange” vous y trouverez aussi l’ensemble des currencies du jeu et plus, que vous pourrez échanger contre d’autres currencies différentes. Bref, il ne faut pas s’en priver car, une fois le vendeur sélectionné, le site génère automatiquement un message en mémoire que vous pourrez coller directement dans la fenêtre de chat en jeu. Facile !

D’ailleurs, pour faire un lien avec le Loot Filter vu plus haut, si vous avez lié votre compte avec le site Filterblade, il sera régulièrement mis à jour et mettra en avant les objets qui ont le plus de valeur sur le marché actuel si vous arrivez à les dropper… Pratique pour ne pas avoir à vérifier la valeur marchande du moindre objet unique qui tombe.

Tchat

Pour ouvrir le tchat, cliquez sur l’icône en forme de bulle de dialogue juste à gauche de votre jauge de vie. Une fenêtre apparaîtra dans laquelle se trouve plusieurs onglets : Local pour discuter avec les gens dans la même zone que vous comme en ville par exemple, Global pour discuter avec tout le monde en jeu (à désactiver par défaut) (il existe des canaux par langue ce qui peut être utile si on a besoin d’aide), Party pour les échanges avec les autres membres du groupe si vous en avez intégré un (grisé par défaut), Whispers pour chuchoter avec une personne en particulier (utile pour le trade), Trade qui est une sorte de grand marché à la criée (autrefois très utilisé mais maintenant ne servant presque plus à moins de vouloir vous faire mal à la tête ou vous faire arnaquer) et enfin Guild si vous avez rejoint une guilde dans le jeu.

Image de la fenêtre de tchat dans le jeu
Vous pouvez activer et désactiver l’affichage des tchats en cliquant sur les onglets.

D’ailleurs, pour montrer votre objet dans le tchat, afin que tout le monde puisse voir son apparence, ses stats et ses sockets, faites simplement Ctrl+Alt+clic dessus une fois la fenêtre de discussion ouverte.

Pendant qu’on y est, on peut aussi vous parler de certaines commandes du tchat : /deaths permet de voir le nombre de mort d’un perso, et /played le temps de jeu passé dessus. /remaining vous montre le nombre de monstres en vie dans la zone, pour finir /passives permet à la fin des dix actes de voir la liste des quêtes secondaires qui donne un point de compétence passive et de voir celle qu’on aurait oubliées (le chiffre sera à 0 au lieu de 1 ou 2).

Instances

Vous l’aurez vite remarqué : vous êtes tout le temps seul, sauf en ville, ces zones protégées entre deux landes démoniaques où vous pouvez faire une pause-pipi en toute tranquillité. À part à ces endroits (et l’arène de l’acte 3) vous êtes tranquille dans ce qu’on appelle une instance, une copie du jeu créée spécialement pour vous. Du coup, comment jouer avec des gens ? Eh bien, c’est facile, ouvrez le panneau Social avec S, ajoutez vos potes, et le tour est joué. En faisant un clic droit, vous pourrez les rejoindre dans leur session.

Comme les niveaux sont générés aléatoirement, vous vous doutez bien que votre tâche va être un peu pimentée. En fait, si un lieu reste vide de joueurs pendant 8 à 15 minutes, il est supprimé (avec les portails qui y mènent) et y entrer à nouveau en créera un nouveau.

Image de l'onglet des waypoints
En plus de la navigation dans les actes, cet onglet sert pour accéder aux autres contenus.

Pour voyager rapidement entre les niveaux, vous avez droit à un grand classique du hack’n’slash : les waypoints, des portails qui vous téléportent gratuitement et instantanément jusqu’à une zone pour vous éviter d’avoir à vous retaper tout le chemin à chaque fois. Il faut évidemment les activer une fois à pied avant de pouvoir les utiliser, donc vous aurez obligatoirement fait la route au moins une fois… À moins qu’un pote ne vous ouvre un portail juste devant, vous épargnant une petite randonnée.

Il peut arriver que vous ayez plusieurs instances d’une zone ouvertes (la vôtre, celle d’un pote, etc.) ou que vous vouliez simplement la supprimer pour pouvoir la farmer à nouveau. Qu’à cela ne tienne : faites un simple ctrl-clic au moment de pénétrer dans l’instance (par une entrée ou par un waypoint) et vous pourrez choisir quoi faire.

Avertissement “Zone Endgame”
Vous allez entrer dans la partie finale du guide qui sera consacré aux différentes activités du endgame de Path of Exile… Cette partie du guide est destinée aux joueurs qui auront fini la campagne de base du jeu et qui se sentent de nouveau perdus face à l’ampleur du contenu disponible à la suite du combat final. Nous recommandons donc aux nouveaux joueurs de finir l’histoire principale avant de continuer la lecture de ce guide plus avant.

Un Endgame, des Endgames ?

Introduction aux endgames de Path of Exile

La première question qui pourrait se poser à la lecture du titre de cette partie, c’est “Sur un site pour BienDébuter, pourquoi parler d’endgame ?”. Path of Exile est un projet qui a beaucoup évolué depuis le lancement original en 2013 et qui s’est bien enrichi au fil des différentes leagues. Ceci au point que le contenu global, et par extension celui du endgame, est devenu tellement imposant qu’on peut se retrouver un peu perdu face à l’ampleur des activités proposées.

Première chose à savoir, vous ne pouvez décemment pas farmer et exploiter l’ensemble du contenu endgame du jeu. Même pour un joueur qui peut passer des centaines d’heures de jeu sur une seule league de trois mois, c’est impossible et on est souvent amené à choisir les activités qu’on souhaite exploiter au mieux et en délaisser presque entièrement d’autres. Je vous recommande donc de tester un peu chaque contenu (qui seront détaillés dans cette partie) et de choisir ceux qui vous inspirent le plus et dans lesquels vous voulez investir plus de temps.

Et deuxièmement, les activités endgames s’articulent autour de l’Atlas et de l’exploration/farm des zones qui le composent. Une bonne part de ses activités vous ont déjà été introduites au cours des dix actes de la campagne initiale (comme la Mine de Niko ou les Incursions d’Alva) et celles-ci peuvent devenir des activités de farm annexe à haut niveau d’investissement. L’Atlas contient aussi ses propres contenus spécifiques qui sont interconnectés et donc certains aident à favoriser tel ou tel type d’activité endgame.

Pour ordonner les différents types de contenu, nous avons choisi de les classer en trois niveaux d’investissement “de temps” :

  • le Endgame principal (Atlas) qui contient l’épilogue du scénario, ses propres activités et qui sert de moyeu pour les autres contenus,
  • le Endgame secondaire qui regroupe des activités au long cours nécessitant et pouvant accueillir de multiples sessions d’exploration/farm récurrent,
  • le Endgame tertiaire qui regroupe la plupart des activités “oneshot” et qui peuvent se réaliser à l’envie ou quand l’occasion se présente.

Comme vous avez dû le remarquer au cours du leveling, un certain nombre d’activités sont associées à un PNJ spécifique qui peuvent être invités dans votre hideout. Celui-ci devient donc naturellement votre base des opérations pour le reste du jeu. Commençons donc par le gros morceau…

Endgame principal : l’Atlas

Principe et maps

Tout le endgame de Path of Exile tourne autour de l’Atlas et de l’exploration des maps (cartes). Vers la fin de la campagne du jeu, vous avez surement eu l’occasion de ramasser des petits objets ronds gris avec un symbole blanc dessus comme sur l’image si dessous ? Ce sont ces fameuses maps et elles seront le sésame qui vous permettra d’explorer un tout nouveau pan du jeu.

Chaque map peut être vu comme une zone de jeu autonome ou instance accessible uniquement par le biais d’un portail qui sera le plus souvent générée par le map device dans votre hideout. Dans chacune d’elle, vous y trouverez une ensemble de monstres à occire et un boss spécifique. L’ensemble des maps sont connectés par un réseau représenté par le fameux Atlas. En appuyant sur “G”, vous le verrez dans son ensemble mais pour le moment il est bien vide et seul quatre points se trouvent sur le pourtour du dessin central. Ce sont les quatres points d’entrée (en zoomant vous pourrez voir des lignes pointillées qui en émerge vers d’autres maps dans le brouillard) et ils sont de tier 1. Toutes les maps ont un tier visible en dessous de leur nom, qui vont de 1 à 16 et qui indique le niveau des monstres de la zone. Ainsi, les maps de tier 1 ont des monstres de niveau 68, tier 2 de niveau 69, tier 3 de niveau 70 jusqu’au tier 16 de niveau 83. Chaque map est lié à plusieurs autres maps d’un tier inférieur et supérieur en fonction de leur position dans l’Atlas et la progression se fait en lootant les maps de tier supérieur à celle qu’on est en train d’explorer. À savoir que les boss de chaque map ont une chance de fournir des maps de deux tiers supérieur au contraire du reste des ennemis.

Image d'un map avec la touche Alt appuiée
Le retour du Alt magique.
Six portails et pas un de plus...
Il est important de noter que tout événement lancé par le map device génère six portails d’accès et que chaque portail utilisé disparaît. Ainsi, si vous mourrez en map, vous reviendrez dans votre hideout et il faudra utiliser un autre portail pour rentrer. Vous aurez donc six essais pour réussir chaque map ou évènement sinon, c’est définitivement perdu. Et cela vaut aussi pour le jeu en groupe. D’un maximum de six joueurs, chacun consommera un portail pour entrer ce qui veut dire que si vous mourrez dans une map, vous ne pourrez pas revenir. Faites donc bien attention.

Comme beaucoup d’objets dans le jeu, les maps peuvent aussi être craftées avec des orbes pour augmenter leur difficulté mais aussi l’expérience fournie et la quantité d’objets lootée (et donc les chances d’avoir d’autres maps). Même s’il est préférable de faire chaque première map en blanc pour découvrir son contenu. Par la suite, crafter ses maps vaut vraiment le coup car le gain potentiel est supérieur au coût du craft dans la grande majorité des cas. De plus, si vous appuyez sur Alt en ayant le curseur sur une map, vous allez voir apparaître 3 lignes sous le tier : Atlas map, Bonus Objective et Awakening Objective.

  • L’Atlas map est complété en tuant le boss de celle-ci et débloque la possibilité de la looter à l’avenir sur n’importe quelle autre map.
  • Le Bonus Objective est aussi réalisé en tuant le boss mais il faut que la map soit au minimum magique (bleu) pour les maps “blanche” du tier 1 à 5, rare (jaune) pour les maps “jaune” justement du tier 6 à 10 et rare plus corrompu avec un orbe vaal (Vaal Orb) pour les maps “rouge” du tier 11 à 16. Ce bonus, cumulatif entre toutes les maps déjà complétées, augmente de 1,5% les chances de dropper des maps d’un tier supérieur et deux tiers supérieur au delà de 100% de bonus.
  • L’Awakening Objective se fait encore en tuant le boss mais dans le tier le plus haut de cette map avec le niveau d’Awakening (que nous verrons plus loin) demandé. Le bonus débloqué augmente la puissance des affixes de maps de 1% par map aussi bien pour les effets négatifs que le bonus de quantité et de loot. Mais ce bonus viendra bien plus tard dans votre exploration.

Attention toutefois aux affixes qui peuvent apparaître sur vos maps à cause du craft… Certains affixes (en fonction de votre build) peuvent être insurmontables pour votre personnage comme le renvoi (reflect) de dommages élémentaires ou physiques ou encore l’absence de régénération ou de vol de vie… Relisez bien les affixes avant de lancer une map.

Image du map device en action
Le map device en action… ça en jette pas mal !
Il est où le “map device” ?
Vous avez tué le boss de fin mais vous ne savez pas où trouver le map device qui vous servira pour utiliser les fameuses maps et explorer l’Atlas… Pas d’inquiétude, on va vous expliquer ! Pour cela, il suffit de discuter avec l'officier Kirac dans la place de marché de l’épilogue. Puis de visiter les différentes zones en bordure de la place de marché (en haut, à droite puis en bas) jusqu’à arriver dans un coffre-fort contenant l’appareil convoité. Puis allez dans votre hideout et parlez à Kirac pour construire le map device. Et voilà ! Il suffit juste de reparler à Kirac pour avoir une map gratos histoire d’en avoir une en plus et compléter votre set de T1.

Régions et progression

Chaque map est aussi associée à une région de l’Atlas qui en compte quatre : Valdo’s Rest, Glennach Cairns, Lira Arthain et Haewark Hamlet. Chaque région possède une “citadelle” qui sera révélée sur l’Atlas quand vous aurez fait les bonnes maps et qui vous permettra d’y insérer des watchstones pour faire passer les régions au “niveau” suivant faisant passer d’un niveau par watchstone insérée jusqu’à un maximum de quatre… Car, c’est la partie compliqué de l’Atlas, chaque région existe en cinq variantes différentes et chacune de ces variantes englobe un set de maps de tier spécifique et progressif allant des premiers tier pour la région de base au dernier tier pour la région avec quatre watchstones.

Image de l'Atlas révélé
Vous allez avoir de quoi vous amuser pour un sacré moment.

Le point important à savoir c’est que même si vous pouvez faire n’importe quelle map d’un tier donné sans que celle-ci soit visible sur l’Atlas (ou avec le mauvais tier), il vaut mieux s’assurer que le niveau de la région concernée corresponde pour avoir la chance de looter les maps adjacentes non débloquées à celle que vous allez faire. Car tant que vous ne les avez pas débloquées, elles ne tomberont “naturellement” que par ce biais.

Cependant pas de panique, il existe un PNJ, Zana, qui une fois débloqué, vous vendra régulièrement des maps y compris d’un type ou d’un tier que vous n’avez pas encore débloqué. Un autre moyen pour compléter les maps manquantes reste de les faire ou de les échanger avec des amis et autres membres de guilde ou tout simple de les acheter auprès des autres joueurs. Les marchands peuvent aussi vous vendre une map de tier supérieur pour trois maps du même type et du tier inférieur.

Des currencies pour les maps
Comme pour les autres objets du jeu, il existe une série d’orbes de craft dédiée aux maps. Par exemple, vous pourrez augmenter la qualité de celle-ci avec des Cartographer’s Chisels jusqu’à 20% ce qui augmentera le loot de la map en question. Les Orbs of Horizon permettent de changer une map pour une autre dans le même tier. Pratique quand on a eu plusieurs fois la même map d’un tier donné mais qu’il nous reste plein de maps à débloquer sur ce même tier. Et enfin il y a les Harbinger’s Orbs qui permettent de changer une map pour une autre d’un tier supérieur. Attention toutefois, il se peut que cette orbe transforme cette map vers autre chose de plus surprenant mais très intéressant.
Image des orbes de craft pour les maps
Ces orbes aide bien pour améliorer le loot et compléter l’Atlas.

Les Conquérants de l’Atlas

Au cours de votre exploration des différentes maps de l’Atlas, vous aurez assez vite l’occasion de rencontrer de nouveaux personnages visiblement peu ravis de vous voir farmer sur leur territoire en toute impunité… Car oui, avant vous, il y a eu d’autres personnages qui ont exploré l’Atlas et qui ont décidé d’en faire leurs royaumes personnels ! Ce sont les Conquérants de l’Atlas au nombre de quatre plus un bonus et ils viendront régulièrement vous mettre des bâtons dans les roues en envoyant des créatures en plus sur les maps que vous explorez… Délicieux, n’est ce pas ?

Quand un conquérant investit une région de l’Atlas, un voile de couleur recouvre celle-ci et il vous faudra y ouvrir un nombre de maps donné, symbolisé par des petits carrés de couleurs sur la gauche de votre Atlas (les carrés bleus symbolisent le nombre de maps restantes à ouvrir). Une fois ceci fait, parlez à Kirac puis à Zana qui, dans ses options de dialogue, vous permettra d’ouvrir une map bonus dans laquelle se cache le malandrin qui vous a gêné. Dans celle-ci, tuez le boss et un portail s’ouvrira vers une arène contenant le fameux conquérant à affronter. Le combat peut être rude alors préparez-vous bien. Une fois vaincu (mais pas définitivement), il vous lâchera une des wachstones mentionnées plus haut pour avancer plus avant dans le “niveau” des régions. Ces watchstones peuvent être insérées et enlevées à l’envie dans les emplacements des citadelles donc ne vous en privez pas.

Vous allez ainsi rencontrer régulièrement ces conquérants et toutes les quatre watchstones insérées dans les régions de l’Atlas, le niveau d’Awakening montera de un point. L’Awakening est un effet global sur l’Atlas qui augmente de très nombreuses choses comme la vie des boss, le loot de certains objets spécifiques ou encore les chances d’avoir des maps particulières ou des objets uniques.

Image de l'Atlas avec l'influence d'un conquérant
L’influence des conquérants est bien visible sur l’Atlas.

À partir du niveau 4 d’Awakening, vous avez de fortes chances de voir Sirus pointer son nez dans vos affaires… Qui est-il ? Juste le plus puissant des conquérants et quand vous aurez de nouveau vaincu les quatres autres, Zana aura l’occasion de vous ouvrir l’accès à l’affrontement final contre celui-ci. Attention, c’est un des nombreux big-boss du endgame et un des adversaires les plus difficiles du jeu. Ne vous découragez pas si vous ratez son combat la première fois… Beaucoup de joueurs en sont passés par là et nombreux sont ceux qui ratent régulièrement celui-ci. Une fois vaincu, vous aurez fini l’épilogue du jeu et vous pourrez profiter de son loot spécifique (comme beaucoup de big-boss du jeu).

Le Shaper, l’Elder et plus si affinité

Mais Sirus n’est pas le seul danger qui se tapit dans les profondeurs de l’Atlas… Vous aurez sûrement l’occasion de rencontrer le Shaper, l’Elder et leurs gardiens respectifs ! Pour chacun, il faudra affronter leurs quatres gardiens qui sont des boss de map ou remplacent des boss existant. Chaque gardien lootera un fragment différent de clé qui, mis ensemble dans le map device (donc 4 fragments si vous avez suivi), ouvrira l’accès à une zone pour les affronter en personne.

Pour le Shaper, les quatres gardiens sont les boss de quatres maps tier 16 spécifiques que vous reconnaîtrez vite à leur aspect et au fait qu’elles ne sont pas présentes sur l’Atlas. Chacun de ses gardiens peut être un sacré challenge vu qu’ils sont plus résistants que des boss classiques au même tier et plus dangereux. Le Shaper est aussi un sacré combat en plusieurs phases et possède lui aussi un loot spécifique. De plus, il donnera lui aussi un fragment de clé parmi deux différents.

Image des maps et fragments associés aux gardiens
Les maps des gardiens et les fragments associés.

Pour l’Elder, c’est un peu plus compliqué car vous aurez l’occasion aléatoire de looter des maps “rouges” (de tier 11 à 16) qui sont influencées par l’Elder avec une icône de map spécifiques propres à chaque gardien. Ces maps seront comme les autres mis à part qu’une fois arrivé au boss, celui-ci se fera vampiriser par l’Elder et vous donnera accès à une arène unique qui contient un de ses gardiens. L’Elder est un combat moins complexe que celui du Shaper mais il réserve son lot de surprises. Une fois vaincu, il lootera lui aussi des objets particuliers et un fragment de clé aussi parmi deux différents… Comme vous vous en doutez déjà, les fragments de clé de l’Elder et du Shaper donnent accès à une nouveau combat dantesque : l’Uber-Elder.

Pour tout dire, ce combat est aussi un des plus difficile pour la simple et bonne raison que… Non ! Nous préférons vous laisser la “joie” de le découvrir par vous-même… Bref, préparez-vous bien car ça va être un combat très éprouvant. Mais la récompense pourrait en valoir clairement le coût !

Maven aka la chasseuse de “Pokémon”

Et comme si cela n’était pas suffisant, une autre entité aime à rôder dans l’Atlas : The Maven. Après avoir rencontré plusieurs fois son Émissaire (The Envoy), elle s’invitera au cours du combat contre un boss de map et s’amusera à vous enquiquiner en soignant le boss, en ajoutant des effets au sol ou en créant un double invulnérable du boss qui peut utiliser toutes ces capacités. Charmant… À la suite de votre victoire, vous ramasserez The Maven’s Beacon et en cliquant sur votre map device, un nouveau bouton va apparaître. Ce bouton peut être allumé ou éteint : allumé, Maven aura l’occasion d’observer et d’agir sur le boss de la map que vous allez lancer ; éteint, elle vous laissera tranquille. Ce qui est pratique si vous ne vous sentez pas assez puissant pour affronter un boss sous amphétamine.

Image du bouton de Maven sur le map device
Si ce que vous allez lancer semble assez difficile, pensez à éteindre l’attention de Maven.

Et pourquoi Maven s’amuse à intervenir dans vos combats ? Parce qu’elle capture les boss que vous avez vaincu pour un dessein bien particulier… Quand vous aurez vaincu trois boss de map d’une même région de l’Atlas, vous recevrez automatiquement une invitation de Maven. Cette invitation est à lancer avec le map device et vous allez vous retrouvez dans une arène circulaire avec un appareil à activer au centre. Prenez le temps de faire le tour et vous allez remarquer trois formes fantomatiques enfermées dans des bulles qui vont vous rappeler quelque chose : ce sont évidemment les trois boss que vous avez vaincu et que Maven va vous proposer de les affronter à la suite voir tous ensemble !

Une fois les boss vaincus de nouveau, re-cliquer sur l’appareil au centre et sous vos yeux ébahis, vous avez l’équivalent d’un mini-arbre de compétences passives dédié à cette région. Disponible pour chaque région quand vous les aurez faites aussi, cet arbre vous permet d’influer sur certaines activités endgames qui seront détaillées plus loin dans ce guide et permet donc d’avoir une sorte de farming “à la carte” en privilégiant les activités qu’on souhaite prioriser.

Pour avoir de nouveaux points à mettre dans ces arbres, il vous faudra refaire la même chose mais avec 4 boss, puis 5, puis 6 et enfin 10 boss pour un ensemble de 10 points à attribuer par région. À la fin du combat contre les 10 boss, vous gagnerez une watchstone magique qui peut être crafter. Ces watchstones marchent aussi en complément de celles données par les conquérants.

Image de l'arbre de passif de l'Atlas
Encore un arbre de passif… mais dans ton Atlas !

Maven peut observer et capturer des boss de map mais aussi certains big-boss et boss d’évènements endgames. Alors prenez garde si vous ne voulez pas vous retrouver avec un big-boss dupliqué ou soigné de manière outrageusement efficace. Ces affrontements seront aussi l’occasion d’invitation autrement plus mortelles que les classiques et vous permettront peut-être même d’affronter Maven en personne ! Du fun en perspective…

Des currencies pour les watchstones aussi ?!
Et oui ! Il y a aussi des orbes de craft dédiés au watchstone appelées sextant. De quatre types de puissances différentes, ces orbes enchanteront les watchstones pour un nombre d’utilisation limité qui influeront sur les maps que vous lancerez dans la région concernée. Un petit bonus sympathique.

Endgames secondaires

Les Maîtres

Au cours de l’aventure vous aurez eu l’occasion de rencontrer et d’inviter cinq Maîtres dans votre hideout : Alva, Niko, Jun, Einhar et Zana plus tard en map. Chacun possède des missions à utiliser quand vous faites des maps et dont le compteur augmente de un pour chaque tous les jours en fonction de la dernière map effectué dans la journée (mission blanche pour les maps blanches, jaune pour jaune, rouge pour rouge). Vous pourrez aussi gagner des missions aléatoirement en faisant des maps. Ces missions, visibles sur le map device, permettent de faire venir le maître sélectionné sur votre map au lancement et d’effectuer un contenu spécifique à lui seul. Ainsi, Alva vous donne accès à trois Incursions, Niko à des coffres de sulfites, Jun à trois intervention du Syndicat, Einhar à des Bêtes à affronter et Zana vous propose une map bonus à ouvrir dans la map que vous faites (map inception) parmi un groupe qui peut même comprendre des maps uniques.

Images des différents maîtres qui vous aident
Une belle équipe pour vous aider dans votre farming.

Même si les maîtres peuvent apparaître aléatoirement sur les maps, ces missions permettent de forcer leur venue et donc de farmer plus spécifiquement leur contenu associé que nous allons détailler ci-dessous.

Les Incursions

Quand vous rencontrerez Alva en jeu, elle vous proposera de participer à des Incursions. Au nombre de trois par zone où elle apparaît, vous aurez l’occasion de voir dans une fenêtre l’image d’un temple pyramidal contenant plusieurs pièces liées ou non aux autres (comme dans l’image ci-dessous). L’entrée est tout en bas au centre et le boss est tout en haut. L’idée est de « construire » les ouvertures entre les salles histoire de pouvoir en explorer un maximum à la fin dont celle du boss. Chaque pièce en dehors de l’entrée et du boss peut avoir un contenu spécifique que vous déterminerez au cours des Incursions. Chaque Incursion propose de visiter une pièce dans le passé pour y faire le ménage, tuer un des deux Architectes pour orienter l’évolution de la pièce en question et d’ouvrir au moins une porte vers les autres pièces adjacentes. Quand vous parlerez à Alva avant de lancer l’Incursion, vous verrez en haut à droite la pièce visée ainsi que les Architectes présents et leur position (retenez bien ces infos). Lancez l’Incursion et vous vous retrouvez transporté au milieu de la pièce. Maintenant, il va falloir être très rapide car vous avez un temps limité pour explorer la pièce, temps qui augmente quand vous tuez des ennemis (plus ils sont “rares”, plus ils donnent de temps). L’objectif est de tuer l’architecte que vous souhaitez, de ramasser une Pierre de Passage (Stone of Passage) sur le corps d’un ennemi aléatoire et d’aller rapidement ouvrir une porte à une des extrémités de la pièce.

Image de l'organisation du temple d'Atzoatl
À la conquête de la grande pyramide des Vaals !

Vous aurez l’occasion de faire 12 Incursions avant de pouvoir explorer pour de bon le temple d’Atzoatl que vous aurez “construit” dans son ensemble (pour peu que vous ayez ouvert assez de portes). Au cours de ces Incursions, vous aurez l’occasion d’upgrader les pièces spécifiques jusqu’au tier 3 pour des bonus encore plus intéressants. Ces bonus, qui augmentent aussi la difficulté du temple, vont de coffres remplis d’objets divers, d’événements spécifiques, jusqu’à des outils de craft puissants comme la double corruption ou le sacrifice d’objets (pour en obtenir de meilleurs… ou tout perdre). De plus, le boss du temple laisse tomber plusieurs objets rares spécifiques ainsi que des uniques. Bref, c’est une très bonne source d’équipement et d’expérience vu que le niveau du temple est en fonction du niveau des maps dans lesquelles vous avez fait les Incursions.

À la fin des 12 Incursions, Alva vous proposera de lancer directement le temple ou de vous donner une “map” (une chronique d’Atzoatl) qui correspond au plan du temple construit. Dans tous les cas, il vaut mieux lancer le temple à partir du map device dans votre hideout. Vous pourrez aussi acheter ou vendre ces chroniques aux autres joueurs sachant que certaines pièces tier 3 sont très recherchées (Locus of Corruption, Apex of Ascension et Doryani’s Institute). Construire et revendre les temples peut donc être une très bonne source de revenus.

La Mine d’Azurite

Niko est un des maîtres que vous rencontrerez dans la ville de l’acte 4 et il vous proposera une autre activité très rentable : l’exploration de la Mine d’Azurite. Mais avant de pouvoir explorer cette fameuse mine, il vous faudra collecter une forme de carburant appelé Sulphite que vous trouverez dans des coffres en map. Discutez alors avec Niko pour aller à l’entrée de la mine. Ici, vous trouverez l’accès à la mine, Niko qui peut faire office de marchand et le Générateur Voltaxique. Contre de l’Azurite trouvé dans la mine, vous pouvez choisir différents améliorations comme augmenter votre stock maximum de Sulphite, augmenter le rayon de l’éclairage de votre petit chariot (que nous allons voir plus loin), augmenter votre résistance au dommage de l’ombre de la mine ou encore acheter et améliorer des bombes éclairantes et autres dynamites.

Image du plan de la Mine d'Azurite
Le plan de la Mine… Vous aurez de quoi faire.

Mais passons à l’exploration de la mine à proprement parler. Pour y entrer utilisez soit l’entrée (logique) soit la carte des souterrains (Subterranean Chart) qui vous ouvrira le plan de la mine (image ci-dessus). Comme vous pouvez le voir, c’est un immense réseau de galerie sans fin dont le but est de descendre de plus en plus en profondeur pour en découvrir les trésors et les monstres qui se tapissent dans l’ombre. Pour ce faire, vous aurez un fidèle chariot alimenté en sulphite (dont la consommation dépend de la longueur du chemin et de la profondeur) pour vous apporter la lumière salvatrice pour votre exploration et pour sécuriser le chemin d’un point d’étape à un autre. Chaque point d’étape propose un combat particulier ainsi que des récompenses spécifiques. Plus vous descendrez en profondeur, plus le niveau des monstres sera élevé et plus le loot sera intéressant. Choisissez votre prochain point d’étape adjacent au chemin déjà réalisé puis suivez le chariot qui avance tout seul comme un grand. Restez dans sa lumière car l’ombre risque de vous causer beaucoup de dommages et affrontez les monstres sur le chemin. Sur le chemin, vous aurez sans doute l’occasion de trouver des murs destructibles dans l’ombre qui nécessitent de la dynamite et des bombes éclairantes pour vous éloigner de la lumière du chariot. Ces murs donnent accès à du loot bonus ou carrément à de nouveaux chemins pour des points d’étapes qui semblaient inaccessibles.

Il n’y a pas de profondeur limite mais sachez que le niveau maximum des monstres (83) est atteint à partir de la profondeur 171. Au cours de votre exploration dans les profondeurs, vous aurez l’occasion de rencontrer des biomes de “villes” qui possèdent beaucoup d’ennemis et de loots en récompense. Symbolisé par une bordure dorée, ces “villes” sont au nombre de trois types (les Avant-post Vaal, les Cités Abyssales et les Ruines Primitives) avec des ennemis spécifiques et qui peuvent contenir un boss propre à chaque type. Il vous faudra les vaincre sans mourir sous peine de devoir repayer et refaire le chemin menant jusqu’à lui. Mais pas d’inquiétude, puisqu’à part le surcoût du trajet, vous pourrez tenter autant de fois le boss que vous le souhaitez jusqu’à l’avoir vaincu.

Image des améliorations du générateur voltaxique
Pensez à utiliser régulièrement votre Azurite ! Plus on descend, plus c’est violent.

Pensez aussi à améliorer régulièrement la portée de la lumière du chariot et votre résistance à l’ombre (le personnage subit des dégâts extrêmement violents dès qu’il s’éloigne de la lumière) car plus vous descendez en profondeur, plus ce bonus est réduit. Vue la quantité d’ennemis à affronter dans la mine, c’est une très bonne zone quand vous souhaitez farmer de l’expérience rapidement.

Le Syndicat Immortel

À partir de l’acte 9, vous aurez l’occasion de vous faire agresser des malotrus venant de nul-part… et de rencontrer Jun qui viendra vous voir juste après que vous les ayez défaits. Vous venez de faire la rencontre du Syndicat Immortel et vous allez devoir choisir le sort de ceux qui ont eu le malheur de tomber sur vous. Vous aurez alors deux choix pour chacun d’eux (s’ils ont attaqué à plusieurs) : les interroger en les emprisonnant pour le temps de trois autres rencontres avec eux ou, aléatoirement, une des trois options suivantes – Exécution (Execute), Marchandage (Bargain) et Trahison (Betray). Chacun de ces choix va influer sur le niveau des membres du syndicat, la relation entre ces membres (ami ou rival), le niveau d’intelligence fourni sur les chefs et leurs planques ou le loot qu’ils donneront. Il existe aussi une option pour tout simplement le relâcher sans rien faire. Utile quand aucune autre option ne vous convient.

Image de l'organigramme du Syndicat Immortel
Comme dans un bon gros polar.

En discutant avec Jun, vous pourrez voir un grand tableau (ci-dessus) qui donne l’organigramme du syndicat, la position de chaque membre connu, leur bonus et équipement, leur relation ainsi que leur présence en prison. Il y a quatre niveaux dans l’organigramme : les membres non-affiliés à une planque, ceux affiliés, les chefs de planque et le mystérieux big-boss du Syndicat. Il y a aussi quatre planques qui sont liées à des récompenses spécifiques pour chaque membre : Fortification pour des bonus plutôt liés aux armures, Transportation (Transport) pour ceux liés aux armes, Research (Recherche) pour tout un tas de bonus “exotiques” comme l’ajout d’expérience aux gemmes de compétence, l’amélioration de Pierre de Brèche (voir plus loin) ou encore l’ajout de socket blanc sur les objets et pour finir, Intervention pour avoir tout une série de Scarabées (un consommable spécifique pour ajouter du contenu aux maps). Ainsi, en fonction de leur affiliation de planque et leur niveau personnel de loyauté, chaque membre du syndicat fournit un bonus différent quand vous irez les envahir chez eux.

Mais avant d’envahir leur planque pour mettre à la question leurs chefs, il va falloir récupérer des renseignements sur leurs positions. Le moyen le plus direct est de les interroger mais le gain d’intelligence varie en fonction de leur niveau de loyauté (qui monte quand vous les exécutez) et fait descendre ce même niveau. D’autres choix peuvent donner des informations comme le marchandage et la trahison. Le but, c’est d’avancer sur la localisation des planques tout en gardant un haut niveau de loyauté des membres pour profiter de meilleurs bonus quand vous irez leur passer une petite visite de courtoisie. D’ailleurs, chaque map qui contient le syndicat a trois rencontres avec eux : une rencontre d’Intervention (attaque surprise), une de Recherche (laboratoire à démanteler) et soit une de Fortification (attaque d’un fort) soit une de Transport (attaque d’un convoi).

Une fois la position d’une planque trouvée à 100%, vous pouvez parler à Jun dans votre hideout pour y aller et vaincre le chef. Celui ne peut être qu’interrogé et vous aidera à trouver la planque de leur big-boss. Quand sa position est aussi trouvée à 100%, Jun vous emmènera dans un nouveau lieu dans lequel un gros affrontement en plusieurs phases vous attend. Mais là aussi, la récompense en vaut largement la chandelle !

Image d'un objet cryptique dévoilé
Toujours plus de craft !
Les objets "Veiled"
Un des points particulier des rencontres avec le syndicat c’est la possibilité de ramasser des objets cryptés ou Veiled. Ces objets un peu particulier ont un affixe crypté qu’il faut apporter à Jun pour révéler son secret. À ce moment, vous aurez le choix entre trois affixes particulièrement puissants pour finaliser l’objet. Quand vous les sélectionnez, ces affixes peuvent être débloqués pour la table de craft pour améliorer vos objets rares classiques.

Les Heists (Cambriolage)

Dans la ville de l’acte 6, vous rencontrez un nouveau PNJ, Kurai. Bien que n’étant pas un « maître », son contenu associé est vraiment massif. Kurai l’Administratrice fait partie d’un groupe de cambrioleurs de haut-vol et vous aurez l’occasion de monter vos propres casses avec eux. Pour commencer, faites un clic droit sur une des Pièces marquées de Malfaiteur (Rogue’s Marker) qui vous ouvrira un portail vers le hub de ce contenu : Rogue’s Harbour (le Port des Malfaisants). Une fois à l’intérieur, vous allez rencontrer toute une brochette de personnages hauts en couleur dont certains vous aideront lors de cambriolages, pourront gagner de l’expérience et des compétences et même être équipés par vos soins (mais pas comme vous, heureusement).

Image de l'onglet d'équipement d'un acolyte de heist
Vous pourrez équiper tous vos acolytes avec des objets dédiés.

Pour lancer une mission de cambriolage ou heist, il vous faudra un contrat. Lootable au cours du jeu dans les caches du contrebandier (smuggler’s cache) ou achetable, au pire des cas, à Whakano le Barbier, il faudra ensuite aller voir Adiyah pour lancer le contrat, sélectionner puis valider votre acolyte et c’est parti !

La mission se présente comme une map relativement linéaire avec des gardes, des coffres, des grands coffres ainsi que l’objectif à la fin. Vous avez aussi une barre de confinement (lockdown) qui se remplira lorsque vous ouvrirez des coffres, en vous faisant repérer par certains systèmes de sécurité et qui finalement se remplira entièrement quand vous ramasserez l’objectif du vol. Chaque coffre peut avoir du loot très intéressant mais celui-ci ne sera vraiment à vous que si vous sortez vivant de la mission. Si jamais la barre de confinement est remplie avant d’avoir récupéré l’objectif, vous aurez 10 secondes pour l’atteindre sinon la mission est un échec. Tout le jeu est donc d’ouvrir un maximum de coffre (dont les plus grands en priorité) jusqu’à la dernière limite et de ramasser l’objectif. Une fois cela fait, l’alarme se déclenche et vous devrez rejoindre l’entrée en affrontant de hordes de gardes venus vous arrêter. Sur le chemin d’aller et de retour, vous aurez aussi besoin de votre acolyte de mission pour vous ouvrir les portes blindées et les grands coffres. Une fois sortie, l’acolyte gagne de l’expérience sur la compétence utilisée et demandée par le contrat et l’objectif peut être revendu à Faustus dans le hub contre une bonne quantité de Rogue’s Marker.

Image de la préparation du plan d'un Grand Heist
“J’aime quand un plan se déroule sans accroc”

Au début, vous n’aurez que trois acolytes (Karst, Tibbs et Isla) mais en faisant des missions avec les deux premiers, chacun invitera une de ses connaissances dans l’aventure et eux même en inviteront d’autres jusqu’à un total de neuf acolytes aux caractères bien trempés. Vous aurez aussi la chance de récupérer des contrats uniques pour avancer dans l’histoire de chaque personnage.

Un autre type de mission est proposé : les Grand Heist (Grand Cambriolage), qui nécessitent un plan spécifique. Les plans se récupèrent aléatoirement comme les contrats mais sont bien plus rares. Chaque plan peut être amélioré par Whakano pour révéler de nouvelles branches d’exploration et de nouvelles pièces de récompense et de sortie d’urgence contre des Rogue’s Marker. Une fois amélioré à votre goût, allez dans la Salle de Planification pour attribuer les équipes pour chaque branche et valider définitivement le plan. Chaque branche peut être explorée comme un contrat à part entière et en fonction de la nature du plan, vous aurez à choisir entre plusieurs récompenses d’un même type à la fin de chaque branche. Ces récompenses sont uniques aux Grand Heist comme des uniques alternatifs, des gemmes de compétences avec des qualités alternatives ou encore des bases d’objets craftables expérimentales. Il y a même des objets et des orbes particuliers qui peuvent tomber lors de l’exploration de ces Grand Heist, en faisant une activité fort profitable quand elles sont bien menées.

Endgames tertiaires

Einhar et la Ménagerie

Einhar est un des maîtres que vous rencontrez le plus tôt (acte 2) mais son contenu associé n’est pas aussi complexe que pour les autres. Pour faire simple, vous allez rencontrer de multiples Bêtes rares “jaunes” ou “rouges” qui seront accompagnées d’une cohorte d’autres créatures du même type. Ces Bêtes sont très résistantes, ont de multiples bonus et pouvoirs et peuvent invoquer d’autres créatures pour les aider. Quand elles sont proches de mourir, Einhar qui vous accompagne dans votre chasse (et qui est le seul PNJ qui attaque de manière très efficace en plus d’être très fun) va la capturer pour l’ajouter à votre Ménagerie. Voilà le principe de base… Simple pour une fois !

Image de l'arène de la Ménagerie et de l'onglet de craft
Les pauvres petites créatures capturées qui vont finir en ressources de craft…

Mais ces Bêtes capturées ont en fait quoi ? Très bonne question, mon bon monsieur ! Et bien elles servent “d’ingrédients” pour de multiples recettes de craft. Vous pourrez voir ces recettes dans l’onglet correspondant à côté des Challenges ou des Prophéties ainsi que toutes les Bêtes capturées. Pour les réaliser, il faut aller dans la Ménagerie, rentrer dans l’arène au-dessus d’Einhar, cliquer au centre de celle-ci, sélectionner le craft voulu et lancer. Un nouveau combat s’engage dans l’arène contre les créatures utilisées comme sacrifice et une fois défaites, vous aurez le résultat du craft.

Il existe même des Bêtes légendaires qui ouvriront des portails vers des boss spécifiques qui looteront des pièces d’armures légendaires dédiées. Vous pouvez aussi visiter à l’envie l’ensemble de votre Ménagerie et les créatures qui y sont présentes et même acheter à Einhar un orbe qui permet d’enfermer une Bête pour la revendre auprès des joueurs (l’inverse marche aussi, on peut acheter un orbe et en faire sortir la bestiole en mode Pokémon).

Soeur Cassia, le Blight et les Huiles

Quand vous commencerez à explorer les maps, vous aurez sûrement l’occasion d’entendre une drôle de petite chanson entrainante parlant de transformer les impies en cendre… Il s’agit d’un nouveau PNJ, l’étonnante Soeur Cassia ! Vous la trouverez à côté d’un drôle de “champignon” lumineux que vous pourrez activer. Ce faisant, un mécanisme se met en place, des racines semblent se propager et vous aurez la possibilité d’installer des tourelles de défense en étant tranquille pendant quelques secondes avant le démarrage de l’évènement. Car au bout de chaque racine va apparaître un portail et des hordes d’ennemis vont en sortir et suivre le chemin de la racine jusqu’au “champignon” de départ. Il vous faudra les détruire avant qu’il n’arrive au centre et qu’il n’endommage trop le mécanisme que Cassia avait installé. Heureusement, vous avez différentes tourelles et différents niveaux d’amélioration pour vous aider à tuer et contenir les ennemis d’une racine pendant que vous êtes occupé de l’autre côté avec une autre racine. Au fur et à mesure des créatures tuées, vous gagnerez de nouveaux points pour construire et améliorer vos tourelles.

Image d'un événement Blight en cours
Surveillez bien la minimap, elle vous sera utile pour repérer les racines qui s’activent.

C’est un véritable tower defense que nous avons là et le rythme peut être très tendu sachant qu’il peut y avoir des boss qui sortent des portails. Une fois les vagues de monstres arrêtées, vous pourrez récupérer tout le loot au centre et ouvrir les coffres au bout de chaque racine.

Certains de ces coffres contiennent un contenu très particulier : les Huiles (Oils). Ces huiles de couleurs différentes, en fonction de leur rareté, servent à oindre des objets particuliers comme l’amulette et les anneaux que vous portez grâce à Cassia que vous aurez invitée dans votre hideout. Oindre les anneaux aura pour effet d’améliorer l’effet des tourelles en jeu donc ça n’est pas le plus intéressant… Mais là où les huiles deviennent très fortes, c’est sur les amulettes (et certains objets uniques). En effet, avec trois huiles, l’onction vous donnera l’attribution d’une compétence passive majeure de l’arbre (mais pas les Keystones) sans qu’elle ait besoin d’être connectée à votre arbre. Pratique pour récupérer une node très intéressante mais dont le trajet est trop long pour la rendre réellement profitable. Le coût en huile vous est donné en appuyant sur Alt quand vous avez le curseur sur une de ces nodes. Bien sûr, les nodes les plus puissantes sont aussi les plus chères à l’image de celle qui vous donne une malédiction applicable en plus qui vous demandera trois huiles dorées (Golden Oils), l’huile la plus rare.

Vous pourrez récupérer un autre type d’objet intéressant dans ces coffres : les Blighted maps. Celles-ci sont en fait des maps sans monstres et boss, juste composées d’un unique événement Blight en leur centre. Cela marche comme ceux en map classique sauf qu’il sont de grande ampleur, avec des dizaines et des dizaines de racines ainsi que beaucoup de boss potentiels. Préparez vous donc en conséquence, soyez vigilant et méthodique face à une véritable marée de monstres. Mais si le centre est sauf à la fin, le loot sera énorme. Soyez en assuré !

Tane et les Métamorphes

Contrairement à ce que ce titre pourrait laisser penser, vous n’allez pas affronter des loup-garous dans ce contenu… mais plutôt des formes de “frankensteins” polymorphes. Sur certaines maps, vous allez rencontrer Tane, un nouveau PNJ qui débarquera d’un coup avec une sorte de “cloche” après que vous ayez tué quelques monstres. Tane est un espèce de docteur Frankenstein qui vous demandera de récolter des organes sur vos adversaires pour construire un métamorphe dans sa machine. Nettoyez la map et tuez le boss qui contient forcément un de ces organes. Ceux-ci se ramassent automatiquement et quand vous les aurez tous, Tane réapparaitra à coté de vous pour lancer l’expérience. En cliquant sur la “cloche”, vous ouvrirez un menu de sélection des organes avec une jauge de difficulté sur le côté. Il vous faudra alors sélectionner un organe de chaque type pour construire le métamorphe, sachant que les organes les plus rares (comme l’organe unique du boss) augmentent fortement la jauge et le loot global. De plus, chaque organe offre des récompenses différentes alors choisissez bien. Vous pourrez alors lancer le combat contre le métamorphe qui se transformera régulièrement entre toutes les créatures des organes sélectionnés (y compris le boss de la map) avec moult effets et invocations de créatures. Le métamorphe est assez costaud et peut faire très très mal alors si vous n’êtes pas trop sûr de vos dommages, évitez de le blinder de bonus de régénération de vie. Vous risquez de construire un ennemi impossible à tuer pour vous.

Image de la sélection des organes pour la confection de métamorphe de Tane
On met tous les ingrédients dans le four et il n’y a plus qu’à déguster.

Si la jauge à droite est complètement remplie et clignote (impossible dans les premiers tiers de map), le métamorphe vaincu donnera lui aussi un organe à ramasser en plus du loot généreux. Une fois un set complet de ces organes en stock, vous pourrez aller dans le laboratoire de Tane (accessible par le panneau des waypoints) pour entrer dans une petite arène avec le fameux appareil de résurrection. Vu la nature des organes utilisés, vous aurez alors un combat contre un métamorphe qui passera son temps à se transformer en différents boss donc attention. Mais le loot final peut être extrêmement lucratif dans certains cas.

Oshabi et le Bosquet Sacré

Parfois, vous trouverez aussi un réseau de racine menant à un portail pour entrer dans le Bosquet Sacré (Sacred Grove). À l’intérieur, vous rencontrerez Oshabi et elle vous proposera de récolter le jardin dans lequel vous vous trouvez. Dans chaque jardin contient plusieurs duos de plantes de couleurs différentes à récolter mais pour chaque duo vous ne pourrez en choisir qu’un seul groupe. Ces plantes proposent différents types d’options de craft consommables pouvant être très utiles. Une fois un groupe choisi puis validé, des monstres émergeront des plantes (logique !) et il vous faudra les occire. Attention à ces monstres car ils sont extrêmement violents et tuent très régulièrement de nombreux joueurs. Une fois le désherbage réalisé, vous pourrez découvrir les options de craft proposées. Ces crafts seront perdus si vous ne les utilisez pas au cours de la durée de la map dans laquelle ils se trouvent mais vous aurez la possibilité de sauvegarder jusqu’à dix crafts dans la station d’Horticrafting pour les garder pour une meilleure occasion. Certains de ces crafts sont très puissants.

Image du différentes plantation dans le Bosquet Sacré
Vous aurez à choisir le champ qui vous semble le plus judicieux.

Des Brèches et des Lords

Au cours de vos voyages, vous aurez sûrement repéré de drôles de grandes mains rouges et fantomatiques sortant du sol… Ce sont les Brèches (Breach) et en marchant dessus elles déclencheront une invasion d’une autre dimension ! Cette invasion prend la forme d’un cercle qui s’étend très vite à partir du point d’origine de la main et qui fera apparaître de nombreux ennemis à affronter dans la zone en question. Puis l’extension du cercle se ralentira progressivement et au bout d’un moment le cercle se refermera très vite. Le but est donc de tuer un maximum d’ennemis qui auront des chances de donner des éclats (splinters) du type des ennemis contenus dans cette brèche.

Image d'un main symbolisant un événement de brèche
Besoin d’un coup de main ?

Il existe cinq sortes de brèches : feu, froid, foudre, physique et chaos. Comme vous vous en doutez, elles seront composées d’adversaires qui feront majoritairement ce genre de dégâts. Ces brèches auront aussi l’occasion de vous faire affronter des boss spécifiques, les Seigneur de Brèches (Breachlords) qui donneront beaucoup d’éclats si vous leur faites bien mal. Quand vous avez atteint un stock de 100 éclats d’un type, elles se transformeront automatiquement en Pierre de Brèche (Breachstone) qui peut être utilisé dans le map device pour explorer le royaume d’d’où viennent ces monstres.

Arrivé là-bas, une main sera présente et activera le processus de la map. Cela sera comme une grande brèche linéaire avec un timer. Avancez dans la map en suivant l’extension de la zone de la brèche et tuez rapidement les ennemis sur le chemin pour nourrir le timer très limité. Le but est de garder le rythme jusqu’à atteindre le portail du boss. Ici plus de timer et en passant par le portail vous rentrerez dans une arène pour affronter le boss en question. Une fois vaincu, il aura peut-être l’occasion de donner une objet unique qui lui est lié et/ou une Bénédiction (Blessing) de son type. Ces Bénédictions servent à transformer les objets des Breachlords en une version plus puissante.

Images des esquilles et des Pierres de Brèche disponibles
Des splinters et des Breachstones : votre ticket pour voir les Breachlords chez eux.

Attention, Maven peut venir voir ces combats de boss pour les rendre encore plus dangereux alors prenez garde de vérifier avant de lancer la Pierre dans le map device. Ces Pierres peuvent aussi être améliorées pour donner des zones de niveaux supérieurs par l’intermédiaire du Syndicat. Bonne chance !

Delirium : Miroir dans la brume

Une autre rencontre étrange que vous pourrez faire est celle avec une sorte de miroir fragmenté qui réfléchit votre personnage. En passant à travers, un voix lugubre va s’élever et la zone va se recouvrir progressivement et entièrement de brume. De nouveaux pièges et ennemis vont émerger de celle-ci en plus des monstres de base. Les monstres rares subiront des distorsions très spéciales et vous aurez même la chance de rencontrer des boss issus de la brume. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à avancer dans la map en farmant le plus vite possible pour augmenter la récompense finale une fois que la brume se sera dissipée. Chaque brume aura un lot de récompenses spécifique qui augmentera en variété et en quantité en tuant de plus en plus de monstres.

Vous aurez aussi la possibilité de ramasser des Simulacrum Splinters (Esquilles de Simulacre) dont un stock de 300 se transformera en Simulacrum (Simulacre). Cette clé utilisée dans le map device ouvrira un monde de brume dans lequel vous aurez à affronter 20 vagues d’adversaires toujours plus puissants et dangereux mais avec beaucoup de loot à la clé. Dans les dernières vagues, vous aurez même l’occasion d’affronter les deux boss différents de la brume.

Image du miroir du Delirium en map
Miroir ! Mon beau miroir… Dis-moi qui va mourir bientôt ?

Il existe aussi des orbes très rares qui permettent d’appliquer l’effet de la brume de manière permanente sur une map. Chaque orbe est lié à un type de récompense et donne 20% de Delirium jusqu’à un maximum de 100% avec cinq orbes. Attention, à 100% les monstres (même blanc) vont devenir extrêmement résistants et dangereux. Vous êtes prévenu !

Légion des Cinqs Armées

Un autre type d’évènement que vous rencontrerez en map est représenté par un grand cristal violet sombre. En l’activant, vous ferez apparaître ce qui semble être deux armées prêtes à en découdre mais figées dans le temps. Un timer s’active alors et vous aurez ce temps pour “casser” un maximum d’entités en privilégiant les coffres. Une fois le timer fini, toutes les entités “cassées” s’activent, comme libérées du temps, et commencent à se foutre joyeusement sur la figure. Mais elle n’oublieront pas aussi de s’occuper de votre cas et vous devrez calmer tout ce petit monde. À la suite de ce combat et de l’ouverture des coffres, vous aurez la possibilité de ramasser des Timeless splinters (Esquilles intemporelles) qui formeront un Emblème quand une pile de 100 du même type est amassée. Au cours des événements, vous aurez parfois l’occasion de voir un ou deux faisceaux de lumière mauve pointant dans des directions différentes… C’est pour indiquer la présence de boss qu’il faudra “casser” pour aussi les affronter. Une fois libérés et vaincus, ils donneront un joli paquet de splinters.

Image d'un monolithe de Legion
Ça va bastonner sec !

Une fois que vous avez deux Emblèmes différents, pour pourrez les utiliser ensemble dans le map device pour lancer le Domaine du Conflit Éternel (Domain of the Timeless Conflict). Dans cette arène circulaire qui s’active et se relance régulièrement en allant au centre, vous allez affronter autant d’armées et de boss que vous avez utilisé d’Emblèmes et vous devrez les tuer le plus vite possible avant la fin du timer en faisant le tour du lieu. Une fois tous les boss vaincus, revenez au centre pour réactiver l’ensemble et recommencer la castagne. Plus vous avez tué de monde et de boss avant la fin du timer, plus vous aurez de loot à la fin. C’est donc une activité très bonne en groupe pour un farming méthodique du lieu.

Atziri, reine des Vaals

En visitant des zones vaals annexes au cours de l’aventure ou en map, vous aurez sûrement récupéré des fragments de Sacrifice. Les quatres fragments différents mis ensemble dans le map device (avec la bonne forme) ouvriront l’accès à un temple vaal un peu particulier. Dans celui-ci vous affronterez des hordes de monstres magiques et rares uniquement. Puis à la fin de chaque zone, vous aurez l’occasion d’en découdre avec différents boss jusqu’à arriver face à la fameuse Atziri, Reine des Vaals ! Un combat qui peut se révéler dangereux en fonction de votre niveau, car beaucoup de ses attaques en AoE font extrêmement mal ce qui oblige à bien les esquiver. Il existe aussi une petite surprise bien violente pour ceux qui ne prennent pas garde. Atziri a aussi un loot spécifique et peut vous donner un autre set de fragments pour pouvoir ouvrir un nouveau temple contenant… Uber-Atziri ! Ce combat vous demandera de connaître celui-ci sur le bout des doigts car presque toutes ses attaques sont synonymes de mort instantanée. Mais cela vaut le coup vue la puissance des objets qu’elle peut vous donner.

Harbingers à la plage

Ces entités fantomatiques bleues peuvent apparaître en map si vous avez certaines améliorations de l’Atlas ou en activant l’affixe “Harbinger” par le biais du map device (quand il est disponible) ou avec le Scarabée dédié (Harbinger Scarab). Quand vous les rencontrerez, ils se mettront à invoquer des masses d’ennemis qui lui infligeront des dommages en mourrant (lui est intouchable). Une fois vaincu, il pourra donner une myriade de fragments d’orbes de tous les types dont des fragments d’Harbinger’s Orb.

Image d'un Harbinger préparant le combat
Ils donnent l’impression d’errer sans but… Mais on sait comment ça va se finir !

Comme vu plus haut, ces orbes peuvent augmenter le tier des maps mais aussi les changer en une map unique : Beachhead (Tête de pont). Cette map unique de trois type (blanche, jaune, rouge) vous donne accès à la même configuration ; une grande île couverte de plage et blindée d’ennemis et de harbingers que vous vous empresserez de défoncer. Puis par un accès derrière le centre de l’île, vous trouverez une arène avec un grand portail vomissant des vagues d’Harbingers, dont un plus gros à la fin. Outre les fragments d’orbes qui vont littéralement pleuvoir, vous aurez aussi un fragment d’objet unique. Une fois en possession de tous les fragments d’un même objet, il suffit de les mettre dans la bonne configuration dans votre inventaire pour faire l’assemblage et ainsi l’avoir.

Il existe même une quatrième map Beachhead mais c’est à vous de la découvrir !

Les Abysses

Au cours de vos pérégrinations, vous tomberez sûrement sur une sorte de petit cratère étrange sur le sol qui va se transformer en une faille mouvante libérant des ennemis au fur et à mesure. Ce sont les Abysses (Abyss) et vous devrez poursuivre la faille jusqu’à différents points d’étape qui feront un plus gros trou et libéreront des ennemis rares. Si vous êtes assez rapide pour éliminer une bonne part des ennemis, la faille continuera de se propager avec plus ou moins d’étapes avant de s’arrêter définitivement. Soit un gros coffre apparaîtra en lootant au moins un Joyau Abyssal (Abyssal Jewel) ayant des affixes différents des jewels classiques, soit la faille ouvrira un accès vers les Profondeurs Abyssales (Abyssal Depths). Dans ces grottes anciennes, vous rencontrerez de multiples ennemis mais aussi un boss. Soit c’est un pilier qui invoquera des ennemis et vous donnera une Ceinture Abyssale (Abyssal Belt) rare avec un socket pour y mettre un Joyau Abyssal en récompense, soit vous rencontrerez une des deux Liches – un combat autrement plus difficile. La récompense contre les Liches est un objet unique spécifique qui a la particularité d’avoir un socket (voire deux) de joyau à la place des sockets de gemmes de compétence habituelles.

Image de l'arrivé dans un souterrain abyssal
Vous trouverez parfois un souterrain à explorer…

Les Rituels

Les Rituels sont un autre type d’événement en map. Représentés par des autels entourés d’un cercle rituel à la craie, il s’activent en les touchant et limiteront temporairement la zone de jeu à l’espace du cercle de craie. Vous devrez alors survivre au nombreux monstres ressuscités par l’autel ainsi qu’à ses effets en fonction de l’autel (dommages, buffs des ennemis ou débuff du joueur). Chaque map avec des rituels contient trois ou quatre autels et chaque nouvelle autel activé ressuscitera les monstres des alentours plus tous ceux des autres autels rencontrés avant, ce qui peut devenir “funky” sur le dernier autel. Les boss de map qui meurent proche d’un autel seront aussi ressuscités… Groovy !

Chaque ennemi tué au cours du rituel donne des points qui vous pourrez dépenser dans le menu de récompense (ci-dessous) accessible à tout moment à partir du premier rituel accompli. Il est conseillé d’avoir accompli le maximum de rituels de la map avant de dépenser ses points car de nouveaux objets sont débloqués pour chaque rituel fait. Dépensez tous vos points car ils ne sont pas conservés d’une map ou d’une zone à l’autre. Vous pouvez aussi payer une part du prix de certains objets trop chers pour les retrouver plus tard dans d’autres groupes de rituels et pour moins cher. Il existe aussi des orbes dédiés (Ritual Vessel) pour “stocker” les monstres d’un rituel donné et les infuser dans le set de rituels d’une autre map.

Image de l'onglet de sélection des récompenses de Rituel
Plein de friandises à portée de main mais il faudra bien choisir.

Conclusion (enfin…)

Merci ! Vous avez survécu à la lecture de ce guide et vous ne vous êtes pas enfui en courant ou complètement endormi devant la quantité d’information présentée ici. Path of Exile est un sacré hack’n’slash et malgré ce guide très riche, il vous restera encore pas mal de choses à découvrir par vous-même. Mais si vous arrivez à accrocher aux possibilités énormes offertes par ce jeu, il vous garantira des centaines voire des milliers d’heures de fun en perspective. C’est une œuvre de passionnés toujours en mouvement qui a réussi à rester à l’écoute de sa communauté avec un équilibre rare. Et les dernières annonces du studio nous promettent de belles choses pour la suite. Un jour peut-être nous nous croiserons sur les sauvages rivages de Wraeclast… D’ici-là, bonne route à vous, Exile !