logo du site Un site de la communauté Canard PC
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
fermer
logo du site
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Caves Of Qud

Fallout ? C'est Qud !

Genre : ,

Dernière MaJ : 01/06/2021

Quand j’ai pris Caves of Qud, sur un coup de tête, je l’ai installé et désinstallé aussi vite. Dur, injuste, moche, obscur, bordélique, il n’avait vraiment rien pour lui. Puis, plus tard, je l’ai relancé car quelque chose d’indéfinissable me poussait à y retourner. En y repensant, je le trouvais plutôt joli (selon mes standards totalement pétés), le monde avait l’air fascinant et sa complexité aride me défiait. J’ai beaucoup ramé pour le comprendre, je suis mort un nombre incalculable de fois, et je suis très très loin de l’avoir fini, mais je peux au moins vous guider pour le découvrir sans (trop) souffrir. À l’heure des effets RTX qui pètent de partout, voici un jeu à peine plus joli qu’un Dwarf Fortress, et pourtant il s’agit d’un des plus puissants RPG/Rogue Like que je connaisse.

Précision: il y aura beaucoup de screenshots pour illustrer mes propos, principalement de l’interface qui est assez complexe (et indescriptible). Si vous aimez les interfaces à la Amplitude Studio, passez votre chemin, là on est plus sur une interface à la Vim (mais si vous savez, l’éditeur de code des hipsters). Donc ce sera illustré avec des images très moches. Ne me remerciez pas, je sais que vous adorez ça.

Ah au fait, il ne faut pas être trop allergique à l’anglais non plus.

Le site officiel de Caves of Qud se trouve en suivant ce lien : Caves of Qud.
Vous pouvez télécharger gratuitement la version ASCII du jeu offert par les devs.

Vous pouvez également visionner cette petite vidéo réalisée par mes soins : https://youtu.be/2b9ss1d5HQM

Les premiers réglages

page de titre du jeu
On est là pour se marrer

Caves of Qud se passe dans un futur post-apocalyptique à la Fallout. Humains, mutants et autres bestioles cohabitent dans un vaste continent à la géographie variée. Vous incarnez un de ses habitants, arrivant dans un village et commençant toute une série de quêtes. Les PNJs vous donneront des quêtes, il faut parler à plein de gens et explorer des tas d’endroits. Côté CRPG, c’est très classique, et le monde post-apocalyptique permet de voir se côtoyer augmentations cybernétiques, fusils et épées en bronze, ce qui est plutôt plaisant. Côté Rogue-Like on est aussi sur un terrain connu, on meurt souvent, et on ne conserve rien d’une partie sur l’autre à part la connaissance. Le monde est en majeure partie procédural, à part pour les villes qui restent fixes.

Dès le lancement du jeu, on fait un tour dans les options et on coche : enable additional overlay user interface elements, on a quatre écrans moins moches et, croyez-moi, c’est toujours ça de pris.

Le clavier est votre meilleure arme

présentation des raccourcis clavier
Ergonomique non ?

Le jeu se joue principalement au clavier. Un clavier QWERTY n’est pas obligatoire, mais comme vous le voyez sur le screen ci-dessus, il y a de nombreuses touches à apprendre. N’hésitez pas à imprimer ou à mettre sur un écran secondaire ce screen en “pense-bête”.

Il existe tout un tas de touches pour tout un ensemble d’actions : i pour l’inventaire, l pour regarder (look) un objet ou un ennemi, g pour ramasser un objet (get), a pour certaines compétences ou postures, etc. Nous allons voir les principales au cours de ce guide, mais n’hésitez pas à aller faire un tour dans le keymapping histoire de vous familiariser avec l’ensemble des commandes et changer leur disposition pour ce qui vous semblera le plus intuitif à utiliser.

Une action se déroule principalement ainsi : vous choisissez un type d’action (par exemple parler avec la touche “c”) puis une direction (vers le PNJ à qui vous voulez parler). Pour l’attaque au corps-à-corps, le principe a été simplifié puisqu’il suffit d’appuyer sur la touche de direction vers laquelle vous voulez attaquer. Pour forcer une attaque (par exemple pour couper un champignon qui gêne votre passage) vous appuierez sur CTRL + direction adéquate.

Enfin, vous vous rendrez vite compte que la barre d’espace sert énormément puisque son action est contextuelle.

Le mode “debug”

panneau d'options
On s’arrange avec le jeu

Dans les options, vous pouvez avoir accès au mode Debug. Ce mode permet d’activer ou de désactiver un certain nombre d’éléments au cours d’une partie, comme enlever les taches de sang ou la fumée, mais également (et c’est ce qui nous intéresse), nous permettre de sauvegarder à la volée (avec F5), ou encore de désactiver la mort permanente. Bien entendu, c’est perdre l’âme de ce qui fait un rogue-like, mais si vous voulez explorer le jeu et vous familiariser avec son univers, alors ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée.

Personnellement, il m’est arrivé de l’utiliser, mais je me mettais des restrictions comme suit : je ne sauvegardais que quand j’étais dans une ville. Et si je perdais mon personnage (ce qui arrive souvent), alors je repartais depuis ma précédente sauvegarde, en ville, un peu à la manière d’un Dark Souls. C’était suffisamment pénalisant tout en permettant d’avancer l’esprit plus tranquille. Vous pouvez bien entendu adapter cette façon de jouer à votre convenance ou, si vous préférez, jouer comme l’auteur l’a prévu.

La création de personnage

écran de sélection
Des cases, un choix

Une fois sur l’écran de sélection, et comme on est tout nouveau dans le jeu, vous créerez un nouveau personnage. Par la suite vous pourrez récupérer un de vos build précédents dans la bibliothèque (build library). Ne vous occupez pas des autres choix pour le moment, vous testerez ça plus tard.

Sur l’écran suivant, vous pourrez choisir entre un mutant (mutated human) ou un humain “pur” (true kin). La différence entre les deux est importante. L’humain pur a de meilleures caractéristiques, gagne plus de points à chaque passage de niveau, a accès aux modifications cybernétiques et surtout, il peut rendre des robots hostiles pacifiques voire même les prendre comme compagnon de route. Le mutant lui permet de créer un personnage unique et hors norme. Les mutations sont physiques et psychiques et s’accompagnent de certains bonus ou malus. Les mutants sont nettement plus difficiles à prendre en main, même s’ils peuvent être très puissants dans leur genre, et sont réservés aux joueurs un peu plus expérimentés.

fiche de personnage
Des caractéristiques classiques

Force, Agilité, Résistance, Intelligence, Volonté, Ego etc. Ces termes vous font furieusement penser à une fiche de personnage de D&D ? C’est normal, remplacez Résistance par Constitution, Volonté par Sagesse et Ego par Charisme et vous aurez la parfaite petite fiche pour jouer au plus célèbre des jeux de rôle. Mais les similitudes ne s’arrêtent pas là, vous avez également des points de vie (HP) et des bonus dans différentes compétences (Attaque, Défense, Initiative, Esquive, etc.) qui dépendent directement de vos caractéristiques principales. Vous aurez un certain nombre de points à répartir dans ces six caractéristiques, chaque incrémentation vidant un peu plus vite le pool de départ. Pour un humain de pure race, 38 points sont à utiliser. Les chiffres entre parenthèses à côté de la valeur de votre caractéristique indiquent le bonus ou le malus qui s’appliquera sur les compétences ou actions correspondantes.

Pour commencer, mettez surtout des points en Force, Agilité et Résistance. De ces trois caractéristiques va dépendre votre survie : la Force améliore vos dégâts de CaC, l’Agilité vos chances de toucher et la Résistance influence vos points de vie. Les trois autres seront plus secondaires dans vos premières explorations, mais ne les négligez pas non plus. Essayez d’équilibrer ces trois caractéristiques afin qu’elles ne vous apportent pas trop de malus. L’écran ci-dessus vous montre un bon exemple de personnage équilibré, principalement tourné vers le combat.

choix du nom
On a presque fini

Vous devez maintenant choisir une origine (subtype) qui vous apportera également certaines compétences, des bonus et un équipement de départ. Je vous conseillerais, là encore, de prendre une classe guerrière. Le Syzygyrior, le Praetorian ou le Child of the deep sont un bon choix pour débuter.

Enfin, vous pouvez acquérir une amélioration cybernétique. La plupart sont très intéressantes et il n’y a pas vraiment de mauvais choix. Essayez de commencer avec des lunettes de vision nocturne (night vision), elles vous éviteront de trimbaler des torches dans les nombreux donjons que vous visiterez, et d’encombrer votre main gauche qui sera plus à même de tenir un bouclier par exemple. Vous n’avez plus qu’à lui donner un nom, sauvegarder son build dans votre bibliothèque et cliquer sur Start Game (on s’en doutait un peu).

Vous devez maintenant choisir votre point de départ. Ne vous occupez pas des autres et prenez “Joppa”, c’est le village de base et c’est absolument parfait pour débuter dans l’aventure.

zone de départ
Un accueil engageant

L’interface

C’est beau, hein ? Oui, mais, au-delà de cet indescriptible sentiment d’émerveillement qui vous prend aux tripes, on remarque une interface complexe et plutôt chargée en indication. Nous allons la détailler en partant du coin supérieur gauche pour finir au coin inférieur droit. Vous êtes prêt ? Parce que ça pique un peu.

débuts
Au début c’est le flou total

Les deux premières lignes

Dans l’angle en haut à gauche, vous voyez d’abord votre portrait, suivi de votre nom et de la température actuelle (ici 25°). Juste après, se trouvent deux états Stated (repus) et Quenched (désaltéré). Ces états sont amenés à varier au fil de la partie, car oui, vous allez devoir gérer la faim et la soif. Ayez donc toujours sur vous de quoi vous nourrir et de quoi boire. L’eau étant une ressource précieuse, elle sert également de monnaie. Quand vous buvez, vous consommez littéralement votre capital. Ensuite s’affiche l’encombrement actuel sur l’encombrement maximum. Ce dernier variera également avec votre niveau et les modifications que vous croiserez en chemin. Le nombre en bleu représente l’eau pure que vous transportez, et donc l’argent que vous avez (en dram terme qu’on pourrait traduire par “verre” dans le sens de contenu et pas de contenant, mais qui fait aussi référence au drachme qui était une unité de poids utilisée chez les apothicaires au Moyen-Âge et à la Renaissance).

extrait de jeu 01
C’est déjà plus clair

Nous arrivons maintenant aux statistiques plus spécifiques. Tout d’abord QN et MS qui sont respectivement Quickness (votre rapidité d’action) et Mouvement Speed (votre vitesse de mouvement). La base est de 100 (100% donc) et représente la vitesse normale de votre personnage, que ce soit dans ses actions (QN) ou dans ses déplacements (MS). Certains événements, comme des blessures ou des poisons, vont faire baisser ces valeurs, alors que d’autres au contraire les augmenteront.

Le groupe des trois valeurs suivantes a un rapport avec vos capacités défensives. AV (Armor Value) représente vos points d’armure (qui vont absorber un certain nombre de dégâts) et dépend de votre équipement (ou de vos mutations. Beurk). DV (Dodge Value) va indiquer votre capacité d’esquive et donc va affecter la capacité des ennemis à vous toucher. MA (Mental Armor) pour sa part représente votre armure mentale, c’est-à-dire la résistance que vous opposerez à toute attaque mentale (ça va de la confusion au contrôle psychique et j’en passe).

Puis, s’affiche la date sous forme d’une phrase suivie d’un demi-cercle représentant le moment de la journée, ou de la nuit. Enfin, vous avez la localisation actuelle de votre personnage.

extrait de jeu 02
“Où suis-je ?”

En dessous et à gauche se trouvent vos points de vie (HP). Vos points de vie sont également représentés par la longue barre verte qui se raccourcit à chaque fois que vous prenez des dégâts. Juste en dessous, et sur le même principe, sont indiqués votre niveau (LVL) et votre expérience (Exp). Le dernier nombre est là pour indiquer à partir de combien d’XP vous passerez de niveau. Cette fois, c’est une barre qui se remplit qui indiquera à quelle étape vous en êtes de votre progression avant le prochain niveau.

À la suite de ces 2 barres se trouvent six boutons avec chacun un symbole. Il s’agit de l’équivalent cliquable de certains de vos raccourcis clavier. Dans l’ordre, et toujours de gauche à droite : look qui vous permet de regarder quelque chose présent à l’écran. C’est une touche très importante, surtout au début, car elle vous renseigne sur les spécificités de ce qui vous entoure, qu’il s’agisse d’un objet ou d’une créature vivante. Elle va également vous indiquer si les créatures rencontrées sont hostiles ou non. La deuxième touche est celle du repos (rest), qui va vous permettre de camper (mais pas n’importe où) et de récupérer une partie de vos points de vie. La troisième donne accès à votre fiche de personnage. La quatrième icône déclenche l’exploration automatique. Personnellement, je vous déconseille de vous en servir, les rencontres sont tellement aléatoires et dangereuses que je ne comprends même pas la raison de son existence. Enfin, les deux dernières icônes sont pour descendre ou monter les escaliers.

L’aire de jeu centrale

extrait de jeu 03
Des décors fabuleux

Au centre, occupant la majeure partie de l’écran, se trouvent votre personnage et ce qui l’entoure. Dans cet exemple, le personnage est sous terre (ce qui est indiqué par sa localisation en haut à droite), proche de deux feux de camp, dans une pièce fermée. Ce que l’on voit en grisé sur le reste de l’écran montre ce que j’ai déjà visité, mais comme je ne vois pas à travers les murs, je n’ai aucune idée de ce qui s’y balade actuellement. Le petit rectangle rose est un puit qui, comme tous les passages vers le haut ou vers le bas, est mis en surbrillance (à définir dans les options).

Sur le côté droit, vous avez le log des événements, cette fenêtre peut être rendue transparente en cliquant sur le petit carré blanc en haut à droite.

Vos déplacements, et toutes vos actions en général, sont au tour par tour et en case par case. Vous déplacer d’une case représente un tour, attaquer également, etc. Prenez votre temps pour observer autour de vous avant d’avancer, apprenez à reconnaitre la nature qui vous entoure et à éviter ses pièges.

Les deux dernières lignes

Retour au village

Sur la première ligne, vous pouvez voir quel(s) effet(s) vous affecte(nt). Ici, il y en a deux : j’ai la peau qui gratte (itchy skin) et j’ai amélioré ma métabolisation (metabolizing). Les effets peuvent être positifs, négatifs, ou neutres, et ils peuvent bien sûr se cumuler. Plus loin sur la droite vous avez des indications sur votre cible (TARGET) : le nom de la créature, son état de santé (quand elle est intacte, elle sera Perfect), son état d’esprit vis-à-vis de vous (ici Neutral), et vos chances de la vaincre en combat (ici impossible). Cette dernière donnée dépend du niveau de votre personnage et sera donc susceptible de se modifier avec le temps.

La deuxième et dernière ligne (ouf) va lister vos compétences activables (Abilities), qu’elles dépendent autant de votre “classe” d’origine que de vos implants cybernétiques, ou de vos mutations. Dans cet exemple nous avons Flurry qui vous permet d’attaquer frénétiquement les ennemis qui vous entourent ; Make Camp qui vous permet de faire un feu de camp n’importe où sur la carte (il vous donnera la possibilité de préparer à manger) ; Night Vision des lunettes de vision nocturne portées (on) ou non (off) ; le fameux Rebuke Robot qui vous donnera la possibilité de prendre le contrôle d’un robot ; et enfin Sprint qui, comme son nom l’indique, vous permet de sprinter (pratique pour fuir un combat).

Utilisation de la fonction look

la fonction regarder
Une fonction indispensable

Observer votre environnement et ce qui le compose est très important pour comprendre le jeu, et pour pouvoir progresser dans les meilleures conditions. Appuyez sur la touche l (comme look) de votre clavier et déplacez le curseur sur l’élément que vous voulez regarder. Une fenêtre apparait avec la description plus ou moins longue, de ce que vous observez. Pour chaque élément, on retrouve son état, sa difficulté vis-à-vis de votre niveau (Average), et son attitude vis-à-vis de vous (Neutral).

La fiche de personnage

Ou plutôt, les fiches composant l’ensemble de votre personnage, ses possessions, son équipement, ce qu’il doit faire et son rapport au monde. Vous avez déjà entendu parler des fiches sur plusieurs pages A4 recto verso qu’on utilisait pour jouer à certains jeux de rôle ? Ben voilà. Mais pas de panique, on va voir ça ensemble.

Inventaire

inventaire 01
Un inventaire bien rangé

Accessible en appuyant sur i (incroyable !), l’inventaire regroupe ce que vous portez dans votre sac à dos. Attention, il ne prend pas en compte votre équipement actuel ! Il est très important de distinguer ce que vous avez sur vous en tant que pièces d’équipement et ce qui est stocké dans votre inventaire. Comme vous pouvez le voir, chaque objet entre dans une catégorie distincte (Ammo pour les munitions, Armor pour l’armure, etc.) et chaque objet a un encombrement (le nombre suivi d’un # à droite). Chaque catégorie affiche aussi son encombrement total, ce qui est bien pratique.

inventaire 02
Des sous-menus précieux

Pour chaque item vous pouvez appuyer sur la barre d’espace et voir un sous-menu apparaitre. Ce sous-menu, bien pratique, vous permettra d’effectuer toute une série d’actions avec cet équipement comme le jeter (drop), l’équiper automatiquement (equip auto), c’est-à-dire sur l’emplacement le plus adéquat pour lui d’après le jeu (ce n’est à mon avis pas une bonne idée, mais mettons), l’équiper manuellement (Equip manual), le marquer comme important pour le retrouver plus facilement (mark important), le regarder (look), rajouter des notes personnelles (add notes), et voir s’il a un ou des effets particuliers (show effects).

Équipement

page equipement
L’armement c’est vital

C’est ce que vous portez sur vous et qui est immédiatement utilisable. Principalement votre armure (corps, tête, visage, dos, bras et pieds), vos armes au corps à corps (main gauche et main droite), vos armes à distance (missile weapon), une mini glacière (Icy Outcrop), etc. Le dernier (Floating nearby) sera pour votre drone (quand vous en aurez un). Comme toujours, vous pouvez ouvrir une fenêtre secondaire en appuyant sur la barre d’espace et retrouver les mêmes options vous permettant de gérer au mieux votre équipement. Il est à noter que les armes à deux mains, au CàC ou à distance, occuperont vos deux mains (logique là encore), la main gauche étant alors grisée. Il est à noter que les munitions (flèches, balles, etc.) resteront stockées dans votre inventaire, mais qu’il faudra charger votre arme (oui, même l’arc) en appuyant sur r depuis l’aire de jeu principale.

Réputation

page reputation
Bienvenue dans la Côte d’Amour

La page des réputations est assez longue, mais parle d’elle-même. Zéro pour une attitude neutre, puis en positif pour une attitude bienveillante et en négatif pour une attitude hostile. Bien entendu, plus le nombre est élevé (en positif ou en négatif), et plus l’attitude correspondante est marquée. Un petit texte accompagne chaque faction et explicite l’attitude de ses membres vis-à-vis de vous, ce qu’ils aiment et ce par quoi ils sont intéressés (en résumé : comment faire progresser votre réputation envers eux).

Quêtes

quetes
“Allez me cherchez 12 cornes de sanglier !”

Cette page regroupe les quêtes en cours et ce qu’il vous reste à faire. Les étapes validées seront cochées en vert. Vous pouvez en avoir autant que vous le souhaitez. Parlez bien à tous les personnages non hostiles que vous rencontrez, certains auront de longues suites de quêtes, d’autres vous demanderont juste de leur ramener un objet. Elles vous rapporteront expériences et récompenses. Certaines sont utiles à la trame principale, mais aucune indication n’est là pour vous le dire. Seul le temps vous permettra de distinguer une quête principale d’une quête secondaire.

Journal

journal
His Story

Le journal regroupe un certain nombre de sous-sections comme les lieux notables (Locations), les rumeurs (Gossip and Lore), les histoires, une chronologie des événements qui vous concerne (Chronology), des notes personnelles (pas très pratique, préférez un papier et un crayon), et enfin les recettes (recipes) que vous trouverez au fur et à mesure de votre progression et qui seront automatiquement inscrites ici.

Bricolage

C’est ici qu’on kraft, qu’on crée, qu’on modifie, qu’on bricole (Tinkering). Il faut avoir débloqué les compétences nécessaires puis réunir le matériel. Je ne développe pas cette partie, croyez-moi : ce n’est pas pour tout de suite.

Compétences

page competences
Des compétences indispensables

Sur cette page se trouvent les compétences que vous possédez déjà et celles que vous pourrez acheter contre des points de compétence. Ces points vous seront attribués à chaque passage de niveau. Il y a plusieurs domaines de compétences (la liste dépasse l’écran) qui vont du combat avec un groupe d’armes spécifique à des actions plus pacifiques comme établir un feu de camp ou connaitre les plantes.

Dans l’exemple ci-dessus j’ai 213 points à dépenser. Je dois tout d’abord acheter un domaine de compétence (les domaines déjà connus sont en jaune, ceux à apprendre sont en brun), cet achat m’ouvrira automatiquement une ou plusieurs compétences “gratuites”. Si je choisis d’acheter Bow and Rifle, j’aurais accès à Steady Hands et Draw a Bead sans dépenser un point de plus. Mais pour pouvoir utiliser ces compétences, il faut que j’aie 19 en Agility. Comme l’agilité apparait en vert, je sais que j’ai assez de points. Si elle était apparue en rouge, comme on peut le voir quelques lignes en dessous, j’aurais dû attendre de monter ma caractéristique avant de pouvoir débloquer cette compétence.

Vous n’êtes pas obligé de dépenser tous vos points à chaque passage de niveau, ils seront conservés dans le pool de Skill points. Mais attention, si vous mourez vous perdrez tout ce que vous aurez accumulé jusque là.

Personnage

personnage
Une fiche de personnage détaillée

La dernière fiche (ouf) résume tout ce qu’on a vu précédemment. Elle reprend les caractéristiques (et les bonus généraux qu’elles accordent), la race, la classe, les résistances aux différents états (acide, électricité, froid, chaud), les effets actifs sur vous, vos points de vie (actuel/total) votre niveau, les points d’expérience, les points de compétence et d’attribut (Attribute points) à dépenser. Pour utiliser ces derniers, c’est très simple: allez sur la caractéristique que vous voulez augmenter et appuyez sur la barre d’espace et confirmez pour rajouter un ou plusieurs points.

La carte du monde et déplacements

Regardez-moi cette belle carte ! Elle donne pas envie de la parcourir pendant des centaines d’heures ? Ne répondez pas à cette question… Prenez garde à vos déplacements: ils ont un fonctionnement particulier et produisent parfois des effets inattendus.

La carte générale

carte generale
La carte majeure

Cette carte est accessible en appuyant sur la touche – du pavé numérique. Il s’agit de la carte générale du monde. On peut s’y déplacer, comme sur l’aire de jeu principale, mais chaque “case” représente plusieurs zones à parcourir. En appuyant sur l vous pouvez, comme d’habitude, observer et avoir des détails sur ces cases. C’est aussi une façon de se déplacer plus rapidement, mais attention car vous avez une chance de vous perdre à chaque déplacement. Une fois perdu, vous serez amené dans une zone au hasard et vous devrez vous repérer avant de pouvoir reprendre la route. Concrètement vous n’aurez plus accès à la carte tant que vous n’aurez pas reconnu un lieu déjà visité ou rencontré un PNJ qui pourra vous indiquer le bon chemin. Cette originalité de gameplay vous permet également de découvrir des zones spécifiques qui viendront grossir votre connaissance du monde.

Les zones

zones
Une zone dangereuse

Elles sont générées aléatoirement au début de votre partie. Seule la carte du monde reste fixe et certains lieux importants ne changeront pas d’emplacement. Toutefois, leur topologie sera différente à chaque fois. Les villages auront toujours les mêmes PNJs importants et proposeront les mêmes quêtes principales mais leur disposition interne pourra changer, au même titre que leurs quêtes secondaires. Une progression lente, et surtout une utilisation quasi-constante de la fonction look, sera indispensable. Ceci dit les zones seront rarement peuplées de créatures impossibles à affronter et, si ça devait malheureusement être le cas, n’oubliez pas que fuir est souvent la solution à privilégier.

Conclusion

Voilà pour les grandes lignes de Caves of Qud. Avec cette présentation détaillée des différents éléments du jeu, vous avez déjà une bonne base pour appréhender vos premières parties. Reste maintenant à découvrir tout le reste du jeu, et c’est vaste, croyez-moi. Vous pourrez tenter de nombreuses approches, découvrir des histoires prenantes et parcourir un monde post-apocalyptique singulier. Vous développerez des pouvoirs psychiques, utiliserez des modifications cybernétiques et enverrez des robots se battre à votre place.

Alors prenez vos armes, enfilez vos plus belles bottes et votre cape, et venez explorer les jungles luxuriantes de Qud. Vous ne le regretterez pas.

ecran de fin
Un résumé mortel