Nos tuyaux pour les jeux AGEOD

Tuyaux de bonne guerre

Télécharger PDF
Ces tuyaux ont été écrits par la communauté wargame de Canard PC, dont principalement Chataigne.

AGEODpres2

Entre les créations du développeur français AGEOD et le reste des jeux de stratégie, on pourrait croire qu’il y a un fossé plus proche de l’abîme insondable que de la petite crevasse. C’est qu’ils font peur, ces machins touffus, avec leurs myriades d’options et leurs défaites qui guettent le débutant innocent. Pour vous permettre d’espérer gagner sans attraper une migraine, il fallait bien quelques tuyaux.

1. Lisez le manuel. Et faites les tutos aussi. Ça peut paraitre bête comme premier conseil, mais les jeux AGEOD sont très avares sur les aides in-game. Sans forcément maîtriser tous les mécanismes du jeu avant de se lancer dans une partie, il est plutôt bon de savoir à peu près quels paramètres le jeu gère (ravitaillement, commandement, etc.). Profitez-en aussi pour vous familiariser avec l’interface et les différents menus.

2. Commencez par des petits scénarios. Même si les grandes campagnes sont diablement plus attrayantes, leur grande quantité d’informations et d’unités peut être dure à encaisser. Commencez donc par des petits scénarios avec des objectifs simples et une quantité gérable d’unité. Ça vous permettra d’appliquer ce que vous avez vu dans le manuel ou dans les tutos.

3. Prenez votre temps. Au début de chaque scénario, prenez le temps d’étudier la carte et les troupes à votre disposition. Repérez vos objectifs, réfléchissez à la meilleure manière de les atteindre, repérez où votre adversaire peut vous attendre. Les AGEOD sont avant tout des jeux de réflexion et la courbe d’apprentissage peut être un peu raide, alors prenez votre temps.

4. Lancez des reconnaissances. Ayez toujours quelques troupes disponibles pour effectuer des missions de reconnaissance – préférez la cavalerie, qui excelle dans ce rôle. Il est indispensable de connaître à tout moment l’emplacement et la composition des principales armées de votre adversaire afin de limiter le risque d’une attaque surprise. Posséder des unités – une seule suffit souvent – avec une bonne valeur de reconnaissance dans vos principales forces est aussi une très bonne chose. N’oubliez pas non plus que votre adversaire fera sans doute la même chose.

5. Nourrissez vos hommes. C’est bien beau de mettre au point un plan de campagne digne de Napoléon, mais si la logistique ne suit pas vos hommes se feront tailler en pièces au premier accrochage. Vérifiez donc toujours que vous aurez les moyens de ravitailler vos forces, que ce soit via les réserves de villes ou les dépôts, ou via les chariots de ravitaillement (n’hésitez pas à organiser des rotations vers des zones de ravitaillement si ceux-ci sont vides). Et si c’est valable pour vous, c’est valable pour votre adversaire : détruisez sa capacité à ravitailler ses troupes en détruisant ses dépôts, en sabotant ses voies ferrées ou en plaçant des unités légères sur ses arrières pour perturber la distribution du ravitaillement.

6. Commandez vos hommes. Chaque unité dans une force demande un certain nombre de points de commandements pour fonctionner normalement. Les points de commandement sont générés par les officiers. Assurez-vous toujours que vos forces – notamment celles qui seront amenées à combattre – possèdent assez de points de commandements pour fonctionner normalement : sauf exception, c’est une très mauvaise idée d’envoyer au combat une force avec un malus de commandement.

Basse cohésion, manque de ravitaillement et pas assez d'officiers pour la diriger : cette force de plus de 30 000 hommes se fera massacrer au moindre accrochage...

Basse cohésion, manque de ravitaillement et pas assez d’officiers pour la diriger : cette force de plus de 30 000 hommes se fera massacrer au moindre accrochage…

7. Laissez vos hommes se reposer. Les unités ne sont pas de simples pions, elles se fatiguent en traversant des provinces, par mauvais temps, ou suite à une bataille. Dans les AGEOD, la gestion de la fatigue et de l’organisation de vos troupes est simulée par la valeur de cohésion de chaque unité. Les troupes sont de qualité variable et leur capacité en combat dépend fortement de cette valeur de cohésion. Un score nul, et l’unité n’est plus bonne ni à se déplacer ni à se battre. Pour remonter cette valeur de cohésion, il suffit de faire stationner vos forces dans une région. La valeur de cohésion remontera d’autant plus vite si un dépôt ou une ville importante se trouve dans la province et si la force a une attitude défensive ou passive. Notez aussi que posséder des chariots de ravitaillement dans une force limitera les effets de l’attrition sur vos troupes, et donc la perte de cohésion.

8. Définissez les attitudes et les règles d’engagements de vos forces. Déplacer ses armées, c’est bien. Leur donner des attitudes (Assaut, Offensive, Défensive, Passive) ou des règles d’engagement (Attaque à outrance, Attaque soutenue, Attaque mesurée, Feinte, Défendre jusqu’au dernier homme, Défendre, Défendre et se replier, Retraiter si engagé ) à respecter c’est mieux. Il n’y a rien de plus frustrant que de laisser s’échapper une force ennemie à votre merci à cause de mauvaises instructions. Faites donc attention à donner des ordres en fonctions de votre objectif. N’oubliez pas non plus qu’une force régulière en attitude défensive qui entre dans une province avec moins de 6% de contrôle militaire passe automatiquement en attitude offensive et donc tentera d’attaquer les forces ennemies présentes.

9. Micro-managez vos officiers. Si la majorité de vos officiers auront des statistiques moyennes et seront interchangeables, vous possèderez probablement quelques très bons officiers qu’il vous faudra utiliser au mieux. Certains ont de bonnes capacités offensives, d’autres sont experts en petite guerre, d’autres sont spécialistes dans la défense de place forte, d’autres encore sont capables d’entrainer vos milices… Donnez-leur des commandements où ils pourront utiliser au mieux leurs compétences et bien sûr envoyez vos meilleurs officiers au front.

10. Organisez vos armées. L’infanterie est la reine des batailles et elle représentera la majorité de vos effectifs, mais ne négligez surtout pas les autres types d’unités. Ajoutez à vos armées de l’artillerie, de la cavalerie ou des unités de soutien qui possèderont des capacités spéciales comme les hôpitaux de campagne, les pontonniers ou les ingénieurs. Prenez toujours le temps de lire et de comprendre les capacités spéciales de vos unités et de vos officiers. Certaines capacités s’appliquent à toute la force et d’autres à toute l’unité (auquel cas il est intéressant de les intégrer à des divisions, pour les AGEOD ayant des systèmes de division).

Bonus : planifiez bien vos offensives. Dans la majorité des cas, le défenseur est avantagé par rapport à l’attaquant. En effet il aura probablement eu le temps de se préparer et de se retrancher, et pourra ainsi profiter du terrain notamment en zone montagneuse. Planifiez donc vos offensives avec soin, vérifiez si la météo est bonne, évitez d’attaquer en traversant un cours d’eau, assurez-vous que vos hommes sont ravitaillés et en forme (cohésion), n’attaquez que si vous pensez avoir une bonne chance de gagner ou d’infliger suffisamment de pertes pour mener une guerre d’attrition. Bref, tentez de limiter les paramètres défavorables en votre faveur.

Commentaires
Télécharger PDF